Wikimedia refuse de supprimer le selfie d’un macaque

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Les demandes répétées du retrait d'une image restent ignorées par l'organisme derrière Wikipédia. Pourquoi? Parce que c'est le macaque qui a appuyé sur le déclencheur, et non le photographe.

David J. Slater, photographe de la nature sauvage, a visité l’Indonésie en 2011. Lors de son périple, alors qu’il tentait de prendre la photo d’un groupe de macaques à crête, l’un d’entre eux subtilisa un appareil photo de ses bagages avant de prendre une centaine de selfies. Que l’on aime ou non ce type de photo actuellement très tendance, on ne peut qu’applaudir l’animal pour son avant-gardisme.

Wikimedia considère que l’image fait partie du domaine, public parce qu’elle n’est pas le fruit du travail d’un être humain.

Évidemment, la grande majorité des images captées par le macaque étaient floues ou pointaient dans n’importe quelle direction. Toutefois, une photo est ressortie du lot : celle du visage souriant de l’effrontée (il s’agit d’une femelle).

«Ils étaient très espiègles à sauter sur tout mon équipement, et on aurait dit qu’ils posaient pour la caméra lorsque l’un d’entre eux a appuyé sur le déclencheur», a raconté Slater au Telegraph, quelque temps après l’événement.

Depuis, la photo a fait le tour du monde.

Si bien qu’aujourd’hui, elle se retrouve sur Wikimedia, l’organisme à but non lucratif ayant fondé (entre autres) Wikipédia, qui considère que l’image fait partie du domaine public parce qu’elle n’est pas le fruit du travail d’un être humain.

De son côté, Slater prétend que cette décision met en péril son revenu d’emploi, puisque n’importe qui peut prendre l’image et la publier sans avoir à payer la moindre redevance. «Si le singe l’a pris, il possède le droit d’auteur, pas moi, voilà leur argument de base. Ce qu’ils ne réalisent pas est que c’est à un tribunal d’en décider», a déclaré le photographe, qui s’apprête à attaquer Wikimedia en justice sur la question.

«Ce voyage m’a coûté environ 2 000£ (3 680$ CA ou 2 520€) pour la photo de ce singe. Sans parler de l’équipement de 5 000£ (9 200$ CA ou 6 300€) que je portais, des frais d’assurance, de l’équipement informatique que j’ai utilisé pour traiter les images. La photographie est une profession coûteuse sur laquelle on empiète [de plus en plus]», poursuit-il.

«Pour chaque série de 100 000 photos, une seule fait de l’argent qui me pousse à continuer. Et c’était le cas de cette image. Ça représente une année de travail en réalité», conclut Slater.

Les dernières nouvelles

Ubisoft repousse Skull and Bones pour la cinquième fois

Ubisoft repousse Skull and Bones pour la cinquième fois

Mario, les Lapins Crétins, Overwatch, les chevaliers de Gotham et cie: Voici les principaux jeux à surveiller en octobre !

Mario, les Lapins Crétins, Overwatch, les chevaliers de Gotham et cie: Voici les principaux jeux à surveiller en octobre !

Pourquoi le numérique a-t-il été complètement absent de la campagne électorale?

Pourquoi le numérique a-t-il été complètement absent de la campagne électorale?

Plus d'actualités

On en sait déjà beaucoup sur les nouveaux Pixel 7 de Google

On en sait déjà beaucoup sur les nouveaux Pixel 7 de Google

Les batteries gonflables reviennent hanter les appareils Samsung

Les batteries gonflables reviennent hanter les appareils Samsung

Windows 11 n’est pas le système le moins énergivore…

Windows 11 n’est pas le système le moins énergivore…

Populaires

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .