Netflix songe à rendre son catalogue uniforme dans tous les marchés

Rumeurs

Liste de tags

Quelle est la meilleure façon de contrer l’emploi de VPN par les utilisateurs de Netflix qui souhaitent contourner les restrictions géographiques? Donner aux consommateurs exactement ce qu’ils réclament.

Imaginez si Netflix avait une seule et même offre de contenu, peu importe que vous soyez au Canada, aux États-Unis, en France ou ailleurs dans le monde. C’est la nouvelle rumeur à propos de Netflix qui circule ces jours-ci sur la Toile, s’appuyant sur les propos mêmes du PDG de l’entreprise, Reed Hastings.

«La solution simple pour Netflix serait de devenir un service mondial et d’avoir un catalogue uniforme partout dans le monde pour éliminer la nécessité d’utiliser un VPN.»

En effet, lors d’une entrevue réalisée avec Gizmodo dans le cadre du lancement de Netflix en Australie, le grand patron s’est exprimé sur une façon de régler la question du VPN une bonne fois pour toutes.

«L’emploi de VPN n’est qu’un petit astérisque par rapport au piratage», selon Hastings. «Le piratage est le vrai problème du monde entier. L’utilisation de VPN met en scène quelqu’un qui est prêt à payer, mais qui ne peut pas tout payer. La solution simple pour Netflix serait de devenir un service mondial et d’avoir un catalogue uniforme partout dans le monde pour éliminer la nécessité d’utiliser un VPN. Ensuite, nous pourrions concentrer nos efforts sur le plus grave problème qu’est le piratage.»

«L’élément essentiel lié au piratage est qu’une fraction de ceux qui l’exercent ne peut tout simplement pas obtenir le contenu autrement. Nous pouvons nous attaquer à ce problème. L’autre portion de ceux qui piratent toutefois se résume à des personnes qui ne veulent pas payer. C’est la partie la plus difficile. En tant qu’industrie, nous avons besoin de régler la question du contenu à l’échelle internationale», a-t-il conclu sur le sujet.

Essentiellement, Hastings croit que négocier les droits de distribution des contenus de Netflix dans l’ensemble des marchés où le service est offert est chose possible.

Reste à voir maintenant si les ayants droit seront ouverts à l’idée, et quelles conséquences une telle décision pourrait avoir sur des marchés avec des mesures protectionnistes importantes comme le Canada.

  • Benoit Vendette

    Comment rendre la vie difficile aux clients qui veulent payer :P

    J’aimerais savoir si le piratage est réellement un problème avant de s’attaquer au problème du piratage. Je ne suis pas convaincu.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Fondamentalement, un créateur qui ne touche pas de redevance lorsque le public consomme ses créations, c’est un problème.

      • soyphrenn

        C’est un problème récent. Avant, le droit d’auteur « disparaissait » après le premier achat. On achetait un livre, on payait des droits d’auteurs. Puis ce livre pouvait être prêté, donné, revendu sans aucun problème de droit d’auteur. La vraie question c’est comment redéfinir correctement le droit d’auteur avec la consommation d’aujourd’hui. Tant que cela ne sera pas résolu, et qu’on essayera, de manière obtus, de résoudre le problème du piratage avec des lois périmées, le problème persistera…

      • serge a

        Même si c’est « vrai », cela n’a absolument rien à voir avec le « problème ». Le droit d’auteur est un argument fallacieux (détourner) pour que les parasites (maison édition, distributeur, …) touche de l’argent. En pratique, ils en ont rien à F***** de l’auteur. Ils défendent leur intérêt et utilise cette arguments outrancièrement.

        J’abonde avec le commentaire de @@soyphrenn:disqus !

        Mais le trouble est plus profond que ca (maudit capitaliste de M@!#?). Les gens on des moyens limité (revenus). Et croire que tout les diables capitaliste peuvent fixer les prix et s’approprié le marché est complètement con.

        Le problème est une question d’intérêt personnel, et d’injustice « aléatoire ».

        L’individus A (très chanceux!) a tout le contenu qu’il aime, chez le même service (fournisseur/distributeur /…) Et il paye relativement pas trop chère.

        L’individus B (très malchanceux) a tout sont contenu qu’il aime dispersé. Disney, netflix, …et se retrouve avec 2-3-4-5 … 10 factures! Parce que les Capitaleux veulent non seulement leur part, mais en veulent toujours plus! Un service tel la « télé », un club vidéo, ou du streaming, sert a quoi en bout de ligne? (les gens sont ppauvres et cherche une alternative à la suivente ci-bas)

        Peut-être qu’un Bill Gates peut se faire batir un théatre, signer des contracts avec tout les distributeur imaginable, et légalement avoir « TOUT ».

        La plupart des gens doivent faire un choix, non pas limité par la moral, mais par l’économie (pouvoir d’achat) Et ca rien ne peut vraiment y change grand chose. Personne ne veut que l’auteur creve de faim, personne ne veut vraiment être illégal… Mais personne n’a vraiment les moyens d’accèder a tout le contenu qu’il veut « légalement ».

        Je lis des livres (en bon vieux papier) pour une raison simple. Il entre dans la catégorie « versatilité » Je peux préter un livre a un amis/parent quand j’ai fini de le lire. Contrairement a son alter égo numérique qui est « attacher » a la tablette (liseuse) Je pourrais prèter la liseuse… mais comment deux (voir plus) personnes peuvent lire un livre numérique sur la même liseusse en même temps ?

        Un auteur, par livre, touche quoi 1$, 2$? (alors qu’on nous le vend 30$ voir plus) Et cela, même si le livre est numérique

        (voila quelque années, je m’intéressait a devenir auteur, et je cherchais des infos sur les coûts et le % pour l’auteur, … , et l’éditeur. Ce dernier, sous prétexte de « risque », se garde la grosse part du gateux! [système d'escorc selon moi] et j’ai découvert que le plus grosse par des coûts va à l’impression [80% du coût si ma mémoire ne fait pas défaut]. Aujourd’hui, avec le livre numérique, ces coûts disparaissent (sans compter: l’entreposage, transport!, et surement d’autres …qui disparaissent aussi!!!) alors je m’attendait a une baisse du coût des livres numérique d’au moins 80%… et pourtant. Ils coûtent aussi chère si ce n’est plus. )

        J’aurais aucun problème a acheter un livre (ou film) directement à l’auteur (sans parasitage d’escroc entre les deux) et a payer (pour mes amis, et parent) le droit auteur pour ces « prêt ». (je récupère le livre à la fin) et a 2$ par livre pour l’auteur, même si je le pret 3 fois, le livre me couterais que 8$ en tout. Alors que maintenant, par le biasi des maison d’édition & distributeur/revendeur, les livres me coutent entre 30 et 40 $

        Alors pour l’argument des droits auteurs… c’est de la belle connerie. (pour culpabiliser les gens)

        Dans notre utopie collective (iilusion, vision du monde) et même dans le droit (légal) tout le monde sait que les monopoles sont dangereux [et illégal! Vraiment? Windows? procès qui a été une vrai farce!]… pourtant, ou voit naitre (notamment Disney, Netflix, mais bien d’autres …. et d’autre secteur que le streaming aussi, par exemple jeu vidéo: Xbox, …) un nouveau monopole qui existe et qui est « toléré »: l’exclusivité.

        An tant que consommateur, je trouve déjà honteux (trop élever) le prix de certain jeux (« blocbuster ») dont certain on une méchante tandence à être exclusif (ou semi-exclusif).
        Imaginer le coût faramineux:
        Que Nintendo: Zelda, Metroid (200$ + 70 * 2) 340$ pour 2 jeux
        Que Xbox: Halo (300et+ console, jeux 70$ a l’époque) 370$ 1 jeu
        Que PS [2-3-4: selon version] Final fantasy (aucune idée coute ici, similiare xbox)
        Que PC: World of warraft. (pc => 1000$ et plusEt payer jusque à la fin des temps [subcription])

        balance pour un « gamer »: beaucoup trop chère… (et on s’étonne qu’il y ait du piratage!?)
        Pour le Capital: YUOPI, et on peut les fourrer encore plus… Croissance infinie…

        Le problème, est que vous essayer de « résoudre », voir le problème, sortie de son contexte en l’abordant de facon limité (un facteur isolé quand tout est multi-factoriel)

        * Soit la question est aborder du point de vue « légal » et la seule voix valable est celle du Capital (mais on biase le débat en parlant de « droits auteurs »)

        * Soit la question est aborder du point de vue du Capital (pouvoir/rapport de force, les éditeurs/distributeurs) et la seul voix valable est encore le Capital (mais/aussi on biase le débat en parlant de « droits auteurs »)

        * Soit la question est du point de vue du consommateur (pouvoir d’achat) et la seul voix valable est la « privation » (se serrer la ceinture) car il faut respecter le Capital (et accessoirement, les droits d’auteurs!)

        Le problème n’est pas la liégalité …
        Le problème c’est le système! Lui là => Le capitaliste. (mourant)
        Dans une « civilisation » qui pourrait, de plus en plus, se passer de travailleur (automatisation et informatisation… et les IA qui vont se généralisé et se perfectionné…).

        L’utopie de l’humain esclave/travailleur est a bout de souffle. Et son enfant diabolique aussi!

        (Le Capital => petit clique de « Roi » auto-proclamé qui possède tout, produise rien [ne participe pas à l'effort collectif de production biens / service] et qui vivent dans une richesse qui ferait se révolté Crésus lui-même… et ils essaient de nous culpabilisé avec des discourts de moral… Trouver l’erreur!?)

  • Steve Rodrigue

    Oh que j’aimerais ça, mais par-dessus tout, j’aimerais pouvoir facilement identifier et chercher le contenu en mobile. Leur application mobile est trop rudimentaire.

    Aussi, chercher du contenu dans une langue particulière, c’est pas facile!

  • r2d3

    Enfin!