Uber Montréal souhaite s’entendre avec le gouvernement provincial

Taxi à rabais

Québec
Liste de tags

Les dirigeants sur service de transport de personnes nouveau genre ont rencontré le ministre Robert Poëti pour que leurs activités ne contreviennent pas à la législation québécoise.

En service à Montréal depuis bientôt un an, l’application Uber – qui offre à ses utilisateurs d’obtenir et de payer un transport vers la destination de leur choix – suscite la grogne des opérateurs de taxi montréalais depuis plusieurs mois. Si bien que le service, dont la légalité a été critiquée à plusieurs reprises par le maire de la métropole Denis Coderre, se retrouve aujourd’hui face à des menaces de poursuite judiciaire.

Uber, dont la légalité du service a été critiquée à plusieurs reprises par le maire de la métropole Denis Coderre, se retrouve aujourd’hui face à des menaces de poursuite judiciaire.

Ailleurs au Canada, la légalité d’Uber a d’ailleurs été contestée devant les tribunaux – une situation qu’Uber Montréal souhaite éviter à tout prix.

Suite à sa rencontre avec les dirigeants de l’entreprise, le ministre des Transports s’est montré ouvert à la proposition, sans toutefois avantager Uber pour autant. Interrogé par Radio-Canada, Robert Poëti a déclaré : «Lorsque quelqu’un vient vous voir et vous dit : “Écoutez, on est une nouvelle technologie et une nouvelle forme d’entreprise qui vient vous demander conseil. Est-ce qu’on pourrait d’une certaine façon être capable d’entrer dans la loi?” Je crois que de claquer la porte [démontrerait] une fermeture qui n’est pas correcte.»

L’optimisme de Poëti est néanmoins bien mince à l’égard d’un terrain d’entente au sujet d’UberX, la déclinaison bon marché du service de transport d’Uber.

«Vous ne pouvez pas décider que vous allez faire quelque chose parce que vous êtes gentil et de monter une entreprise sur celle-ci sans suivre les règles», a expliqué le ministre à la CBC. «Ce sera donc plus difficile [à ce niveau], ça va de soi.»

Le PDG de Taxi Diamond, Dominique Roy, a sans surprise été sévère à propos de son concurrent. «Uber travaille à Montréal depuis un an de façon illégale, et aujourd’hui, il demande à modifier la réglementation pour se rendre légal», raconte Roy. «Je trouve ça vraiment indécent de leur part, mais c’est leur mode d’opération.»

Au début de la semaine, le ministère de l’Intérieur français a annoncé que l’application UberPOP, l’offre payante de transport entre particuliers proposée par Uber, sera interdite au pays selon une nouvelle loi qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain.

  • Larry Saint Urbain

    Le lobby de l’industrie du taxi gagne des fortunes c’est pour cela qu’ils ont peur de perdre le marché qui a rendu une licence de 12,000$ à 250,000$.
    Je demande d’encadrer les UberX qui veulent mettre à la disposition des consommateurs, leurs voitures personnelles pour les transporter à une fraction du prix. Vous allez voir que les chauffeurs de taxi vont changer leur comportement et mettre en propre leurs voitures et culottes. Ils puent toutes sortes d’odeur nauséabonde.

    Lari

  • Jean-Claude

    J’ai regarder et je me suis inscript pour utiliser Uber comme client mais ce serait un dernier recours pour moi d’appeler un particulier. Car je me demande, au Quebec, comment Est-ce que la SAAQ couvre les conducteurs et passagers de Uber en ce moment ?
    En plus, les assureurs privés ne paierait probablement ni les dégâts, ni les blessures d’un accident de la route lors d’un transport commercial. Comment les assureurs peuvent vérifier si leurs clients sont des travailleurs Uber et si ils était en services au moment d’une réclamation ? Quels sont recours d’un utilisateurs abusé par un chauffeur.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Ce sont d’excellentes questions. Je vais tenté de trouver des réponses…

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Voici la réponse d’une porte-parole de la SAAQ : «Étant donné que nous sommes dans un régime sans égard à la faute, les victimes impliquées dans un accident de voiture sont couvertes par la Société, sans égard au fait que ce soit dans le cadre d’un transport illégal. Ce sera le rôle du système judiciaire de juger d’une faute et des conséquences attribuables.»