Google poursuit sa lancée visant à remplacer Amazon

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Pour l'entreprise, il ne sera bientôt plus question pour ses utilisateurs de seulement chercher des produits sur son moteur de recherche. Google souhaite vous aider à acheter ces produits.

Sur son blogue officiel, l’entreprise a annoncé cette semaine que son service Google Express (anciennement Google Shopping Express) était maintenant accessible dans trois nouvelles régions urbaines : Chicago, Boston et Washington, DC.

Plus de 19 millions d’Américains peuvent maintenant magasiner en ligne et obtenir des biens le jour même.

Au total, plus de 19 millions d’Américains peuvent maintenant magasiner leurs boutiques locales et obtenir des biens le jour même.

Soulignons que Google Express n’est pas un magasin en soi : c’est plutôt un moyen pour les marchands locaux d’exploiter le service afin de vendre leurs produits en ligne. Bien qu’Amazon permet également la vente de produits par des tiers, elle concurrence à la fois ces derniers en jouant également le rôle de boutique en ligne.

En plus de l’ajout de ces trois nouveaux marchés, Google a conclu divers partenariats avec diverses chaînes de magasins telles que Stop & Shop à Boston, Giant Food à Washington, et Lux Roses, TigerDirect, Treasure Island Foods et Wrigleyville Sports à Chicago. Ces détaillants s’ajoutent à la liste actuelle, comprenant Costco, Guitar Center, REI, 1-800-Flowers et Branes & Nobles.

googleexpressdoor

L’entreprise souligne également que les résidents de la baie de San Francisco peuvent désormais acheter de l’alcool par le biais de Google Express.

Un marché en pleine expansion

Les clients ont le choix d’utiliser gratuitement le service en payant les frais de ports et de manutention à la pièce pour chacune de leurs commandes d’au moins 15$ US, ou de s’abonner au service afin de bénéficier de la livraison gratuite pour un tarif de 10$ US par mois ou 95$ US par année.

Selon les estimations de la firme Boston Consulting, ce secteur pourrait représenter un marché de 425 à 850 millions de dollars US.

Sameer Samat, vice-président de Google Shopping, a déclaré dans une entrevue au Wall Street Journal qu’il croyait que ce service allait devenir une importante entreprise en soi, mais n’a toutefois pas confirmé que Google avait bel et bien investi près de 500 millions pour son développement (tel que le suggèrent les rumeurs).

Samat a également profité de l’occasion pour souligner que Google ne se voyait pas en rivalité avec Amazon et Alibaba, et que l’entreprise a de «très bons partenariats» avec ces deux joueurs de l’industrie.

Google se retrouve ainsi parmi les dernières entreprises à intégrer le marché des boutiques offrant la livraison de produits le jour même. Selon les estimations de la firme Boston Consulting, ce secteur pourrait représenter un marché de 425 à 850 millions de dollars US.

Les dernières nouvelles

Une faille Bluetooth affecte des millions de serrures … y compris celles des Tesla

Une faille Bluetooth affecte des millions de serrures … y compris celles des Tesla

Un nouveau format musical entre le vinyle et le CD voit le jour

Un nouveau format musical entre le vinyle et le CD voit le jour

Bientôt sur Netflix : la télé en direct?

Bientôt sur Netflix : la télé en direct?

Plus d'actualités

Échec pour Grand Theft Auto Trilogy: The Definitive Edition, encore beaucoup de succès pour Grand Theft Auto V

Échec pour Grand Theft Auto Trilogy: The Definitive Edition, encore beaucoup de succès pour Grand Theft Auto V

Ubisoft+ s’en vient sur les consoles PlayStation !

Ubisoft+ s’en vient sur les consoles PlayStation !

Autoexec Games remporte le gros lot dans la 6e édition des Ubisoft Indie !

Autoexec Games remporte le gros lot dans la 6e édition des Ubisoft Indie !

Populaires

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .