Facebook dévoile Instant Articles, un moyen d’accéder à des articles intégralement

Crise des médias

Les articles de neufs médias seront désormais accessibles intégralement sur Facebook : The Atlantic, Bild, BBC, BuzzFeed, The Guardian, National Geographic, The New York Times, et Spiegel Online.

Chose promise, chose due. Nous vous avons d’abord parlé des rumeurs entourant cette stratégie en mars dernier. Puis notre collègue Fabien Loszach s’est penché sur la question en début de semaine. Aujourd’hui, Facebook confirme le tout.

Avec Instant Articles, le populaire réseau social propose aux médias de distribuer des articles en intégralité sur son site. Pour reprendre les mots d’une certaine télésérie de TVA : La game a changé. Mais comment au juste?

Pour le lectorat

Contrairement à ce que l’on pourrait croire à première vue, Instant Articles n’est pas un moyen pour un média de simplement publier le contenu intégral d’un article. En dévoilant son programme, Facebook souligne le fait qu’elle souhaite diffuser du contenu interactif. Par exemple, il sera possible d’afficher des images en haute définition permettant aux utilisateurs d’agrandir certaines portions de celles-ci. Il est également question d’intégrer de la vidéo, des cartes interactives, et des extraits audio.

À l’instar de certains blogues, les utilisateurs pourront commenter certaines portions de l’article, ou simplement leur attribuer une mention «J’aime». Essentiellement, cette fonction permettra de préciser quelle portion d’un article suscite le plus de réactions (précisant par le fait même la cueillette d’information de Facebook à votre sujet).

Le bénéfice le plus intéressant toutefois aux yeux de l’utilisateur est bien entendu la rapidité d’accès à l’information. Facebook rappelle que le temps de chargement d’un article lié sur son réseau social prend en moyenne huit secondes. Pour un utilisateur mobile, ce temps peut paraître une éternité.

D’ailleurs, dans ses communications au sujet d’Instant Articles (comme le démontre les images jointes à l’article), Facebook met principalement l’accent sur une utilisation mobile de sa nouvelle fonction. Normal : la fonction n’est pour l’instant réservée qu’aux utilisateurs d’iPhone.

Pour les médias

Instant Articles n’est réservé pour le moment qu’à une poignée de médias. Toutefois, l’intérêt de la démarche est bien entendu d’étendre son accès à l’ensemble des médias de la planète – une stratégie qui n’est pas sans générer beaucoup d’inquiétudes à l’égard de la dépendance de ceux-ci à Facebook.

fbinstantarticles04

En terme de revenus, bien que les publicités seront contrôlées essentiellement par Facebook (à défaut de la régie publicitaire employée par le média sur son propre site), l’entreprise déclare que 100% des recettes seront versées à ses partenaires médias. On ignore toutefois combien de publicité par article pourra être affichée. Les rumeurs parlaient d’une seule, et Recode précise que le format de cette unique bannière sera de 300 × 250 pixels, mais Facebook demeure muette à ce sujet.

MISE À JOUR : Un article publié par le New York Times nous laisse croire qu’une seule publicité est affichée par publication, mais celle-ci peut se répéter plus d’une fois dans le cadre de longs dossiers. Une seconde publicité d’autopromotion du quotidien est également visible vers la fin de l’article.

Au niveau des statiques, Facebook permettra à ses partenaires de jumeler celles-ci avec leur compte Google Analytics ou Adobe Omniture, en plus de conserver leurs mesures effectuées par comScore.

Voici comment Facebook présente le tout :

Vous gardez le contrôle de votre contenu et de votre modèle d’affaires. Vendez de la publicité dans vos articles et conservez les revenus générés. Gagnez des crédits de trafic comScore et utilisez vos propres outils de statistiques. Personnalisez la manière dont l’identité de votre marque est représentée, du fil d’actualité à l’article même.

Enfin, Facebook soutient que l’affichage d’articles participant au programme Instant Articles sur le fil d’actualité ne sera aucunement privilégié par son algorithme.

Pour Facebook

Sans surprise, Facebook a tout à gagner de voir son nombre de partenaires médias augmenter. Plus ses utilisateurs resteront longtemps sur sa plateforme, plus l’entreprise aura la chance de cumuler des renseignements personnels sur leur personne dans le but de mieux cibler ses publicités, et ce, même si elle ne génère aucun revenu propre à celle jumelée à l’article consulté.

À noter que ce n’est pas comme si d’autres médias n’employaient pas déjà cette tactique. Seulement, le programme Instant Articles vient centraliser cette stratégie au bénéfice d’un seul joueur.

Pour en savoir plus sur Instant Articles, visitez le site du programme en question. Tout porte à croire que les articles distribués par Instant Articles seront bientôt également offerts sur Android, et enfin sur le site de Facebook

  • http://epeelegendaire.com Maxime Tremblay

    À quand Branchez-vous en exclusivité sur Facebook ? Hmm…. ;-)

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      On pourrait choisir d’y publier les chroniques de nos rédacteurs (qui seraient toujours également disponible ici)…

      • http://epeelegendaire.com Maxime Tremblay

        Mais est-ce que perdre l’indépendance du contenu vaut le prix d’une meilleure exposition sur Facebook ? C’est ce que je me demande, en toute honnêteté. C’est un pari risqué que plusieurs médias vont prendre dans les prochaines années et je me demande si le risque est bien calculé. On verra, comme dirait l’autre.

  • Gaston

    « All your news are belong to us »

  • Salim Bensada

    Le moins que l’on puise dire est que l’utilisateur n’en sort pas comme grand gagnant.