Votre téléphone est-il trop intelligent pour votre bien?

Pas de panique

Exclusif

Une nouvelle étude scientifique identifie des liens gênants entre la manière dont un individu utilise son téléphone intelligent et le fonctionnement de son cerveau. Mais ne vous en faites pas : c’est une bonne nouvelle. Voici pourquoi.

Nous vivons à une époque où la puissance de calcul d’un modeste téléphone intelligent se compare à celle d’un ordinateur dernier cri d’il y a dix ans. Nous vivons aussi à une époque où l’espace public est infesté de caves. Il est donc naturel de se demander s’il y a un lien entre les deux phénomènes. Doit-on blâmer le iPhone pour le déluge de conneries qui déferle de la bouche de nos valeureux ministres ces temps-ci? Les vedettes de la téléréalité sont-elles des robots ou sont-elles simplement lobotomisées par leurs Android?

Doit-on blâmer le iPhone pour le déluge de conneries qui déferle de la bouche de nos valeureux ministres ces temps-ci? Les vedettes de la téléréalité sont-elles des robots ou sont-elles simplement lobotomisées par leurs Android?

Des chercheurs du département de psychologie de la très prestigieuse Université de Waterloo, en Ontario, viennent de publier un article dans lequel ils se penchent sur la question. Au premier coup d’œil, il y a de quoi grincer des dents. Mais seulement au premier coup d’œil.

Téléphone intelligent, utilisateur épais?

Intitulé The brain in your pocket : Evidence that Smartphones are used to supplant thinking, l’article affirme que plus un individu a tendance à se fier à son intuition plutôt qu’à réfléchir quand on lui demande de résoudre des puzzles, plus il aura recours à son téléphone intelligent pour trouver les réponses à ses questions dans la vie de tous les jours.

Les auteurs en concluent que #LesGens qui n’ont pas la volonté ou la capacité de réfléchir par eux-mêmes «sous-traitent» ce travail à leurs gadgets. Pas envie de vous forcer pour vous rappeler le nom du dernier Premier ministre du Québec issu de l’Union Nationale? Google. Votre table de multiplication est trop loin pour que vous calculiez 13 × 17 dans votre tête? Il y a une app pour ça. Le boss final de votre nouveau jeu vidéo est imbattable? Pas besoin de vous casser le coco, vous trouverez 12 000&nbssp;vidéos explicatives sur YouTube.

Autrement dit, le téléphone serait la béquille des gnochons et des paresseux, et son utilisation, une forme «d’avarice intellectuelle» pour reprendre les termes inflammatoires que les auteurs n’hésitent pas à invoquer. Plus besoin de cerveau quand on pense avec les doigts.

La fin du monde ne sera pas webdiffusée

Avez-vous peur pour l’avenir de la civilisation? Vous ne devriez pas, parce qu’en matière de révolutions technologiques qui encouragent l’extériorisation du travail intellectuel, nous avons déjà vu bien pire. Le genre de sous-traitance qui, si les psychologues de Waterloo avaient raison de s’inquiéter, aurait depuis longtemps rabaissé l’être humain au niveau du rhododendron.

evo

Or, cette révolution a été immensément positive. Parce que l’infâme technologie qui aurait dû faire de nous des ânes bâtés, c’est l’écriture. En effet, quand on peut enregistrer de l’information sur une tablette en céramique, sur un papyrus ou sur le mur de sa caverne, on n’a plus besoin de se rappeler des moindres détails de notre passé. L’art de la mémoire des poètes aèdes de l’Antiquité grecque, qui racontaient l’Odyssée ou l’Iliade ligne par ligne sans support physique, a largement disparu. Mais la vie intellectuelle de l’être humain moyen est infiniment plus riche que celle de nos ancêtres pour qui l’accès à la culture se limitait à écouter un vieux barde au coin du feu.

Coupable, votre déshonneur!

Y a-t-il des gens qui se servent de Google comme d’une béquille pour ne pas avoir besoin de penser? Bien sûr. La flopée de tarlas qui justifient leur peur des vaccins en disant qu’ils ont «lu sur le Web» le témoignage d’une Playmate ou une étude frauduleuse rétractée depuis une décennie le démontre amplement.

Mais pour la plupart des gens, le recours au téléphone intelligent n’est qu’une adaptation tout à fait saine à un environnement nouveau. N’importe quelle élève de 3e secondaire d’aujourd’hui a développé, consciemment ou inconsciemment, des habiletés de recherche d’information qui auraient fait rougir d’envie un archiviste professionnel de 1975 – et elle a accès, en une fraction de seconde, à toute la connaissance de l’humanité. Ça aussi, c’est une forme d’intelligence. Il suffit de savoir trier.

Et aux grincheux qui braillent : «Oui, mais si les élèves n’avaient plus de téléphones, ils seraient bien mal pris!», on ne peut que répondre : «Les téléphones existent dans la vraie vie et ils sont là pour rester; Deal with it

Cerveau

D’ailleurs, je pourrais facilement nommer quelques personnages publics à qui il faudrait donner des Galaxy S6 de toute urgence afin qu’ils puissent consulter la sagesse collective de leurs semblables avant de prendre des décisions. Mieux vaut une intelligence sous-traitée qu’une bêtise autonome.

Post-scriptum

Sachez que les puzzles intellectuels bizarres m’amusent. Je pourrais vous réciter la liste de tous les Présidents américains dans l’ordre, avec quelques anecdotes savoureuses sur les plus rigolos de la bande, et j’ai déjà triplé mon revenu annuel en participant à des quiz télévisés – deux fois plutôt qu’une. Je ne suis donc absolument pas anti-effort. Mais je n’oserais pas dicter à qui que ce soit le type d’effort qui lui convient.

  • http://jpmurray.net Jean-Philippe Murray

    C’est la première fois de ma vie que je ressens le besoin de commenter un article avec un commentaire qui n’apporte rien au sujet. Tant pis:

    « Bravo. Oui. Pis full. »

    Je sais pas comment mieux exprimer mon sentiment envers la chronique, mais maudit que je l’aime.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Partage l’article dans ce temps-là JP… ;)

      • http://jpmurray.net Jean-Philippe Murray

        Tu sais pas apprécier la rareté de mes émotions ;-)