Au Québec, le commerce en ligne a le vent dans les voiles

Tendances

Québec

Le CEFRIO a observé une augmentation de 21,9% des achats effectués en ligne par les Québécois en 2015 par rapport à l’année précédente.

En tout, cela représente des dépenses de 8 milliards de dollars, alors que les achats en ligne au Québec étaient estimés à 6,6 milliards en 2014.

Le tiers des adultes québécois effectuent des achats par Internet chaque mois, ce qui représente une progression de 3,8% par rapport aux observations de 2014. En moyenne, la facture mensuelle de leurs dépenses s’élève à 309$.

«En plus de permettre le commerce électronique, Internet est une source extrêmement riche pour s’informer avant de faire des achats», souligne le CEFRIO. «D’ailleurs, la présence marquée d’Internet dans le quotidien a une profonde influence sur la manière dont les Québécois magasinent, l’opinion des autres internautes est désormais un facteur important qui guide les décisions d’achat.»

Ainsi, près des trois quarts des adultes québécois s’informent en ligne avant d’effectuer leurs achats. Cette proportion de 73,7% est en croissance de 5,8% par rapport à l’année précédente. Le CEFRIO justifie cette tendance par l’intérêt croissant pour les avis laissés par d’autres consommateurs sur les plateformes spécialisées et à la consultation des réseaux sociaux, désormais intégrée chez la majorité dans leur processus de magasinage.

statistiques

À noter que ces observations concernent tout type d’achats en ligne, tant des produits physiques et des services que du contenu dématérialisé. Lorsque l’on observe les catégories établies par l’étude, les segments Musique, films et jeux vidéo, Logiciels ou applications mobiles, et Livres, revues et journaux comptent parmi ceux où une plus forte progression a été observée par rapport à 2014. Ils représentent également les segments où le produit vendu est davantage offert sous forme de téléchargement.

Malgré l’augmentation de la proportion d’achats de ces catégories, les cyberacheteurs québécois sont toujours attirés en majorité par les deux mêmes catégories que l’an dernier (à 29% dans les deux cas) : Spectacles, sorties et restaurant et Vêtements, chaussures, bijoux et accessoires.

«La proportion de cyberacheteurs, c’est-à-dire d’adultes ayant acheté en ligne au moins une fois au cours de l’année précédant l’enquête, s’établit à 58,1% en 2015», ajoute le CEFRIO. «Par ailleurs, 30,6% des adultes ont réalisé une vente sur Internet au cours de l’année précédant l’enquête.»

Au Québec, le magasinage en ligne est particulièrement populaire auprès des 18 à 44 ans, dont près de la moitié d’entre eux sont des cyberacheteurs. Ce groupe dépense toutefois moins que les adultes de 45 ans et plus.

Pour en savoir davantage sur cette étude, nous vous invitons à consulter le fascicule NETendances intitulé Le commerce électronique au Québec : une forte croissance en 2015 du CEFRIO, réalisé en collaboration avec le Bureau d’Intervieweurs Professionnels.

  • Joel D’Astous-Pagé

    Petite question: On parle de produits achetés au Québec vendu en ligne ou de consommateurs Québécois achetant en ligne (donc achetant partout dans le monde)?

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      On parle de produits ou services achetés par des Québécois, peu importe la provenance.