Le développeur de Dead or Alive nie que son jeu est trop sexiste pour les Occidentaux

Polémique

Koei Tecmo a déclaré que les propos diffusés sur sa page Facebook ne reflètent pas l’opinion ni la stratégie de son entreprise.

La semaine dernière, une déclaration publiée par Koei Tecmo a déclenché une polémique à propos du jeu Dead or Alive Xtreme 3 et des plans du studio de ne pas commercialiser celui-ci en Europe et en Amérique. Alors qu’on demandait à Koei Tecmo d’expliquer les raisons pour lesquelles le jeu n’allait pas voir le jour à l’extérieur de l’Asie, l’entreprise a tenté de s’expliquer dans un anglais plutôt approximatif.

Koei Tecmo laisse entendre qu’elle est consciente de la nature controversée de son jeu, mais refuse de formellement citer cet aspect comme étant la principale raison pour laquelle le jeu ne sera pas commercialisé en Occident.

«Savez-vous que beaucoup de problèmes sont survenus dans l’industrie du jeu vidéo en ce qui concerne la façon de traiter les femmes dans l’industrie du jeu vidéo? Nous ne voulons pas parler de ces choses ici. Mais nous avons certainement réfléchi à la question dans les deux dernières années pour en venir à notre décision», pouvait-on lire dans le commentaire Facebook qui a depuis été supprimé.

Il faut dire que DOAX3 met en vedette des héroïnes portant les plus petits bikinis au monde, un simulateur de bronzage, un modèle de physique horriblement ambitieux et des combats de fesses. Alors que le premier titre de cette série (un spin-off de la série de jeux de combats Dead or Alive) se présentait d’abord comme un jeu de volleyball de page, cette portion a progressivement depuis été reléguée au second plan.

Cette semaine, Koei Tecmo a tenu à se distancer des propos diffusés sur la page Facebook de la série Dead or Alive.

«Les commentaires récemment faits par un employé à l’égard de Dead or Alive Xtreme 3 sur la page officielle de Dead of Alive reflètent seulement l’opinion de cet individu et non l’opinion ni la stratégie d’entreprise de Koei Tecmo Games», a déclaré l’entreprise sur Twitter. «Nous restons concentrés à offrir le meilleur divertissement de combat à nos adeptes du monde entier, tout en soutenant des stratégies qui respectent consciemment les divers publics à l’échelle internationale à qui s’adresse la franchise Dead or Alive

Essentiellement, Koei Tecmo laisse entendre qu’elle est consciente de la nature controversée de son jeu, mais refuse de formellement citer cet aspect comme étant la principale raison pour laquelle le jeu ne sera pas commercialisé en Occident. Car, même si l’entreprise a insisté pour faire cette mise au point, rien ne change en ce qui concerne la sortie de Dead or Alive Xtreme 3 – le jeu est toujours prévu au Japon et en Asie uniquement.

Comme le rappelle Ars Technica, en février dernier, Koei Tecmo a averti la communauté de moddeurs qu’ils avaient intérêt à agir «selon une bonne morale» lors du lancement de la version PC de Dead or Alive 5 : Last Round, s’ils souhaitaient voir à nouveau les jeux de l’entreprise paraître sur PC.

«Nos personnages, hommes et femmes confondus, ont été créés dans un cadre fantastique et démontrent des capacités extraordinaires en rivalisant les uns avec les autres dans un univers éminemment léger et over-the-top», avait alors expliqué le producteur du jeu, Yosuke Hayashi. «Leurs capacités sont très équilibrées, et nous voulons présenter celles-ci d’une façon aussi dynamique, forte, sexy, et confiante que possible.»

«Il est important de retenir que Dead or Alive est une série développée au Japon, où l’interprétation de la beauté est très différente de celle de l’Europe ou des États-Unis», a-t-il ajouté.