Vine célèbre le premier anniversaire de son application

Anniversaire

Liste de tags

Il y a un an jour pour jour, Vine faisait ses débuts dans l’App Store. Aujourd’hui, le service compte plus de 40 millions d’utilisateurs, y compris le président des États-Unis.

En limitant ses utilisateurs à partager des vidéos d’une durée maximale de 6 secondes, Vine a popularisé un nouveau type de cinéma. On y retrouve un amalgame de sketches, de cascades, de blagues, et de scènes burlesques. L’application a même inspiré des marques à produire des publicités dans son nouveau format.

Mais pourquoi avoir choisi une contrainte si abstraite?

L’équipe était alors motivée par des contraintes techniques, mais souhaitait également que cette limite incite ses utilisateurs à pousser leur créativité tout en maintenant l’attention de l’auditoire.

«Nous savions dès le départ que les vidéos devaient être brèves», raconte Colin Kroll, cofondateur de Vine. L’équipe était alors motivée par des contraintes techniques, mais souhaitait également que cette limite incite ses utilisateurs à pousser leur créativité tout en maintenant l’attention de l’auditoire. «Pendant deux mois, nous avons testé différents formats, allant de 10 à 5 secondes, et nous avons choisi une durée de 6 secondes parce que ça semblait bien.»

Vine s’est en quelque sorte inspiré de Twitter. La limite de 140 caractères imposée par le service était d’abord une contrainte technique afin de permettre la transmission de ceux-ci par textos. Cette limite s’est avérée par la suite être l’élément essentiel qui a permis à Twitter d’atteindre le succès qu’il connaît aujourd’hui.

Comme le dit le proverbe, qui se ressemble s’assemble. C’est donc sans surprise que Vine soit devenu la propriété de Twitter en octobre 2012, alors que la startup n’avait pas encore lancé son application mobile.

«La vidéo est la plus intime forme de communication. Je crois que nos utilisateurs estiment qu’ils se connaissent seulement après s’être regardé les uns les autres, et on voit beaucoup d’entre eux se rencontrer et collaborer ouvertement», conclut Kroll.