Trop de Canadiens «volent» du contenu Netflix destiné aux États-Unis

Selon Bell Média

Québec
Liste de tags

La présidente de Bell Média, Mary Ann Turcke, a déclaré cette semaine que le tiers des utilisateurs de Netflix au Canada contournait le géoblocage du service afin d’accéder à plus de contenus.

«Admettre que l’on emploie un VPN pour accéder à Netflix doit devenir socialement inacceptable. Un peu comme jeter des ordures par la fenêtre d’une voiture : on ne le fait tout simplement pas.»

Aux yeux de Turcke, accéder à la version américaine de Netflix à partir du Canada est comparable à du vol, et le pays doit adopter une mesure visant à changer ce type de comportement. La présidente a fait cette déclaration dans le cadre du Canadian Telecom Summit, un événement destiné aux entreprises canadiennes de télécommunications qui se déroulait ce mercredi à Toronto.

«Il faut un changement de comportement, et ce sont les gens – d’ami à ami, de parent aux enfants, de collègue à collègue – qui établissent le cadre culturel qui détermine si un comportement est acceptable ou inacceptable», a affirmé Turcke lors de son premier discours important depuis qu’elle est à la tête de l’entreprise en avril dernier.

«Admettre que l’on emploie un VPN pour accéder à la version américaine de Netflix doit devenir socialement inacceptable. Un peu comme jeter des ordures par la fenêtre d’une voiture : on ne le fait tout simplement pas.»

Bien entendu, l’opinion de Turcke (et par extension, celle de son entreprise) à l’égard de la pratique n’a rien d’étonnant. Inutile de souligner que Bell est l’un des plus importants télédistributeurs au pays, et bien que l’entreprise profite financièrement du fait que bon nombre de Canadiens utilisent son service Internet, contourner les restrictions géographiques de Netflix afin d’accéder à certains contenus affecte nécessairement le rendement du service de vidéo sur demande à la carte de Bell – et de CraveTV, un service identique à Netflix détenu par Bell.

Alors que légalement, il vous faudrait payer un montant X chez Bell pour regarder une télésérie Y qui ne se retrouve pas sur Netflix au Canada, utiliser un VPN pour accéder à du contenu destiné aux États-Unis pourrait vous permettre de regarder la télésérie Y sans avoir à débourser de frais supplémentaires.

Sa propre fille a été «corrompue»

Pour Turcke, la situation est devenue plus personnelle lorsqu’elle a appris que sa propre fille s’adonnait à cette pratique. La présidente a raconté que c’est lors d’un récent voyage aux États-Unis que son adolescente a découvert à quel point l’offre américaine de Netflix pouvait être plus alléchante.

Bien que l’utilisation d’un VPN dans ce cas de figure est une pratique qui se retrouve dans une zone juridique plutôt grise, elle enfreint les conditions d’utilisation de Netflix.

«Je lui ai dit que c’était du vol», a conclu la présidente. «Inutile de vous dire qu’il n’y a plus de VPN à la maison.»

«Je lui ai dit que c’était du vol», a conclu la présidente. «Inutile de vous dire qu’il n’y a plus de VPN à la maison.»

Toujours dans le cadre de son discours, Turcke a expliqué à quel point elle trouvait absurde non seulement l’absence de mesures punitives envers ceux qui exploite les services VPN comme moyen de contourner le géoblocage de Netflix, mais également le fait que des médias sur Internet explique étape par étape la façon de procéder.

Enfin, selon Turcke, l’industrie des télécommunications ne devrait pas compter sur les organismes de réglementation comme le CRTC pour régler le problème, mais plutôt adopter une attitude plus proactive, notamment en intensifiant leur offre de contenu et l’accessibilité à celui-ci, afin de rendre l’offre de Netflix moins attrayante aux yeux des Canadiens.

  • Symon Cee

    Le catalogue US est tellement plus intéressant. J’aurais bien aimé un article qui pourrais nous expliqué pourquoi le catalogue est différent et qui ou quel organisme empêche Netflix de nous offrir les mêmes choix.

  • werfu

    Netflix a déjà commencé à resentir la pression légale en modifiant ses termes de services. Le couperet n’est pas encore tombé car couper en masse les accès des usagers utilisant un VPN reviendrait à se passer d’une bonne quantité d’usager hors-USA. Je crois personnellement que le problème est dans les droits d’auteur et non au niveau des utilisateurs. Les conglomérats de média limite volontairement de manière géographique leur offres de contenu à fin de créer une rareté artificielle dans les marchés extérieurs. En plus, les associations canadiennes s’occupant des droits d’auteurs ne veulent absoluement pas laisser passer ce lucratif marché de license des productions importés.

    • Symon Cee

      Merci pour les détails. Je comprend mieux maintenant.

    • Alexandre Rodrigue

      on ne peut dire mieux, par contre, ce sont les droits de diffusion dans des zones géographiques qui permettent de financer les films et séries. Faut pas oublier que les conglomérats médias, comptablement parlant, ne font aucun sous (voir ont même des pertes) sur les gros blockbusters.

      • werfu

        Je vois mal comment ils ne feraient pas d’argent avec les blockbusters. Ces films représentes de plus gros risques en terme de coût de production, mais le pourcentage de retour sur investissement est encore plus élevé que les autres types de production. D’un point de vue de marché, ça ne fait pas de sens de dépenser plus à fin de faire des méga-productions, prendre un plus gros risques et obtenir un rendement plus faible ou même faire une perte. Même pour les distributeurs tel Bell et Vidéotron, acheter ces mégas productions pour les diffuser leur revient plus chers, mais attire une plus grande audience.

  • Jean-François Fortin

    Encore une fois, on préfère voir la paille dans l’oeil du voisin que la poutre dans on propre oeil (désolé pour l’analogie biblique). Il y a quelque chose de désolant dans l’argumentaire de Mme Turcke. On ne se questionne jamais sur les raisons qui poussent les internautes à passer par des VPN pour accéder au catalogue américain de Netflix.

    Si on passait autant de temps à travailler sur les questions à résoudre qu’à réprimer les gens, on n’en parlerait déjà plus.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Mais c’est exactement ce qu’elle dit à la toute fin de l’article : intensifier (voire augmenter) l’offre de contenu afin d’être plus compétitif?

      • xfinity

        Si ce n’est que Netflix se heurte alors aux lois de diffusion spécifiques, telle la chronologie des médias en France. Elle empêche un service comme Netflix de se développer, car les films de cinéma récents ne peuvent être exploités que 36 mois après leur exploitation en salle. Ces programmes ont eu le temps d’être téléchargés et diffusés largement avant cette possibilité. L’attrait principal du Netflix français réside aujourd’hui sur ses seules séries originales…
        Et sachant que le gouvernement français ne compte pas faire évoluer les lois qui encadrent la diffusion pour protéger les exploitants de cinéma, Netflix n’est pas prêt de pouvoir renforcer l’attrait de ses programmes pour éviter le piratage ou le VPN de ses programmes…

  • Sébastien Florent

    Trop drôle pareil que Bell chiale sur cela; on va pas dire haut et fort comment ils ont recueillit cette information ;-)

  • MadLogik

    « Admettre que l’on emploie un VPN pour accéder à la version américaine de Netflix doit devenir socialement inacceptable. »

    Ça me donne envie de crier à pleins poumons!

    Si tant de Canadiens accèdent à NetFlix via VPN, c’est simplement parce que le netflix Canadien ne rencontre pas nos attentes! Ce qui est « socialement inacceptable » c’est les problèmes légaux qui empêchent netflix d’offrir le même contenu sur tous les territoires!

    Très mauvais jeu de la part de Bell d’attaquer les Canadiens sur ce front!

    Pirater de la musique, c’est voler, ok… Mais payer pour netflix, peu importe la région, c’est payer pour netflix. Par exemple, si j’amène mon ordi aux USA, je vais avoir le contenu américain et non Canadien… Serais-je coupable aussi?

    Come On!

    Bell devrait dire: Euhh… avec un VPN … on peux pas rapporter à la GRC / SCRS tout ce que vous faites en ligne… tout ce qu’on voit c’est une connection au VPN… Arrêtez ça!

    • Lui

      Si c’est une connexion VPN utilisant le protocole PPTP (le cas de la très grande majorité des fournisseurs d’accès VPN gratuis), c’est plausible qu’il soit décrypté en chemin. Par contre, en utilisant un VPN en L2TP/IPSec ou dans le mieux OpenSSL, ils ne peuvent le savoir ce qui passe dedans.
      Cependant, ce que la présidente a oublié, c’est qu’il est possible d’utiliser une connexion VPN sur un routeur pour protéger tout son traffic entier (mon cas) et quand t’as pas de nœud au Canada, on y peut rien! Remarque que j’suis pas abonné à Netflix, donc j’ai pas encore vu la différence entre le Canadien et l’Amaricain.

  • r2d3

    La planète nous appartient. Il est temps de faire éclater les barrières géographiques. Acheter un film italien, une série télé coréenne, un album tango argentin n’est plus rare. La fragmentation du marché de madame Turcke est ridicule en 2015. Les gens bougent, parlent plusieurs langues. En fait, Netflix canada devrait greffer du contenu canadien au contenu existant et l’offrir à tous. Si netflix ne comprend pas, une autre entreprise devrait le faire.

  • Alexandre Rodrigue

    Le gros problèmes là-dedans, c’est que Bell Media doit détenir une bonne quantité de licences à vendre à Netflix en temps opportun pour eux. Mais j’avoue que vous doit être socialement inacceptable, mais pas grand monde comprennent le réel enjeu derrière ça. Faut encourage nos entreprises.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      J’ignore à quel point Bell a le droit de revendre les droits (ça fait beaucoup de «droit» dans une seule phrase) de distribution de contenus américains qu’elle détient. J’en doute énormément en fait…

  • Gumby

    Je n’utilise pas un VPN personnellement, mais ma copine l’utilise à plein afin de regarder des émission et des séries en France, en plus de pouvoir regarder comme bon lui semble (en replay ou en direct) toutes les chaines disponible en sol Français (TF1, France 2-3-4, Arte, M6, …). C’est franchement le jour et la nuit comparativement à l’offre que nous avons ici, encore dû à notre cher CRTC.

    • xfinity

      Oui, mais nous sommes ici (en France) confronté à une « chronologie des médias » bien différente de cl’Amérique du Nord.
      Ainsi, à compter du visa d’exploitation (=sortie en salle) :
      - la sortie en DVD ou l’exploitation en Vidéo A La Demande (si paiement à l’acte) est 4 mois après,
      - 10 à 12 mois après pour une diffusion sur une chaîne payante (Canal + en France, équivalente à HBO par exemple),
      - 22 mois après, pour une diffusion à la TV (si la chaîne est coproductrice)
      - 36 mois après pour une exploitation en Vidéo A la Demande par abonnement (type Netflix).

      Je ne sais pas si la TV en replay est plus fournie en programme qu’au Canada.

      Nos tarifs en TV par câble ou satellite sont aussi très élevés (encore qu’ils sont couplés avec le téléphone, le cellulaire et l’internet très Haut Débit).

      Ajoute à cela notre Loi Hadopi (traque sur les réseaux paire à paire, j’ai fait l’objet d’une mise en demeure comme beaucoup ici).

      Tu obtiens alors un savoureux cocktail qui fait que les VPN sont très populaires en France.
      Grâce à Hola (disponible pour Chrome, Firefox), je peux ainsi accéder à Hulu aux Etats-Unis, et vos vidéos chers cousins (TVA, Radio Canada, V, etc…).

      • Gumby

        Nous avons des restrictions du même genre au niveau des films diffusés en salle. Bien que je ne peux vous en fournir les détails, je crois qu’il en est sensiblement de même ici, ce pourquoi nous nous branchons tant sur le service aux États-Unis.

        Le seul service de replay qui est bien ici est Tou.TV, mais encore, le service est franchement moins bien de ce qu’il a déjà été depuis la tarification d’une partie de sa programmation.

        J’aimerais bien que l’on compare nos factures télévisuels, d’internet, et de téléphonie terrestre et cellulaire. Je serais très surpris que vos prix soient plus élevés que les nôtres. (Idée pour l’équipe de Branchez-Vous?)

        En ce qui concerne ce que ma copine écoute, il y a les émissions tel que The Voice (France) et plusieurs émissions semblables de «realityshow». Elle a aussi regardé quelques séries dont les noms m’échappent car je ne les regardent pas, et aussi certaines émissions tels que « Enquêtes Exclusives ».

        • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

          Une excellente idée, mais très difficile à réaliser : il faudrait vraiment avoir un collègue en France pour faire un tour d’horizon de toutes les offres. Déjà qu’il n’est pas toujours évident de faire la même tâche ici tout en gardant en tête les frais supplémentaires / cachés qui ne font pas toujours partie de la promotion entourant ce type de service.

          • Gumby

            Effectivement… On risque même de perde la trace de la personne qui ferait enquête… *insérer une trame musicale dramatique ici* ;-) N’empêche que j’ai l’impression que ça ferait beaucoup jaser…

        • xfinity

          Merci pour ta réponse.
          Pour ce qui est des offres qu’ici on appelle en bon français « triple play » (TV + internet + Téléphone), les différents fournisseurs sont assez proches.
          Me concernant, je suis client Numéricable, et je paye par mois 57.99 € pour :
          - internet Très Haut Débit en fibre 200 mbps (pouvant aller jusqu’à 400 mbps quand ma ville y passera – dans environ 1 an) sans restriction en téléchargement ou émission
          - téléphone (appel illimité pour tous les fixes en France + 100 pays étrangers + appels illimités vers les cellulaires)
          - TV (280 chaînes TV basiques + chaînes TV du monde – RAI Italie, BBC, CNN, CCTV Chine, Tunisie, Maroc, / accès au replay de 48 chaînes TV )

          A cela se rajoutent quelques forfaits TV :
          - 12.99 €/ mois pour le forfait cinéma (15 chaînesTV , films en seconde diffusion)
          - 12.99 €/ mois pour le forfait découverte (Discovery Channel France et déclinaisons, Nat Geo, etc…)
          - 10.00 € pour le forfait jeunesse (Disney Cinéma, DisneyChannel, etc…)

          Mon décodeur (une « box », par ici) dispose d’un disque dur pour les enregistrements, de la maîtrise du direct (possibilité de mettre en pause, de revenir en arrière), du « replay » (une très large majorité des programmes que l’on peut reprendre au tout début quel que soit le moment où on le prend), du multi-écran (accès aux chaînes TV via un autre téléviseur, ou sur une tablette, ou sur un téléphone intelligent, que l’on soit à domicile ou bien hors de chez soit). Enfin, j’ai possibilité de réagir sur les programmes en direct sur Facebook et sur Twitter, accès à Internet sur mon téléviseur, ainsi qu’à Youtube et Dailymotion.

          C’est à peu près tout. Désolé si j’ai été trop long ou pas assez précis.

      • Nicolas

        Si je compare mon abonnement en France que j’avais chez ALICE (ouh-ouh) il y a 4 ans,
        - vous limitez la durée des appels,
        - vous limitez la quantité mensuelle de téléchargement,
        - vous rajoutez vos communications inter-urbaines,
        - vous rajoutez les frais exorbitants appels téléphoniques internationaux vers TOUS les pays,
        - vous réduisez de 200 chaines le forfait de base TV,
        - vous multipliez par 3 le prix mensuel
        et vous obtenez mon abonnement TELUS au Canada.

        • xfinity

          Pas belle la vie (télévisuelle) au Canada…

  • FMaz

    Les gens sont prêt à payer pour accéder **simplement** à du contenu. Quand les MP3 sont débarqué, l’industrie de la musique à paniqué. Convertir un CD en MP3 est trop compliqué, les gens téléchargeaient… Puis des produits payant simple à utiliser (Itune, etc) sont arrivé: les gens paient.

    Maintenant les l’industrie télé&cinématographique font face au même problème: la vieille mentalité est de zoner le contenu (DVD, BluRay, etc), et tout ca se transpose bien mal à l’ère du streaming sur Internet qui se veux sans frontières.

    Moi je veux bien écouter Star Gate SG-1 en francais, mais le contenu est zoné Europe seulement: en Amérique du nord, seul la série anglaise est disponible à l’achat. J’aimerais bien écouter Game of throne en streaming, mais ce n’est pas disponible à partir du Canada. Donc ma seule alternative légale est laquelle ? De déménager ? De me priver ?

    C’est bien beau de se plaindre que les gens jettent leurs ordures par la fenêtre de leur voitures, mais si la mentalité est de se borner à refuser d’installer des poubelles dans les haltes routières.. ca n’aide vraiment en rien.

    Donc la solution, c’est que les créateur de contenu s’entendent pour commencer à négocier des copyright sur une base internationale, pas uniquement pays à pays. Bien que que ce n’est « pas si simple à dire qu’à faire », mais c’est la solution. Après tout, je ne me souviens pas de la dernière fois ou je n’ai pas réussit à visionner un Videoclip sur Youtube parce que j’étais au Canada. Si l’industrie de la musique y est parvenue, peut-être que le cinéma devrait en prendre exemple.

  • Silvio6

    Bravo a Netflix. Si on etait actionnaire de Bell, on penserait peut-etre autrement, en attendant, Turcke dit n’importe quoi et ne pense pas a nous en disant ca.

  • Jean

    La problématique des VPN est la conséquence de deux états de fait :
    La tv par câble au Canada est trop onéreuse et les programmes ne répondent pas aux attentes.
    La nature ayant horreur du vide…
    Merci de remédier à ce problème plutôt que de traiter les gens de voleur.

  • Roger Gag

    Prendre ses vacances aux États-Unis pourraient être une fraude car plus intéressant que les prendre au Canada ????

  • Roger Gag

    Comme quoi la madame de Bell ajuste sa conscience à ses préférences comme beaucoup de canadiens;

  • Joseph

    Pas besoin de Netflix, Pop Corn Time et c’est gratis

    • Steve Rodrigue

      Mais, ça n’est pas légal. ;)

      • Jerem

        Et?

  • yves

    la madame se plain parce que elle voudrait que 100% de la population utilise le service de bell ( crave TV) et au lieu de le mettre plus interessant que netflix , elle veut que la justice arrete tous le monde qui vont ailleur et pas chez elle
    c’est ca la mentaliter des grosse compagnie , ca coute moins chere d’intimider le petit client que de payer pour avoir le contenue

    bravo Bell !!!!

  • Christian

    J’ai un routeur asus rt-ac66r qui a l’option d’ajouter des vpn lorsque je suis client. Si réellement c’est illégal d’utiliser des vpn pour débloquer des zone. Donc pourquoi accepter que ces services soit vendu au canada et même que des serveurs vpn fait pour internet et non pour usage privée existe même au canada. Même le matériel que nous achetons, offre des outils pour se connecter aux vpn comme mon routeur et rien est modifié J’ai cette option dans ce routeur.. . Le CRTC devrait s’attaquer à ces outils et sites qui vendent légalement le vpn au canada et de permettre à Netflix d’augmenter légalement ses droit de diffusion au Canada surtout pour nous les francophones. Je sais que c’est dommage pour Bell ou Videotron, Ou bien avoir des associations( exemple: Netflix et videotron fusionné pour illico et priviligié le contenu francophone ou anglophone dépendant notre langue préféré, peut etre que ca augmetrait l’attrait pour nous les francophone et réduire le vpn. En plus, même si la France doivent diffuser du contenu qui doit exister depuis 3 ans sur netflix, n’empeche qu’ils ont plus de contenu en francais que nous. Pour les enfants. Comme dans le temps on disait que « le client a raison » ou on nous disait » Salut Boss » lorsque nous allions dans un garage ou un dépanneur. On savait que le client était important. On essai de nous punir pour avoir ce que l’on désire. En plus on paie pour se service. On ne parle plus de « Torrent ». Les compagnies deviennent trop parano. Lens gens paient pour être « légal » mais ont leurs tapent les doit lorsqu’on leurs dit que tu es un pirate car tu vas chez le voisin regarder un film.

  • jean claude gagnon

    malgré un ordre du CRTC bell canada me refuse d avoir Crave TV parce que je suis avec vidéotron….jn claude gagnon Montréal…