Pour Tesla, George Hotz est perçu comme une menace

David contre Goliath?

Après la publication d’un article de Bloomberg présentant le système de pilotage automatique développé par un pirate de 26 ans, Tesla a tenu à remettre les pendules à l’heure.

Si vous êtes à l’affût de l’actualité technologique des dernières années, il y a de fortes chances pour que vous ayez entendu parler de George Hotz (alias geohot).

En août 2007, il est devenu la première personne à développer un méthode permettant de débrider l’iPhone à l’époque où le téléphone ne pouvait être utilisé que sur le réseau de AT&T. Par la suite en décembre 2009, Hotz s’est amusé à contourner les mesures de sécurité de la PlayStation 3 afin de permettre l’installation de logiciels non autorisés par Sony.

Cette semaine, Hotz a invité un journaliste Ashlee Vance à lui rendre visite dans son garage pour lui présenter son dernier projet : une voiture munie d’un pilote automatique. Aussi absurde que ça puisse paraître, l’ingénieur de 26 ans est parvenu à transformer son Acura ILX 2016 en une voiture autonome. Cet exploit méritait sa couverture médiatique. Et bien entendu, Hotz ne s’est pas gêné d’écorcher au passage Google et Tesla.

Tesla n’a pu s’empêcher de discréditer les affirmations de Bloomberg dans un geste qui semble désespéré pour une entreprise pourtant si bien positionnée à l’heure actuelle.

Mais voilà, si la logique voulait que le constructeur automobile américain ne daigne répondre aux propos d’une simple personne (brillante cela dit), Tesla n’a pu s’empêcher de discréditer les affirmations de Bloomberg dans un geste qui semble désespéré pour une entreprise pourtant si bien positionnée à l’heure actuelle.

«Nous croyons qu’il est extrêmement peu probable qu’une seule personne, ou même une petite entreprise qui n’a pas de vaste capacité de validation d’ingénierie serait en mesure de produire un système de conduite autonome pouvant être déployé sur des véhicules de production», a déclaré Tesla.

L’entreprise poursuit en ajoutant que, bien que le système de Hotz peut fonctionner sur le tronçon d’une route connue, le secret d’un système de pilotage automatique est «d’être efficace à 99,9999%», soit le but ultime excessivement plus difficile à atteindre.

Bien que le point de vue de Tesla soit parfaitement valide, il demeure étrange de voir une entreprise de son envergure passer sous silence le fait que Hotz soit parvenu à un tel résultat, après environ 30 jours de travail, en exploitant seulement des pièces déjà sur le marché, sans y investir plusieurs millions de dollars.

Finalement, l’attention que porte Tesla aux travaux de Hotz semble l’avoir élevé au rang de menace potentielle pour l’entreprise.

  • eslachance

    Je crois que l’importance de la réponse de Tesla se trouve plus dans la deuxième partie et non dans leur incrédulité face à un « simple hacker » qui réussit à créer un produit qui semble nécessiter une équipe complète d’ingénieurs.

    En réalité, ils ont parfaitement raison de spécifier la différence entre 99% et 99.9999%. De la façon dont Hotz décrit son système, il apprends du pilote de la voiture. Hors, certaines situations peuvent n’arriver qu’une seule fois dans la vie d’un conducteur, et des situations hors de l’ordinaire *doivent* être traitées quand même. De là la « série de règles prédéterminées » des voitures autonomes. De là l’ordinateur qui évalue des dizaines de trajets potentiels, ralentis dans des situations appropriées. De là une voiture autonome qui, face à une situation farfelue comme « une personne âgée en chaise roulante qui tourne en rond en plein milieu de la rue en chassant son chat échapé de la maison », est capable de « raisonner » par elle-même. Qu’est-ce qu’elle ferait, la voiture de Hotz, dans cette situation? Je me demande…

    • Vincent Pelletier

      Tout à fait d’accord. Je ne suis pas très impressionné par son attitude. Il a réussi à faire un voiture qui peut conduire seule si 1) elle est sur l’autoroute; 2) il y a quelqu’un en arrière du volant pour reprendre le contrôle à tout moment. C’est le problème de son « 99% », quelqu’un doit pouvoir reprendre le contrôle à tout moment pour le 1% qui n’est pas couvert. Où est l’intérêt? Une vraie voiture autonome (99.9999%) permet à tous ses passagers de faire autre chose, comme lire, naviguer sur son téléphone, dormir, travailler, etc. Dans une voiture qui est presque autonome, le « passager » conducteur doit être attentif à tout ce qui se passe pour reprendre le contrôle dès que la situation le requiers. Donc il est aussi attentif que normalement, mais a beaucoup moins à faire. Bonjour l’écoeurement.

      Sa voiture n’aura que 6 caméras de smartphone à 13$… Ça fonctionne bien la nuit ça? Dans le brouillard? La neige? Sous la pluie, la nuit, avec les reflets de phares partout? Ou alors que la route est couverte de glace noire, invisible à l’oeil nu? Bonne chance!

      • samuel gustave

        Tu poses ici de bonnes questions. Cependant il ne faut pas oublier que la véritable révolution est dans la méthode utilisée par Hotz, soit le machine learning, et non pas le choix des capteurs alimentant le système. Donc, son système ne pourra que s’améliorer avec le temps et l’expérience car il est capable d’apprendre. Maintenant, imaginons une flotte de 100 ou 1000 véhicules, dotées du système Hotz, en phase d’apprentissage, et roulant dans tous les pays, à toutes les saisons … si les informations de toute la flotte pouvaient être envoyées a un réseau neuronal central. Le système progresserait à pas de géant!

        • 6mon

          Tesla utilise aussi le machine learning pour info…

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Voilà pourquoi j’ai écrit que le point de vue de Tesla était parfaitement valide. Seulement, prendre la peine de répondre à un article qui présente un projet personnel en soulignant qu’il est essentiellement impossible pour une personne, ni même une PME d’arriver à la cheville de Tesla, ça frise la paranoïa.

      Je me demande si cette stratégie a été appuyée par l’équipe marketing du fabricant automobile. Déjà que le titre prend la formule d’une correction, un principe applicable à un média qui admet lui-même avoir commis une erreur.

      • eslachance

        Honnêtement je vois plus la « correction » de Tesla comme étant un avertissement. Du genre, « wooh wooh minute papillon, avant que tu t’énerve pour une solution à $100, pense donc un peu à ce que ça représente, corrigeons ces ‘misconceptions’… » Autrement dit, la chaise roulante qui poursuit un chat. Vincent, ci-bas, apporte l’autre point important aussi: à 11h le soir dans la pluie forte, le brouillard ou la neige, sa solution est-elle efficace? À 4h45 sur l’autoroute avec le soleil à l’horizon qui aveugle le pilote et encore plus la caméra, comment ça réagit? Il y a une raison pour laquelle Google utilise des radars et des lasers. Parce que c’est ça qu’il faut dans toutes les situations, pas juste l’idéal d’une promenade sur l’autoroute en été.

        Donc, l’approche « Correction » de Tesla, je crois, est probablement très justifiée. En tout cas, selon mon humble opinion!

        • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

          Je ne suis pas d’accord. Nulle part l’article de Bloomberg est une invitation à quiconque de se lancer dans une solution à 100$. D’ailleurs, Google n’a pas commenté l’article, alors que la voiture autonome est davantage au cœur de ce qu’elle poursuit ces derniers années.

  • http://Rhialto.com/ Rhialto

    J’avais en effet déjà entendu parler de George Hotz grâce à son exploit au sujet du iPhone puis je viens de lire l’article en anglais et on en apprend beaucoup sur ce jeune homme. Je serais tenter de le qualifier de génie et j’espère que son immense talent à comprendre si facilement ce qui semble impossible, ou si complexe que nous faudrait des années d’études, nous sera utile. Je suis toujours impressionné par les nombreux mystères que le cerveau nous réserve. Le sien est certainement différent de la classe moyenne.

  • Vincent Mercier

    Plutôt que le rabaisse, être Elon Musk, je tenterai de mettre Hotz de mon côté… Il pourrait être un atout important pour Tesla ou tout autre constructeur automobile.

  • xfinity

    Numérama reprend la théorie de The Verge sur la raison qui aurait poussée Elon Musk à prendre la plume : ce serait ainsi plutôt une réponse au journaliste qui a écrit le reportage, qu’une réponse à Geohot.
    Car entre le patron de Telsla et Vance, il y aurait du règlement de compte dans l’air, notamment depuis que le journaliste a publié au 2ème trimestre 2015 une biographie d’Elon Musk qui n’est pas des plus élogieuse (même s’il est indiqué que ledit livre n’est pas non plus qu’à charge).