La fin de Windows XP : vous avez trois mois pour changer d’ordinateur

Informatique

Exclusif

Le 8 avril prochain marque la fin du support de Windows XP. Les PC encore sous ce système d’exploitation deviendront rapidement un nid à virus. Gardez vos sous à Noël, vous risquez de devoir magasiner un nouvel ordinateur début 2014.

Un peu plus de 12 ans après son lancement, Microsoft s’apprête à débrancher définitivement Windows XP. Concrètement, Microsoft ne procèdera plus à aucune mise à jour de sécurité, le système sera laissé dans son état actuel, et aucune nouvelle faille de sécurité ne sera corrigée.

Si ces problèmes peuvent être résolus par un utilisateur avancé, n’allez pas demander à ma tante de faire pareil. Le changement de PC est alors inévitable.

Le risque pour les utilisateurs est considérable. Chaque nouvelle faille découverte dans Windows XP sera exploitée sans qu’il soit possible de se protéger. Les antivirus n’y feront rien, puisque c’est directement Windows qu’il faudrait mettre à jour pour colmater ces failles. Ils deviendront alors des passoires sans réelle utilité, à la manière d’un rideau de perle dans l’encadrement d’une porte grande ouverte.

Vol de données, ordinateurs zombies qui serviront pour envoyer du pourriel ou se livrer à des attaques réseau, ou encore hébergement de fichiers à l’insu de l’utilisateur, Windows XP va devenir un véritable paradis pour les pirates.

30% des ordinateurs dans le monde vont être obsolètes dans 3 mois

Si les lecteurs de Branchez-vous sont environ 10% à utiliser Windows XP, ce sont à l’heure actuelle 31,22% des ordinateurs dans le monde qui tournent sous cet OS. Ce chiffre varie par pays, mais des nations comme la Chine ont tout à craindre avec 50% des utilisateurs encore sous XP. Il n’est pas étonnant alors que le gouvernement chinois ait demandé à Microsoft d’étendre le support. La menace est d’autant plus grande puisque Windows XP est un système d’exploitation désormais trop ancien, son fonctionnement le rend bien plus vulnérable que Windows 8.1 aux attaques actuelles.

Si les entreprises peuvent bénéficier d’un support étendu pour 200$ par an et par PC, les particuliers n’ont que deux solutions : passer à Windows 7 ou 8.1, ou changer de PC.

Changer de PC, dispendieux, mais obligatoire pour beaucoup

Plusieurs PC du commerce ne pourront faire la mise à jour vers un Windows 7 ou 8.1. Il arrive que ce soit par des limitations ou des pilotes qui ne seront pas reconnus. Si ces problèmes peuvent être résolus par un utilisateur avancé, n’allez pas demander à ma tante de faire pareil. Le changement de PC est alors inévitable.

Les PC munis d’un Pentium 4 supporteront mal de toute façon le passage à un Windows plus récent. J’ai fait l’essai sur une configuration munie d’un Pentium 4 cadencé à 2,8 GHz et 2 Go de mémoire vive de type DDR avec Windows 7. Dès que les mises à jour sont effectuées, l’ordinateur ralentit inlassablement. Les programmes actuels exigent également tellement de ressources que le processeur est vite débordé. Sur un Pentium Dual-Core, la navigation ou la lecture d’un film en haute définition est faisable, à condition de ne pas faire tourner d’autres programmes que l’antivirus en tâche de fond.

Passer à Windows 7 ou 8.1

Un ordinateur de 2008 équipé d’un Core 2 Duo ou d’un Core 2 Quad est un bon candidat pour une telle évolution. Pensez à vous tourner vers un Windows 64 bits, qui vous fera encore gagner en rapidité. Et si votre ordinateur possède 2 Go de mémoire vive, optez également pour 2 Go supplémentaires, voire même 8 Go au total pour envisager sereinement les prochaines années.