Google souhaite devenir un opérateur de téléphonie mobile

Mobile World Congress

Sundar Pichai, vice-président responsable notamment d’Android, a dévoilé cette semaine que Google avait l’intention de s’allier avec un ou plusieurs opérateurs américains afin d’offrir ses propres services mobiles.

Essentiellement, le plan de match de Google est ainsi de devenir un MVNO (ou opérateur de téléphonie mobile virtuel), soit un fournisseur de services mobiles qui ne possède pas de fréquences ni d’infrastructure propre à son entreprise.

«Nous aurons quelque chose à annoncer au cours des prochains mois.»

Par conséquent, bien que les ambitions de Google semblent loin derrière celles des Verizon et AT&T de ce monde, l’arrivée de ce nouveau joueur pourrait avoir des implications importantes sur le marché de la téléphonie mobile – tel que le démontre Virgin Mobile, l’un des plus importants MVNO à l’échelle internationale.

«Notre objectif est de pousser un ensemble d’innovations afin que les gens voient ce que nous faisons et que l’ensemble de l’écosystème puisse les adopter», a affirmé Pichai, annonçant que l’entreprise souhaitait explorer ce marché lors du Mobile World Congress.

«L’approche d’Android et de tout ce que nous faisons est d’offrir un écosystème, et [un tel réseau mobile aurait] les mêmes attributs. Nous avons toujours essayé de pousser l’enveloppe avec des innovations matérielles et logicielles», a déclaré Pichai à TechCrunch. «Nous souhaitons ainsi expérimenter dans ce contexte. Nous n’avons pas l’intention de devenir un opérateur de réseau à grande échelle. Nous travaillons actuellement en partenariat avec d’autres opérateurs. Nous aurons quelque chose à annoncer au cours des prochains mois.»

Malgré que Pichai tente de minimiser les implications de son entreprise, progressivement, Google est susceptible d’étendre ses activités mobiles comme elle l’a fait avec son service Internet à fibre optique, Google Fiber. L’entreprise californienne a notamment demandé à la FCC il y a quelques semaines l’autorisation de tester aux États-Unis des communications sans fil à ultra haute fréquence. Sans compter que des rumeurs de pourparlers entre la société, Sprint et T-Mobile circulent sur la Toile depuis janvier.

Lorsque l’on garde en tête l’expérience Nexus, la gamme de téléphone conçue par Google en partenariat avec divers fabricants mobiles, difficile de ne pas voir un certain potentiel derrière le nouveau projet.

  • Benoit Brunet

    malheureusement y risque de pas venir au canada car les regles du crtc sont claires !!!

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      C’est à dire? Virgin Mobile était un MVNO avant d’être acquis par Bell en 2009. Il existe également d’autres opérateurs virtuels…

  • Benoit Brunet

    ah oui pour sa j’avoue mais les compagnie comme rogers bell telus met des cout assez elever pour les MVNO. J’ai remarqué dernierement un changement dans les tarifs autant en service résidentiel et mobile au USA ils baissent de plus en plus ici on augmente a une vitesse folle. Coté mobilité y nous faut une compagnie qui puisse appuyer wind Mobile et Mobilicity pour une présence partout au canada !!!

    • Alexandre Rodrigue

      Verizon voulait acheter Wind Mobile voilà 2 ans et ça fait patate. Le seul fournisseur présentement qui peut aider à faire baisser les prix (et on l’a vu au Québec, comparativement au reste du Canada), c’est Vidéotron. De plus, ils ont des fréquences LTE en Ontario, Alberta et B-C.

      Le marché du mobile est très restraint au Canada avec notre population et notre grand territoire. Certes, les zones urbaines sont bien desservies, mais dès que l’on s’éloigne, on perd en couverture. C’est cher à construire un réseau performant et pas très rentable

      • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

        Résumé le potentiel du marché canadien avec le seul exemple de l’échec de Verizon manque un peu de sérieux. ;)

        • Benoit Brunet

          Depend regarde wind mobile, ou sakstel qui a mis une solide concurence les cout son largement inférieur qu’ici !!!!

          • Alexandre Rodrigue

            Wind Mobile, ha ha ha ha…. tu sors de la ville et t’es pu sur le réseau (ironie). Sasktel est un bon exemple, Eastlink aussi mais Wind Mobile, je suis sur le bord de m’étouffer;p Malgré son bon potentiel, ses bons prix et sa présence dans les grandes villes canadiennes, les gens ne semblent pas vouloir y adhérer.

          • Benoit Brunet

            c’etait comme ca avant mais depuis ils ont un reseau partenaire qui permet d’offrir du service partout. Mais le roaming charger sur le reseau partenaire est tellement énorme et dire que si tu va au usa sa te coute rien de plus :/

        • Alexandre Rodrigue

          Je sais que mon exemple est douteux, mais il n’empêche que pour avoir une véritable compétition, il faut que le fournisseur ait un réseau, et ça coûte cher bâtir un réseau. En plus, il faut acquérir des licences et avoir les bonnes fréquences pour offrir les appareils (début ironie) que les gens se font dire d’acheter (fin ironie). J’avais oublié d’ajouter que les gens sont loyaux à leur opérateur mobile. Espérons que les nouvelles règles en termes d’itinérance domestique va faire changer la donne. On va pouvoir prendre n’importe quel opérateur se promener partout où la technologie le permet.

      • Benoit Brunet

        Videotron a rentré sur le marché du cellulaire en mettant en place une penetration de marché tres fort et depuis les prix ont extrermement augmenté. Videotron Bell Rogers Telus c’est rendu du pareil au meme.

        • Alexandre Rodrigue

          les prix ont augmentés un peu partout pour les téléphones haut de gamme, il faut dire merci au CRTC avec les contrats de 2 ans. Avec le recul, ça été l’une des pires décisions de faire passer les contrats de 3 à 2 ans. Avant, on pouvait avoir un téléphone haut de gamme et avoir le forfait que nous voulions. Maintenant, on est obligé de prendre un forfait d’au moins 70$ (voire plus) si l’on veut l’appareil dernier cri. Réfléchissez 30 secondes et vous allez voir que j’ai raison, sur ce point.

          Bref, l’idéal, c’est d’attendre une baisse de prix ou économiser pour acheter l’appareil. Là ça devient rentable.

          • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

            L’une des pires décisions? Je préfère de loin être contraint à un contrat de 2 ans, soit la durée de vie «pratique» d’un tel appareil lorsqu’on veut quelque chose d’un tant soit peu moderne et adapté aux nouvelles applications, qu’un contrat de 3 ans. Pour ma part, je payais déjà pour un gros forfait avant de renouveler, alors ça ne change rien. Sans compter qu’on peut faire déverrouiller notre téléphone après 90 jours. Allons, ce n’est pas «l’une des pires» décisions…

          • Alexandre Rodrigue

            Je sais que je ne me fais pas d’amis en affirmant ça, mais je crois que la décision concernant la durée des contrat n’a pas eu l’effet voulu, soit baisser la facture des services mobiles. Pour les autres décisions, j’ai rien à dire, je lève mon chapeau. Pour ma part, je préfère soit avoir un contrat de 3 ans et payer le reste du montant ou payer l’appareil dès le départ, mais pouvoir choisir mon forfait.

  • Alexandre Rodrigue

    wow un réseau mobile avec des appareils Android, fait changement;p Bel opportunité de mettre en valeur la gamme Nexus.

  • frederic

    Un commodore :) quelle belle epoque avec l amiga 500 !!! Et la premiere console amiga cd 32 ….. je suis heureux qu il reste des utilisateurs de ses machines formidable que commodore a sus nous faire rever par la suite …..