All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Google vous dira combien vous économiserez en installant des panneaux solaires

Si vous songez à installer des panneaux solaires sur votre toit, mais que vous ignorez si ce projet sera rentable, Google peut vous aider.

En effet, Google a dévoilé cette semaine Project Sunroof, un nouvel outil combinant imagerie satellite et statistiques météorologiques afin d’estimer les économies que l’on peut réaliser avec une telle installation. Seul bémol : pour l’instant, la mise à l’essai n’est offerte que pour les résidents de la baie de San Francisco, à Fresno au centre de la Californie et dans la région de Boston.

«Je suis toujours surpris par le nombre de gens que je croise qui se disent “mon toit n’est pas suffisamment ensoleillé pour une installation solaire”, ou que “l’énergie solaire est trop dispendieuse”. Fort probablement que beaucoup d’entre eux laissent passer une chance d’économiser de l’argent et d’être écolo», croit Carl Elkin, chef ingénieur de Project Sunroof.

La mise à l’essai de Project Sunroof n’est offerte que pour les résidents de la baie de San Francisco, à Fresno au centre de la Californie et dans la région de Boston.

Voilà ce qui l’a motivé à créer un outil visant à répondre à ce genre de questions. En inscrivant son adresse postale, l’utilisateur obtient alors une estimation du nombre d’heures d’ensoleillement annuel de sa résidence, de la superficie disponible pour l’installation de panneaux solaires, et des économies réalisables sur une échelle de 20 ans.

À noter que l’estimation de l’ensoleillement tient compte de l’orientation du toit, de l’ombre d’arbres ou de bâtiments voisins, et des tendances météorologiques locales.

L’outil fournit également une recommandation de la taille et de la puissance des panneaux à installer. L’utilisateur peut également indiquer le coût mensuel de sa facture d’électricité afin de préciser les économies anticipées. Toujours dans l’optique de préciser l’estimation des économies potentielles, Project Sunroof offre à l’utilisateur de choisir le mode de financement à privilégier : le prêt, la location ou l’achat.

Enfin, l’outil affiche la liste de fournisseurs de panneaux solaires pour la région ciblée, incluant de l’information complémentaire à leur sujet : nombre d’installations effectuées, année de la fondation de l’entreprise, et types de financement disponibles.

À surveiller

«Bien que Project Sunroof est dans une phase pilote pour l’instant, nous explorerons dans les prochains mois comment améliorer l’outil et en augmenter l’accessibilité», ajoute Elkin.

Alors que les Américains se demandent à quel point il peut être rentable d’adopter l’énergie solaire, inutile de mentionner que cette question est d’autant plus intrigante pour les Canadiens qui doivent composer avec une saison hivernale qui semble parfois occuper la moitié de l’année.

Les dernières nouvelles

Pixel 4 : les nouveautés du nouveau smartphone de Google

Pixel 4 : les nouveautés du nouveau smartphone de Google

Test du jeu Ghost Recon: Breakpoint : le bon vieux modèle d’Ubisoft !

Test du jeu Ghost Recon: Breakpoint : le bon vieux modèle d’Ubisoft !

Google Stadia : date de lancement et nouveaux détails 

Google Stadia : date de lancement et nouveaux détails 

Plus d'actualités

Instagram se met au « Dark Mode »

Instagram se met au « Dark Mode »

Instagram Threads : nouvelle application pour communiquer avec vos proches

Instagram Threads : nouvelle application pour communiquer avec vos proches

Surface Duo : Microsoft fait son retour sur le marché des téléphones intelligents

Surface Duo : Microsoft fait son retour sur le marché des téléphones intelligents

Populaires

Facebook se met au «dark mode» sur Android

Facebook se met au «dark mode» sur Android

Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

YggTorrent : une nouvelle adresse pour le site pirate

YggTorrent : une nouvelle adresse pour le site pirate

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .