Five Nights at Freddy’s décliné au cinéma

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Warner Bros. vient d'acquérir les droits de l'un des plus étranges jeux vidéo indépendants du genre survival horror.

C’est en effet ce que le studio a confirmé au magazine The Hollywood Reporter. Warner Bros. a attitré Roy Lee (The Ring, The Grudge), Seth Grahame-Smith (Abraham Lincoln : Vampire Hunter) et David Katzenberg (Beetlejuice 2) comme producteurs du projet.

«L’histoire se prête vraiment bien au cinéma, elle puise dans un créneau d’horreur largement inexploré avec lequel beaucoup de gens se sentiront concernés.»

«Nous sommes impatients de travailler avec Scott [créateur du jeu] afin de faire un film fou, terrifiant et étrangement adorable», a déclaré Grahame-Smith.

À notre connaissance, c’est la première fois qu’un jeu indépendant attire l’intérêt d’un grand studio hollywoodien. Dans un monde où les adaptations de jeux vidéo au cinéma parviennent rarement à obtenir la faveur du public, les adeptes de Five Nights at Freddy’s auraient sans doute intérêt à croiser leurs doigts afin que le produit final préserve les qualités qui ont contribuées au succès du jeu en question.

Ou devrait-on plutôt parler de la série de jeux? En effet, son créateur Scott Cawthon n’a manifestement pas chômé à l’ouvrage en produisant trois jeux en moins d’un an. Par chance, on parle ici de jeux vendus pour moins de 5$ l’unité.

«L’histoire se prête vraiment bien au cinéma, elle puise dans un créneau d’horreur largement inexploré avec lequel beaucoup de gens se sentiront concernés», a affirmé Cawthon.

Cinq nuits d’horreur

Vous ne connaissez pas Five Nights at Freddy’s? Si c’est le cas, voici un bref aperçu de l’intrigue dépourvue de divulgâcheurs (spoilers) c’est promis.

Vous incarnez le nouveau gardien de nuit du restaurant Freddy Fazbear’s Pizza, un pastiche de la chaîne américaine Chuck E. Cheese’s. Votre prédécesseur vous a laissé un message vocal dans lequel il explique que les animatroniques (des mascottes robotisées à l’effigie de divers animaux) circulent librement après la fermeture sans quoi elles tomberaient en panne due à leur inactivité. Il précise également que si elles aperçoivent quelqu’un dans l’établissement la nuit, elles le considéreront comme un autre robot sans son costume et sont programmées pour lui en faire enfiler quoiqu’il advienne.

Bref, vous devinez que vous devez éviter de les croiser si vous ne voulez pas mourir étouffer.

La première capsule de l’émission Game Theory portant sur le jeu (spoilers).

Bien entendu, l’histoire ne s’arrête pas là, et le joueur découvre progressivement l’horreur qui hante l’endroit… et les mascottes en question. Comme le nom du jeu l’indique, celui-ci se termine (habituellement) après la cinquième nuit.

Les dernières nouvelles

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Plus d'actualités

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Google développerait sa propre version de l’Apple AirTag

Google développerait sa propre version de l’Apple AirTag

Populaires

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .