All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Couper le cordon pour mieux se pendre

Par François Dominic Laramée – le dans Actualités
Une étude sur le consommation de bande passante des Américains qui abandonnent la télé par câble au profit de la diffusion en flux continu illustre la pingrerie des forfaits de données canadiens.

Comcast est le plus gros fournisseur d’accès Internet aux États-Unis. C’est aussi le plus important câblodistributeur du pays et le propriétaire du réseau NBC, des studios de cinéma Universal et des Flyers de Philadelphie. Une espèce de gros Québecor gonflé aux stéroïdes made in the USA, en quelque sorte.

La «pire compagnie aux États-Unis» permet probablement à ses abonnés Internet de consommer trois à cinq fois plus de bande passante que vous – dans les quelques villes où elle se donne la peine de mesurer.

Mais il y a une différence majeure. En effet, alors que Québecor, Vidéotron et TVA se retrouvent bon an mal an parmi les 150 entreprises les plus admirées au Québec, Comcast s’est fait asséner le titre de pire entreprise aux États-Unis par le magazine Consumerist en avril dernier. En finale de ce «tournoi des poches», Comcast a difficilement battu Monsanto, un géant de l’agroalimentaire de lugubre réputation, avec 51,5% des votes contre 48,5%.

(Bon, il s’agit du même palmarès qui avait «couronné» Electronic Arts aux dépens de BP et de banques impliquées dans de gigantesques fraudes au cours des deux années précédentes, alors il faut le prendre avec un trillion de grains de sel. Mais quand même.)

Plutôt généreux pour un Empire du mal

Toujours est-il que Comcast, qui a annoncé en février dernier avoir conclu un accord pour avaler son plus important concurrent, Time Warner Cable, prévoit imposer des limites de bande passante à ses clients Internet – d’ici cinq ans. Dans les quelques marchés où le rationnement des bits et des octets a déjà été instauré, les clients reçoivent généralement 300 Go par mois avec leur abonnement de base et n’ont pas à payer de supplément s’ils ne dépassent cette limite que trois fois ou moins en douze mois. Et d’ici cinq ans, la compagnie envisage offrir 500 Go ou plus dans son forfait de base.

Je répète : la «pire compagnie aux États-Unis» permet probablement à ses abonnés Internet de consommer trois à cinq fois plus de bande passante que vous – dans les quelques villes où elle se donne la peine de mesurer.

Les coupeurs de cordons

Après ce long détour, arrivons au vif du sujet : les «coupeurs de cordons», ceux qui abandonnent la télé par câble et ne consomment leur contenu que par Netflix, YouTube, iTunes, HBO Go ou autres.

Selon une étude récente, les consommateurs Américains qui «démontrent un comportement de coupeurs de cordons», sans que l’on puisse savoir s’ils sont effectivement abonnés à un service de câblodistribution ou non, consomment en moyenne 212 Go de bande passante par mois, contre 29 Go pour l’abonné moyen. Chez les 5% de la population les plus gloutons en matière de vidéo et d’audio en flux continu, le compteur tourne à une vitesse vertigineuse de 328 Go par mois; chez les 10% des plus gourmands, le décompte s’arrête à 247 Go.

Le «coupeur de cordon» Américain typique utilise 153 de ses 212 Go de bande passante pour consommer du contenu en flux continu, ce qui représente une centaine d’heures de vidéo par mois. Trois heures par jour. C’est à la fois beaucoup et peu, mais si on ajoute une paire d’oreilles de lapin pour les stations locales et un lecteur de DVD ou Blu-ray pour que les enfants puissent regarder leur film favori 42 fois par semaine, c’est probablement assez pour la majorité des familles.

Autrement dit, le plus gros câblodistributeur aux États-Unis, qui dépassera les 30% de parts de marché si son acquisition de Time Warner est approuvée par la FCC, et qui est considéré comme la pire entreprise au pays, envisage d’imposer des limites de bande passante qui ne seraient nuisibles que pour une minorité de ceux qui veulent se servir de leurs connexions Internet pour se débarrasser du câble.

Difficile d’imaginer une chose pareille ici, n’est-ce pas?

Et au Canada?

Bref, le consommateur canadien moyen qui coupe le cordon du câble en 2014 risque de se priver d’une partie de ce qu’il veut voir, de payer plus cher, ou les deux à la fois.

Au Canada, il faut vraiment des circonstances particulières pour être en mesure de couper le cordon. Les fournisseurs d’accès Internet qui offrent des forfaits de données assez généreux pour rendre la chose envisageable à un prix non démentiel sont rarissimes, surtout en dehors des grands centres. Le catalogue de Netflix n’est pas aussi bien garni qu’au sud de la frontière (surtout en matière de contenus francophones). Certains contenus prisés du public, notamment des événements sportifs et des séries à succès, ne sont pas disponibles sur Internet, du moins pas légalement. Et les bouquets de chaînes auxquelles il faut s’abonner de gré ou de force pour avoir accès à HBO ou à RDS permettent aux géants des télécommunications, qui possèdent à la fois les chaînes et les câblodistributeurs, d’encaisser des revenus additionnels qu’ils n’obtiendraient pas si l’on pouvait vraiment choisir nos contenus à la carte, ce qui fait qu’ils n’ont pas intérêt à changer de modèle d’affaires.

Bref, le consommateur canadien moyen qui coupe le cordon du câble en 2014 risque de se priver d’une partie de ce qu’il veut voir, de payer plus cher, ou les deux à la fois.

Le jour où toutes les chaînes diffuseront tout leur contenu sur Internet avec une bonne qualité d’image et où un fournisseur national décidera d’offrir 250 Go par mois pour 25$ ou 500 Go pour 40$, par contre…

Continuez votre lecture

Cord cutting : mythe ou réalité?

Cord cutting : mythe ou réalité?

Fabien Loszach -
Le phénomène du «cord cutting» grandit au Canada

Le phénomène du «cord cutting» grandit au Canada

Laurent LaSalle -
Aux États-Unis, l’Internet est maintenant plus populaire que le câble

Aux États-Unis, l’Internet est maintenant plus populaire que le câble

Laurent LaSalle -
Internet est passé date

Internet est passé date

Le cord cutting gagne du terrain au Canada

Le cord cutting gagne du terrain au Canada

Laurent LaSalle -
HBO et CBS embrassent le phénomène du cord cutting

HBO et CBS embrassent le phénomène du cord cutting

Laurent LaSalle -
Test du Xiaomi Mi 9 SE : de l’intelligence, du compact et de la qualité

Test du Xiaomi Mi 9 SE : de l’intelligence, du compact et de la qualité

Branchez-vous -
Test : que vaut réellement le catalogue du PS Now ?

Test : que vaut réellement le catalogue du PS Now ?

Branchez-vous -
Google Glass 2 : le retour des lunettes connectées

Google Glass 2 : le retour des lunettes connectées

Branchez-vous -
YggTorrent : une nouvelle adresse pour le site pirate

YggTorrent : une nouvelle adresse pour le site pirate

Branchez-vous -
Pour Elon Musk, le projet de conquête spatiale de Jeff Bezos «ne fait aucun sens»

Pour Elon Musk, le projet de conquête spatiale de Jeff Bezos «ne fait aucun sens»

Branchez-vous -
Minecraft Earth : le jeu Minecraft en réalité augmentée est officiel

Minecraft Earth : le jeu Minecraft en réalité augmentée est officiel

Branchez-vous -
Netflix veut abolir les limites de bande passante

Netflix veut abolir les limites de bande passante

Laurent LaSalle -
Instagram laisse fuiter les données de millions d’influenceurs

Instagram laisse fuiter les données de millions d’influenceurs

Branchez-vous -
La bande passante, l’adversaire des jeux vidéo

La bande passante, l’adversaire des jeux vidéo

Hugo Prévost -

François Dominic Laramée

Après une carrière de 15 ans en conception de jeux vidéo, François Dominic Laramée a succombé à la puissance du Côté Obscur de la Force et est devenu journaliste techno. Il a notamment été chroniqueur et scripteur à l’émission Les Nerdz de Ztélé pendant 8 saisons, a publié 4 livres dont certains ont été traduits en russe et en coréen, et a écrit pour toutes les publications dont les administrateurs ont oublié de lui interdire l'accès à leurs systèmes de gestion de contenu.