Watch Dogs atteint 8 millions de ventes

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
La nouvelle franchise d'Ubisoft Montréal obtient des chiffres de ventes honorables qui augurent bien pour une éventuelle suite.

En déposant les résultats financiers du premier trimestre de son année fiscale, Ubisoft a révélé de nouveaux chiffres à propos de Watch Dogs.

Le succès d’Ubisoft Montréal lui a permis d’obtenir une extension pour un montant total de 250 millions d’euros (363,8 millions de dollars CA), avec une échéance en juillet 2019.

Rappelons que lors du lancement du jeu, la machine à marketing de l’entreprise s’est empressée d’annoncer qu’il s’agissait du plus haut taux de précommandes jamais enregistré pour une production d’Ubisoft, sans toutefois en dévoiler son nombre, ni même sa proportion par rapport à celui qui détenait cette position auparavant.

Aujourd’hui, nous avons enfin quelques statistiques. Tout d’abord, il est faux de croire que 8 millions d’exemplaires du jeu ont été vendus : il s’agit du nombre de copies livrées, une convention trop souvent minimisée dans l’industrie du jeu vidéo. Le seul chiffre de vente qu’Ubisoft a dévoilé à l’égard de Watch Dogs est que le jeu s’est vendu à 4 millions d’unités lors de sa première semaine de mise en marché.

En guise de comparaison, le premier jeu de la série Assassin’s Creed a atteint un total de 6 millions de ventes au cours de sa vie.

La performance de l’entreprise

Ainsi, Ubisoft a enregistré un chiffre d’affaires de 360 millions d’euros (524 millions de dollars CA) du début avril à la fin juin, soit une augmentation de 374% par rapport à la même période l’an dernier. De plus, les ventes de l’entreprise ont été supérieures à ce qui était anticipé, à 310 millions d’euros.

Sans surprise, le développeur attribue cette performance en partie au succès de Watch Dogs, dont la version Xbox One a légèrement été plus populaire que les autres éditions.

«Le succès de Watch Dogs et la qualité de notre portefeuille de jeux présenté à l’E3 mettent en valeur notre positionnement stratégique, notre volonté d’innovation permanente et valident notre approche long terme», souligne son PDG, Yves Guillemot. «Watch Dogs s’impose désormais comme une franchise majeure, capable d’être déclinée avec succès sur les prochains exercices. Sa performance commerciale vient confirmer le savoir-faire d’Ubisoft en tant que créateur de marques blockbusters ce qui nous permet de nous différencier à chaque début de cycle et ainsi d’atteindre une nouvelle dimension.»

Il est intéressant de noter que malgré l’annonce d’une importante baisse de crédits d’impôt provinciaux le mois dernier, le succès d’Ubisoft Montréal lui a permis d’obtenir une extension pour un montant total de 250 millions d’euros (363,8 millions de dollars CA), avec une échéance en juillet 2019.

Les dernières nouvelles

Voici comment on va recycler la batterie des autos électriques au Québec

Voici comment on va recycler la batterie des autos électriques au Québec

L’Apple Watch Ultra au Canada vendredi pour 1099$

L’Apple Watch Ultra au Canada vendredi pour 1099$

Amazon lance des nouvelles tablettes destinées aux enfants

Amazon lance des nouvelles tablettes destinées aux enfants

Plus d'actualités

Windows 11: il va y avoir pas mal plus d’applications Android sur votre PC cet automne

Windows 11: il va y avoir pas mal plus d’applications Android sur votre PC cet automne

Apple AirPods Pro: même format, plus de muscle

Apple AirPods Pro: même format, plus de muscle

Après deux ans de pandémie, le MEGAMIGS de Montréal revient dans une édition plus rassembleuse

Après deux ans de pandémie, le MEGAMIGS de Montréal revient dans une édition plus rassembleuse

Populaires

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

Facebook et son nouveau logo

Facebook et son nouveau logo

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .