Google pourrait devoir verser jusqu’à 6,6 milliards en amende pour abus de position dominante

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
L'enquête dont Google fait l'objet en Europe depuis plus de quatre ans devrait franchir une nouvelle étape au cours des prochaines semaines.

La commissaire à la concurrence Margrethe Vestager pourrait bientôt transmettre à Google une communication des griefs – une formalité visant à informer la partie concernée des griefs retenus contre elle – dans le cadre de son enquête sur l’abus de position dominante du géant de la recherche.

L’enquête sur Google pour abus de position dominante en Europe pourrait connaître son dénouement au début de l’an prochain.

En effet, selon un informateur de l’AFP, la Commission aurait «demandé que certaines informations fournies par les plaignants soient versées au dossier».

Même son de cloche du côté du Wall Street Journal et du Financial Times. «Le fait que la Commission demande des informations plus complètes aux plaignants, dans un délai limité à quelques jours, démontre qu’elle est dans la dernière phase de préparation d’une communication des griefs», a déclaré un avocat de Bruxelles qui représente les intérêts d’un rival de Google dans cette affaire.

«Ça fait partie de la chorégraphie traditionnelle que l’on observe chaque fois», a-t-il conclu.

Tout porte à croire que la communication des griefs devrait avoir lieu en avril, indiquant que l’enquête sur Google pour abus de position dominante en Europe pourrait connaître son dénouement au début de l’an prochain.

Le dernier droit

Une fois que Google aura reçu la communication des griefs, l’entreprise sera en mesure d’examiner les documents versés au dossier d’instruction et pourra demander à être entendue afin de faire part de leurs observations sur l’affaire aux représentants de la Commission européenne et aux autorités nationales de la concurrence.

Si la Commission conclut que des preuves suffisantes démontrant l’existence d’une infraction subsistent après que Google se soit défendue, elle peut adopter une décision interdisant le comportement en cause et infliger une amende pouvant atteindre 10% du chiffre d’affaires mondial de l’entreprise.

Soulignons que pour l’année 2014, Google a enregistré des revenus de 66 milliards de dollars US. Puisque le chiffre d’affaires de Google n’a cessé de croître au cours des dix dernières années, l’entreprise est ainsi susceptible de devoir payer une amende pouvant aller jusqu’à 6,6 milliards, voire même plus.

Rappelons que l’entreprise américaine fait face à des allégations soutenant qu’elle aurait discrètement trafiqué les résultats de son moteur de recherche afin de réduire la visibilité de ses concurrents.

Les dernières nouvelles

Huawei sur le point d’être banni aux États-Unis

Huawei sur le point d’être banni aux États-Unis

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Plus d'actualités

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Populaires

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .