Rise of the Tomb Raider

Critique

Exclusif

Après avoir réussi à renouveler son héroïne et ses aventures qui s’enfonçaient dans la répétition, Crystal Dynamics livre un jeu dans la continuité de son brillant prédecesseur en exclusivité sur Xbox One.

En rajeunissant Lara Croft, lui intégrant des éléments d’action de Uncharted, tout en réussissant à lui conserver une forte personnalité, Tomb Raider sorti en 2013 a réussi à offrir un brillant second souffle à la série. Pour sa suite, Rise of the Tomb Raider, Microsoft s’est assuré de l’exclusivité temporaire du titre pour une période d’un an.

Scénario

L’histoire est vraiment bien menée du début à la fin de l’aventure, on a hâte de voir ce qui va se passer.

Il est question ici d’une source d’eau aux pouvoirs disons divins que Lara essaie de trouver. Bien sûr, elle aurait été seule à la chercher que le périple eut juste été bucolique. Elle devra donc se confronter aux Trinitaires, une secte très ancienne dont récupérer cette source est le but ultime.

Comme d’habitude, on verra des personnages secondaires accompagner Lara Croft dans son aventure, avec un Jacob plutôt présent et qui a son importance dans l’histoire. Côté des méchants, on retrouve un antagoniste devenu fou par ses stigmates et un autre dont nous ne dirons rien.

L’histoire est vraiment bien menée du début à la fin de l’aventure, on a hâte de voir ce qui va se passer. Et puis, en voyant la scène après le générique de fin, les scénaristes ont l’air d’avoir de la suite dans les idées.

Jouabilité

Déjà excellent et très bien pensée lors du premier opus, elle demeure bien sûr de la même veine dans cette suite. Lara répond très bien aux moindres sollicitations. Grimper, sauter, se rattraper, elle effectue toutes ces actions avec précision. Il n’y pas vraiment eu d’évolution dans les mouvements à effectuer. Il faut dire qu’elle disposait déjà d’une palette plutôt complète.

rottr02

Les combats bénéficient également de la même attention. Lorsque des ennemis sont à proximité, elle se penche et passe immédiatement en position furtive. Il est alors facile de se cacher derrière n’importe quels abris et de sortir à couvert pour faire feu. On aura également souvent l’occasion de jouer la furtivité. Très bien faite, elle bénéficie en plus d’une vigilance des ennemis qui ne pardonne parfois pas, sauf en ce qui concerne la distance de repérage lorsqu’ils sont tournés vers vous. À plus de 20 mètres, il arrive qu’ils ne vous voient pas.

On pourra fabriquer des cocktails Molotov ou des grenades avec des boîtes de conserve et bouteilles traînant même en plein combat, ce qui permet parfois d’improviser et de sortir de situations plutôt tendues.


Côté artillerie, notre héroïne pourra alterner entre son arc, un pistolet, un fusil à pompe ou un fusil mitrailleur. Toutes ces armes, tout comme l’expérience de Lara, peuvent être augmentées au moyen d’un menu qui n’a pas non plus changé depuis le dernier épisode. Déjà très clair et très bien fait, on a donc plaisir à le retrouver.

Les combats sont très dynamiques, et ne sont pas sans rappeler Uncharted. On pourra en plus fabriquer des cocktails Molotov ou des grenades avec des boîtes de conserve et bouteilles traînant même en plein combat, ce qui permet parfois d’improviser et de sortir de situations plutôt tendues. Surtout qu’il vous arrivera plusieurs fois d’affronter des ennemis en même temps dans une mini arène. L’occasion de voir que les contrôles répondent très bien.

Technique

Le moteur semble être le même que celui utilisé pour le précédent Tomb Raider. Ne vous en faites pas, le jeu est réellement superbe, les environnements sont toujours de toute beauté, que l’on soit en forêt ou dans les nombreux temples et villes perdues. On est transporté une dizaine d’heures de jeu durant dans des endroits qui laissent toujours rêveur. Le jeu peut dire merci à un travail artistique de très haut niveau, ainsi qu’à un level design certes éculé, mais toujours aussi efficace lorsqu’il est maîtrisé.

rottr01

Les environnements ont beau être parfois grandioses, avec renforts de destructions en tout genre à l’écran et d’ennemis, le jeu ne ralentit jamais. Nous avons été également très agréablement surpris par le fini du jeu qui ne présente que quelques rares bogues mineurs qu’il faudra aller chercher, comme jeter une boîte de conserve contre la base d’un pilier pour qu’elle reste suspendue.

D’ailleurs, et ce n’est pas un bogue à proprement parler, mais vers la toute fin du jeu, vous allez vous retrouver dans un cas classique : suspendu à une corde avec un soldat qui s’accroche à vous. Si votre pistolet est vide, vous allez mourir et recommencer continuellement cette scène sans rien pouvoir faire. Il faut quitter, retourner au menu, puis relancer le jeu qui mettra alors automatiquement quelques balles dans votre chargeur.

Mise en scène

Comme il est de mise dans un Tomb Raider, on assiste souvent à des cinématiques grandioses où les destructions et déchaînements de la nature occupent le devant de la scène. De ce côté, vous allez être comblés. Elles servent également à mettre en scène le passé de Lara Croft, et notamment son lien avec son père et sa belle-mère. Du début à la fin du jeu, la narration sait parfaitement vous tenir en haleine.

rottr03

Le jeu en lui-même se montre plus ouvert et offre une belle liberté au joueur. Plus de 30 feux de camp disséminés sur la carte permettent de sauvegarder la partie et de se déplacer rapidement sur la grande surface du jeu. Entre les missions, on peut aller comme bon nous semble d’un point à l’autre et explorer les différents recoins que l’on aurait manqués.

Les énigmes se révèlent particulièrement simples – il faut vraiment ne pas avoir dormi depuis des jours pour buter dessus.

Bien sûr, il est toujours recommandé de chasser les animaux pour leur fourrure afin de confectionner de meilleurs équipements. Là encore, la formule n’a pas changé, outre les grottes et différents endroits à explorer, on pourra trouver des temples qui vous proposeront des énigmes à résoudre. À la clé, des pièces d’armes de plus grande puissance ou de nouvelles compétences. Si l’aventure principale dure une bonne dizaine d’heures, explorer et finir le jeu à 100% va en demander bien plus.

Les missions en elles-mêmes sont un mélange entre exploration et combats. Sans oublier bien entendu que les phases de plateformes sont à l’honneur. Pour ceux qui ne sauraient pas trouver le bon chemin, il est possible en pressant R3 de mettre les éléments importants en surbrillance. Du côté des énigmes, elles se révèlent particulièrement simples et logiques – il faut vraiment ne pas avoir dormi depuis des jours pour buter dessus.

Après avoir fini la campagne, il sera possible de rejouer les niveaux en incluant des bonus et malus qui vous rapporteront de l’argent du jeu. D’autres cartes peuvent être achetées, ou alors elles vous sont offertes après avoir accompli certaines actions.

Pas de jeu en ligne

Alors que le précédent Tomb Raider possédait un mode multijoueur intéressant dans le principe, mais tributaire de problèmes techniques comme l’impossibilité d’organiser une partie avec ses amis, Rise of the Tomb Raider tourne carrément le dos au multijoueur.

En réalité, il y a bien une sorte de jeu en ligne dans le mode Expéditions. Vous sélectionnez un niveau avec différentes actions à accomplir comme abattre des ennemis ou trouver des reliques. Ajoutez des handicaps comme accomplir le tout avec l’arc. Et voilà, vous venez de créer une carte en ligne qui sera partagée sur le Xbox Live afin que les autres joueurs puissent la jouer. Celui qui a le plus de points remporte de grosses sommes d’argent du jeu, et c’est tout.

Ambiance

Avant tout, je loue les développeurs qui ont eu l’intelligence de laisser le choix de la version audio et des sous-titres. Si les puristes et anglophones passeront à l’anglais, les amateurs de versions françaises retrouveront un doublage de très bonne facture qui réussit à nous faire croire aux personnages et à nous plonger dans l’histoire.

rottr05

Du côté des compositions, les thèmes ne sont pas inoubliables comme ceux du tout premier Tomb Raider sorti en 1996, mais assurent néanmoins le spectacle avec des compostions de qualité et qui collent bien à l’action lorsqu’elle se présente. Vous passerez la majeure partie du jeu à écouter le vent et les bruits de la nature. Là aussi, le travail réalisé est convaincant et contribue à vous immerger dans l’aventure.

Conclusion

Jouant toujours la carte du long périple, Rise of the Tomb Raider mise sur la formule qui a relancé la série. Exploration, plateformes, une action très bien gérée, avec une belle place laissée à l’infiltration, il propose une aventure diversifiée dans l’action qui lui offre un rythme soutenu presque tout du long de l’aventure, mais sachant toujours laisser une halte à point nommé.

Certains regretteront les énigmes en cours de jeu qui se révèlent vraiment simples, mais ils pourront se jeter sur les tombeaux qui présentent un défi un peu plus ardu. Les environnements sont superbes, et on ne se prive pas du spectacle qui nous transporte encore dans des endroits perdus du passé totalement irréel, mais tellement convaincant.

Ce Tomb Raider, aussi solide que son prédecesseur, est actuellement disponible en exclusivité sur Xbox One. Il sortira sur PC en début 2016, et sur PlayStation 4 à la fin de l’an prochain.

Évaluation

Verdict

Rise of the Tomb Raider est un excellent jeu, linéaire dans ses niveaux mais qui laisse une grande liberté d'action.

Note finale : 4.0
Critères
Scénario
4
Design
4
Ambiance
4
Jouabilité
4.5

Points forts

  • Direction artistique
  • Rythme
  • Jouabilité solide
  • Vaste

Points faibles

  • Pas d’évolution notable
  • Environnements superbes mais classiques
  • Énigmes trop simples
  • Steve Rodrigue

    Les jeux pour Next-Gen s’accumulent… Je devrai faire le saut et arrêter mon « retro-gaming » sur mes Xbox 360 et PS3.

  • sylvain tremblay

    sur addiktv j’ai vue une pub se soir de Rise of the Tomb Raider

    a la fin de la pub c’est marquer exclu fin 2015 sur xbox

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Oui, exactement comme c’est écrit dans le dernier paragraphe de la critique.