Voici comment être oublié par Google

Le droit à l'oubli

Un peu plus tôt ce mois-ci, Google s’est conformé à une décision rendue par la Cour de justice de l’Union européenne afin que les internautes obtiennent le droit à l’oubli en ligne.

Ainsi, l’entreprise supprimera les résultats de recherche des citoyens européens qui en font la demande, pour autant que lesdits résultats soient «inadéquats, pas ou plus pertinents ou excessifs au regard des finalités du traitement».

Non seulement l’offre est exclusive aux citoyens de l’Union européenne, mais les demandes n’affecteront que les versions européennes du moteur de recherche de Google. Il sera donc possible pour quiconque de visiter le site américain du moteur de recherche afin d’obtenir des résultats non altérés.

Évidemment, puisqu’il s’agit d’une législation européenne, l’offre n’est valide que pour les résidents de l’Europe. Vous ne pensiez tout de même pas que Google allait profiter de l’occasion pour offrir à quiconque la liberté d’être oublié par son moteur de recherche?

Google évaluera chaque demande individuelle et tentera de trouver un juste équilibre entre la protection de la vie privée des individus et le droit du public à accéder à ces informations et à les diffuser. Ainsi, l’entreprise vérifiera si les résultats qu’on lui demande de supprimer comprennent des informations obsolètes du demandeur, et si ces informations présentent un intérêt public (escroqueries financières, négligence professionnelle ou condamnations pénales par exemple).

Les utilisateurs qui souhaitent bénéficier de ce traitement doivent remplir un formulaire en ligne, en fournissant la liste des URL qu’ils souhaitent voir être retiré, en expliquant pourquoi. Afin de prouver leur identité, les utilisateurs doivent soumettre l’image d’une pièce d’identité avec photo valide (comme un permis de conduire).

«Nous sommes une grande entreprise et nous pouvons répondre à ce genre de préoccupations, dépenser de l’argent et traiter celles-ci, ce n’est pas un problème pour nous», a récemment déclaré Larry Page, PDG de Google, dans le cadre d’une entrevue avec le Financial Times. «Mais dans l’ensemble, alors que l’Internet devient de plus en plus réglementé, je ne crois pas que nous allons revoir le genre d’innovation que nous avons déjà vu.»

Tel que le souligne le blogue The Next Web, non seulement l’offre est exclusive aux citoyens de l’Union européenne, mais les demandes n’affecteront que les versions européennes du moteur de recherche de Google. Il sera donc possible pour quiconque de visiter le site américain du moteur de recherche afin d’obtenir des résultats non altérés. Même si Google décide de forcer la redirection selon la position géographique du visiteur, il existe des moyens de contourner une telle restriction.