Future Shop, une disparition inévitable

Les temps changent

Québec Exclusif

Transformation majeure dans le monde du commerce de détail, le weekend dernier, alors que Best Buy, propriétaire de la chaîne Future Shop, annonçait la fin des activités de cette entreprise et la transformation de certains emplacements en de nouveaux magasins à l’enseigne jaune.

Si Best Buy a effectivement tenté de rassurer la clientèle de Future Shop en assurant que certains magasins seraient reconvertis, il est certain que plusieurs succursales fermeront définitivement leurs portes. On peut entre autres penser au Future Shop du Marché Central, situé à quelques centaines de mètres d’un… Best Buy.

S’agit-il d’une mauvaise nouvelle pour le secteur du commerce de détail? Assurément. La disparition de Target a frappé un grand coup, et avec la disparition / transformation de Future Shop, ce sont 1 500 employés à temps plein et à temps partiel qui devront dépoussiérer leur CV.

Les années 80 ont téléphoné : ils veulent ravoir leur magasin… une campagne qui n'a pas fonctionné pour Radio Shack.

Les années 80 ont téléphoné : ils veulent ravoir leur magasin… une campagne qui n’a pas fonctionné pour Radio Shack.

Mais les magasins de grande surface vendant tout ce qui comporte un circuit électronique, des réfrigérateurs aux ordinateurs portables, emprunteront inévitablement la même voie de garage pour dinosaures numériques que celle suivie par Blockbuster et Radio Shack aux États-Unis.

Diversification

Pourquoi? Tout d’abord parce que l’offre est multiple en ligne, et que le consommateur a l’embarras du choix. Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez sur Amazon, Newegg, NCIX, TigerDirect, ou encore DirectCanada? Il vous reste toujours eBay, où il est parfois possible de dénicher la perle rare. Pour les nostalgiques de l’époque hélas pas encore révolue des magasins généralistes, il y a encore La Source. Et pour les passionnés, Addison et Maddison devraient suffire à la tâche.

Le seul hic à propos des achats en ligne demeure le délai de livraison, qui peut varier de 24 heures, si votre produit se trouve dans un entrepôt ontarien, à plusieurs semaines, le temps que le bateau cargo quitte le port de Hong Kong et traverse le Pacifique.

Future Shop a bel et bien été victime du showrooming, cette pratique consistant à se rendre en magasin pour observer les prix et obtenir des conseils de la part des préposés, avant de se rendre en ligne et de commander le même produit, souvent en profitant d’un rabais conséquent et de la livraison gratuite. Sans oublier la possibilité de passer outre le paiement des taxes de vente provinciales ou fédérales.

Il est essentiel de se faire à l’idée que les magasins d’électronique à grande surface sont désormais chose du passé. Pour mieux s’adapter aux changements importants affectant les choix des consommateurs, Best Buy devrait continuer à se tourner de plus en plus vers le Web, quitte à diminuer le nombre de ses succursales physiques. Le même jour où la chaîne annonçait la mort de Future Shop, elle faisait aussi connaître son intention d’investir 200 millions dans ses magasins et sa boutique en ligne.

Livraison gratuite pour tout achat de 25$ et plus

Amazon l’a déjà prouvé : le nerf de la guerre se situe du côté de la livraison. Si le consommateur peut demeurer bien confortablement chez lui et choisir entre plusieurs détaillants offrant tous le même produit à des prix similaires, celui qui proposera de lui livrer le tout à sa porte sans débourser un huard supplémentaire risque fort de l’emporter.

Cette chronique ne se veut pas un éloge du magasinage chez Amazon. Mais face à cette concurrence féroce, force est d’admettre qu’il faut s’adapter ou mourir.

Bien sûr, cette même stratégie commerciale nuit, à terme, aux petits détaillants, aux commerces locaux. Cette chronique ne se veut d’ailleurs pas un éloge du magasinage chez Amazon. Mais face à cette concurrence féroce du géant américain, force est d’admettre qu’il faut s’adapter ou mourir. La Source, avec ses petits magasins, peut sans doute espérer survivre pendant un certain temps. Pour Addison et ses semblables, c’est la spécialisation qui permet de sauver la mise. Mais pour les autres? Best Buy est aujourd’hui le dernier grand nom de l’électronique en grande surface au Québec, et cela n’est pas pour rien.

Dans un contexte mêlant dématérialisation des contenus (musique, jeux, films, livres, etc.) et diversification de l’offre en ligne, difficile de prévoir à quoi ressemblera le paysage accidenté du commerce électronique pour les produits numériques au cours des prochaines années. En attendant, les boutiques uniquement en ligne gagnent en économies de frais d’exploitation ce qu’elles perdent en visibilité sur la rue, et cela devrait se poursuivre.

Le modèle commercial de Future Shop était dépassé, et la compagnie a mordu la poussière. Dommage que 1 500 personnes perdent leur travail, mais la chute était prévisible. L’affaire était entendue, en fait, depuis la première fois où un client a hésité avant de passer à la caisse, histoire de sortir son téléphone intelligent et de lancer l’application mobile de son détaillant en ligne favori.

  • Jean-François Fortin

    Future Shop a surtout été victime d’une cannibalisation de ses ventes avec Best Buy. Catalogue largement similaire, promotions souvent communes, acheter dans un des magasins par rapport à l’autre était plus un acte de foi qu’autre chose. Au Québec, il n’était pas rare que quelques dizaines de mètres séparent les deux.

    • Jonathan Caron

      En fait on devrait plus parler d’une tentative d’inonder le marché afin de se protéger d’une éventuelle concurrence. Que Future Shop concurrence Best-Buy ou vice-verse importe peu …l’important est que le client achète à l’un des deux endroits….et pour en être certain on inonde le marché de nos boutiques. Autre exemple…Réno-Dépôt et Rona ….qui est en fait la même compagnie…

      • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

        Exact. Toutefois, et c’est ainsi que je perçois Réno-Dépôt et Rona, les deux commerces avaient du mal à se distinguer entre eux. Comme je le mentionnais dans l’article relatant la nouvelle, Future Shop visait une clientèle plus propice à acheter du haut de gamme, tandis que Best Buy devait contenter monsieur et madame tout le monde.

        En fait, c’est exactement comme Maxi et Loblaws dans le domaine des supermarchés. Excepté que la bannière Provigo (qui pourrait logiquement remplacer Loblaws au Québec avec Provigo Le Marché, mais la stratégie de l’entreprise n’est pas claire à ce sujet) vient brouiller les cartes.

        • Jonathan Caron

          Le problème avec Loblaws est simplement qu’ils étaient complètement déconnectés de ce que demandait leur clientèle. On visait le haut de gamme et le choix. Ok C’est bien mais dans leur cas, deux problèmes n’ont jamais été attaqués:

          1. Ce type de clientèle voulant du choix et de la qualité voudra une vrai boucherie à l’intérieur de son épicerie. Chez Loblaw la viande vendue venait de la même boucherie corporative que Maxi mais était découpé et préparé en magasin….

          2. Oui le client veut du choix mais ne veux pas payer 10% plus cher que le même produit chez IGA.

          Ces derniers ont trouvé le juste équilibre ce qui explique leur grand succès.

  • SSSLAYER

     »Le seul hic à propos des achats en ligne demeure le délai de livraison »

    C’est pas si pire je trouve… mes 2  »hics » a moi c’est de ne pas pouvoir toucher/essayer/examiner et les garanties. Je veux une chaise exprès pour le gaming, j’en ai trouver une belle a 400$ mais si je ne suis pas bien dedans, je fais quoi?

    J’ai acheter un volant pour xbox360 chez Futur Shop, brisé en moins d’une semaine…5 minutes in & out et j’en avais un neuf…qui n’a pas fait la semaine. Quand le feu a failli prendre dans le 4eme, j’étais a 27 jours de mon achat initial  »Je veux me faire rembourser! » Ça pris 30 secondes et les seuls frais que j’ai eu au courant du mois c’est un peu d’essence pour me rendre. Pas certain que c’est aussi simple avec Amazon. A moins que je me trompe, la loi du 30 jours au Québec ne s’applique pas vraiment en ligne.

    • bazare

      Correction il ny a aucune lois au quebec qui dis que tu as 30 jour pour retourner un article… toute vente est final. cependant plusieurs magasin assouplice en ajoutant une politique magasin qui offre satisfaction client… pour ce qui est des services en lignes il suffit de verrifier les pollitique de retour avant lachat et sa aussi cest se qui va determiner si tu fait affaire avec tel ou tel compagnie. Tout comme les frais de shipping

    • Jonathan Caron

      Amazon ont les mêmes politiques de retour très souples. Le hic est que tu dois payer le retour postal.

      • GRLTitanium

        En réalité, si tu achètes un produit expédié par Amazon, tu as 30 jours pour le retourner et ils paient les frais de retour en envoyant une étiquette prépayée Postes Canada par courriel. Il ne suffit que de l’imprimer, le coller sur la boîte et aller au bureau de poste le plus près. Le problème, c’est quand on effectue un achat sur Amazon, mais qui n’est pas « shippé » par Amazon, mais par un particulier…Dans ce cas, ça devient plus compliqué!

        Merci

  • Gaston

    «Best Buy est aujourd’hui le dernier grand nom de l’électronique en grande surface au Québec»

    Euh… Il reste encore les « Centre Hi-Fi ».

    • Jonathan Caron

      Pas certain qu’on puisse qualifier Centre Hi-Fi de grand nom…..Et justement ils viennent de fermer celui de trois-Rivières…

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      La nuance ici est dans le qualificatif «grande surface». Centre Hi-Fi, Dumoulin et Addison ne rentrent pas dans cette catégorie.

  • http://www.progitechdm.com David Munger

    Je suis propriétaire d’un Centre Hi-Fi et nos ventes sont en croissance. Probablement que nous faisons quelque chose de bien… Il y a encore des gens pour qui le commerce de proximité est important. Toucher, voir, entendre avant d’acheter et bénéficier de conseils judicieux. Encourager le commerce local qui crée des emplois locaux, j’aime croire que ça fait encore parti des valeurs québécoises. Dommage pour les employés mais permettez-moi de ne pas pleurer sur le sort de FutureShop…
    Amazon c’est bien beau mais la plus part des dollars s’en vont à l’extérieur de la province et ne revient pas… ce n’est pas un bon investissement à long terme… pensez-y !

    • Gaston

      La différence des Centre Hi-Fi d’avec Future Shop (et Best Buy), c’est la qualité du service à la clientèle. Acheter dans un centre Hi-Fi, est tellement plus agréable que de se faire achaler par quelqu’un qui ne connait pas vraiment les produits et qui « pousse » pour vendre une garantie prolongée et qui de toute évidence n’aime pas sa job (le genre d’expérience que j’ai eu chez FS).

      • Jonathan Caron

        Ce que vous dites n’est pas faux ou du moins était très vrai il y a 10-15 ans mais le problème est que de nos jours les gens font leur recherches par eux-même et en connaissent souvent plus que le vendeur sur le produit qui les intéresses. Alors à quoi bon avoir du service lorsqu’au fond ce qu’on veut c’est le meilleur prix avec une politique de retour souple…Selon moi il y a encore de l’espoir mais les boutiques en place auront avantage à s’adapter très rapidement et non pas être réactif par rapport à ce qui se passe actuellement dans l’industrie.

    • Jonathan Caron

      La seule façon de survivre est de se démarquer ou se différencier…Les ventes peuvent augmenter mais si les marges diminuent on est pas plus avancé… Concernant Centre Hi-Fi ils auraient avantage à se nicher dans un segment ou la concurrence est moins forte et ou leur faible pouvoir d’achat ne leur nuirait pas… À suivre…

    • rawende

      Bonjour,
      Tu oublies surtout de prendre en compte que les temps changent et les habitudes des gens également. Les acheteurs ne recherchent pas forcément des conseils quand ils achètent (d’où la prépondérance à aller chercher eux même en ligne). La paramètre fondamental à prendre en compte par vous les vendeurs c’est le PRIX et on ira toujours où c’est moins cher. Tu ignores le nombre de gens qui viennent béneficier de VOs conseils en magasin pour ensuite aller acheter sur internet… Il faut comprendre pourquoi…..
      à cela, les acheteurs de nos jours en savent souvent plus que des vendeurs tout simplement parce que l’information est disponible sur le web…donc vous avez des clients qui connaissent bien ce qu’ils veulent et peuvent acheter moins cher qu’en magasin….Il ne vous reste plus bcp de choix excepté ouvrir .galement en ligne tout en maintenant vos magasins pour qu’ils jouent le facteur proximité…. Le client qui viendra beneficier de vos conseils, ira alors acheter sur votre site (tant et aussi longtemps que le prix qui y est affiché est moins cher qu’en magasin).
      Vous devez comprendre que de nos jours, une personne qui dépense ne cherche pas à maintenir des emplois dans une quelconque région, elle cherche surtout le meilleur rapport qualité/prix et plus vite vous allez le comprendre, mieux ce sera pour vous.

  • Gumby

    Ça fait 10 ans que je me demande pourquoi ils maintiennent ces deux chaines en parallèle alors que tout le système en dessous était le même…

    • Jonathan Caron

      Voir mon commentaire plus haut. C’est une stratégie typique de s’accaparer de toute la demande du marché. Ça coute cher mais dans un sens ça fonctionne….et de cette façon tu te protège d’une éventuelle concurrence. Pas trop intéressant pour un éventuel concurrent de rentrer sur un marché qui est sur saturé. Ce que tu veux, c’est entrer ou il reste de la place. Et maintenant il va y en avoir. Ma prédiction…des mini boutiques type show room amazon vont apparaître d’ici 3 ans…

      • Gumby

        Pourquoi Amazon ouvrirait des boutiques? Louer des endroits physiques, engager des employés, réaliser de la publicité dans les médias… Trop coûteux.

        • Jonathan Caron

          Au même titre que les apple store. Pas nécessairement pour vendre des produits sur place mais pour faire découvrir aux gens certains produits et pour que ces derniers puisse venir toucher au objets. On parle ici de petites boutiques pas trop couteuse à opérer. Je ne crois pas que le commerce de détail soit mort. Nous ne sommes actuellement qu’en phase de recherche d’équilibre…

          • Gumby

            Apple a une raison de le faire avec sa culture du «Wow», du contrôle de ses produits, de sa mise en vente, du service à la clientèle, … Amazon? Niet.

          • Jonathan Caron

            Je te l’accorde. Du moins pour l’instant. Gageons que Amazon trouvera un jour SA raison pour prendre cette place qui vient de se libérer. Sinon c’est un autre qui la prendra. Best buy vient de se mettre en position de vulnérabilité au Canada

  • Supreme Neptune God

    Très bonne article Monsieur Prévost; les temps change…

    Nous sommes tous responsable de cette fermeture avec nos achat en ligne. Malheureusement, le Québec a carrément manquer le bateau en se qui concerne la vente en ligne et la fermeture de FutureShop n’en est qu’un exemple.

    Maintenant, comme disent les anglais; « Who’s the next? »

    • Jonathan Caron

      De mes sources les Futurs Shop n’ont pas fermés par ce qu’ils n’étaient pas rentables mais plutôt par ce que certaines succursale étaient en processus de syndicalisation. On a tué le problème dans l’oeuf…

      • Sébastien Marleau

        lol c’est n’importe quoi …

  • Lucky Luke

    Sa joue surement aussi mais l’arrivée de Best Buy à côté de tous les Future Shop a dilué le marché. En plus, la fin de l’âge d’or de la période d’acquisition de la séries de nouveaux
    gadgets des années 2005 et + (TV à écran plats, PC portables, appareils photo numériques, GPS,
    tablettes) à fait le reste.

    • Jonathan Caron

      Et les marges dans le secteur de l’électronique ont fondue à vitesse grand V….Une TV à 600$ ne rapporte pas 300$… mais plutôt 150$….et d’autant plus que les gens ne se fond plus avoir avec les produits à haute marges..(Câbles HDMI, Case de cellulaire etc.) Ils les achètes en ligne. Les jeux vidéo sont maintenant acheter directement sur les store des consoles. Tous des revenus perdus

  • Yves

    je suis totu a fiat en accord mais Best buy cote service ouch que cest mauvais, vivement Futureshop pour les retours.

    • Jonathan Caron

      Je croyais que leur politique de retour était la même?!