Google adopte la clé de sécurité physique

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Il est désormais possible d'utiliser une clé USB afin de bénéficier d'une authentification encore plus sécurisée aux divers services de Google.

Cette nouvelle méthode de connexion s’ajoute à l’authentification avec validation en deux étapes mise en place depuis 2012 par l’entreprise.

Une fois la clé configurée et associée à votre compte, vous n’avez qu’à brancher celle-ci à n’importe quel port USB de votre ordinateur avant de vous connecter au service Google de votre choix.

Essentiellement, la clé de sécurité remplace le code de sécurité transmis lors de chaque connexion, et son utilisation a l’avantage de simplifier l’authentification (aucun code complexe à retaper) aux divers services de Google sans que ça ne fasse au détriment de la sécurité, comme le souligne l’entreprise :

«Lors de la validation en deux étapes, pour vous connecter, vous devez détenir une information connue de vous seul (votre mot de passe) et un appareil vous appartenant (votre téléphone). Nous envoyons un code de validation sur votre téléphone lorsque vous tentez de vous connecter, afin de vérifier votre identité.»

«Cependant, des pirates disposant de méthodes perfectionnées peuvent créer des sites imitant ceux de Google, sur lesquels vous êtes invité à fournir vos codes de validation. La clé de sécurité offre un niveau de protection supplémentaire contre ce type d’attaque. En effet, cette fonctionnalité utilise la cryptographie à la place des codes de validation et ne fonctionne automatiquement qu’avec le site auquel elle est destinée.»

Ce que Google nomme clé de sécurité (ou security key) est en réalité une clé USB qui doit être compatible avec le protocole Universal 2nd Factor de l’alliance FIDO, une norme ouverte d’authentification. Cette norme est déjà utilisée depuis 2 ans dans plusieurs entreprises afin de sécuriser l’accès à des données confidentielles. Tel que le souligne le blogue Cubic, son protocole exploite la cryptographie asymétrique, un mécanisme qui repose sur des couples de clés privées et publiques en les associant à un périphérique sécurisé (une carte à puce, un capteur biométrique ou une clé USB spécifique).

Le détenteur d’un tel périphérique peut donc configurer sa clé USB gratuitement en suivant la procédure à partir du site l’entreprise. À noter que son utilisation requiert la version 38 ou ultérieure du navigateur Chrome.

Une fois la clé configurée et associée à votre compte, vous n’avez qu’à brancher celle-ci à n’importe quel port USB de votre ordinateur avant de vous connecter normalement (en inscrivant votre nom d’utilisateur et votre mot de passe) au service Google de votre choix.

Les dernières nouvelles

Voici comment on va recycler la batterie des autos électriques au Québec

Voici comment on va recycler la batterie des autos électriques au Québec

L’Apple Watch Ultra au Canada vendredi pour 1099$

L’Apple Watch Ultra au Canada vendredi pour 1099$

Amazon lance des nouvelles tablettes destinées aux enfants

Amazon lance des nouvelles tablettes destinées aux enfants

Plus d'actualités

Windows 11: il va y avoir pas mal plus d’applications Android sur votre PC cet automne

Windows 11: il va y avoir pas mal plus d’applications Android sur votre PC cet automne

Apple AirPods Pro: même format, plus de muscle

Apple AirPods Pro: même format, plus de muscle

Après deux ans de pandémie, le MEGAMIGS de Montréal revient dans une édition plus rassembleuse

Après deux ans de pandémie, le MEGAMIGS de Montréal revient dans une édition plus rassembleuse

Populaires

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

Facebook et son nouveau logo

Facebook et son nouveau logo

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .