Top 10 des chaînes les plus lucratives de YouTube

Les stars du Web

Liste de tags

Le magazine Forbes a publié cette semaine son palmarès de YouTubers dont les recettes dépassent les millions de dollars.

Il y a de l’argent à faire sur YouTube. C’est du moins ce que tente de démontrer Forbes après avoir estimé les revenus potentiels des créateurs de contenus qu’on y retrouve.

Un terrain de jeu qui semble d’ailleurs attirer de plus en plus d’entreprises québécoises. Rappelons que Québecor a récemment lancé Goji, un réseau-multichaîne-qui-n’en-est-pas-un qui aurait approché une dizaine de YouTubers afin de soutenir leurs créations. La boîte de production montréalaise Attraction Images a également dévoilé une initiative similaire cette semaine, qu’elle nomme Le Slingshot.

Mais avant d’espérer atteindre les revenus que génèrent les stars de YouTube, les Québécois ont bien des croûtes à manger. Voici donc la liste complète des chaînes YouTube les plus lucratives du moment :

Ces calculs se basent sur des données compilées par Nielsen, IMDB, et les revenus estimés ne sont pas nécessairement fidèles à la réalité.

  • PewDiePie (12 millions)
  • Smosh (8,5 millions)
  • Fine Brothers (8,5 millions)
  • Lindsey Stirling (6 millions)
  • Rhett & Link (4,5 millions)
  • KSI (4,5 millions)
  • Michelle Phan (3 millions)
  • Lilly Singh (2,5 millions)
  • Roman Atwood (2,5 millions)
  • Rosanna Pansino (2,5 millions)

Sans surprise, PewDiePie domine encore une fois ce type de palmarès, avec des recettes estimées à 12 millions de dollars US. Plusieurs se sont penchés sur le succès de l’indétrônable Suédois, dont notamment l’émission Game Theory, qui a suggéré que le fait que PewDiePie ait commencé ses activités en Suède – un marché moins concurrentiel sur YouTube que les États-Unis – est en partie ce qui l’aurait propulsé au sommet.

La deuxième position est partagée entre le duo humoristique Smosh et les Fine Brothers (grâce à la série Kids React et ses dérivés) avec 8,5 millions, suivi de la violoniste Lindsey Stirling avec 6 millions, puis Rhett & Link et KSI qui génèrent respectivement 4,5 millions – toujours selon Forbes.

Une vue d’ensemble

Il est important de souligner que ces calculs se basent sur des données compilées par Nielsen, IMDB et d’autres sources, et que les revenus estimés ne sont pas nécessairement fidèles à la réalité. De plus, ces chiffres (avant impôts) ne tiennent pas compte des frais de représentation, d’autres dépenses similaires, ou de revenus provenant de placement de produit.

Malgré que le résultat n’est peut-être pas fidèle à la réalité, l’exercice fait la démonstration d’un fait indéniable : il y a de l’argent à faire sur YouTube.