Première baisse de revenus pour Apple en 13 ans

Affaires

Les analystes l’avaient prédit. Apple l’a confirmé aujourd’hui. L’entreprise voit son chiffre d’affaires trimestriel reculer pour la première fois depuis 2003.

Apple a ainsi enregistré 50,6 milliards de dollars de revenus pour le trimestre prenant fin le 26 mars 2016, un recul d’environ 13% par rapport au chiffre d’affaires de 58 milliards généré par l’entreprise pour la même période l’an dernier. En terme de profits, le deuxième trimestre d’Apple passe de 13,6 à 10,5 milliards de dollars, soit une chute de près de 23%.

«Nous sommes très satisfaits de la forte croissance continue des revenus de nos services, grâce à l’incroyable force de l’écosystème Apple et à notre bassin d’utilisateurs croissants de plus d’un milliard d’appareils actifs.»

Ce n’est pas qu’Apple va mal. L’entreprise demeure l’une des plus importantes et profitables au monde.

Mais ses concepteurs n’ont pas su proposer de produits vedettes pouvant prendre le relais des ventes de l’iPhone qui ont sévèrement ralenti dans de nombreux marchés. Apple a réussi à écouler 51,19 millions d’unités lors de ce deuxième trimestre, soit 10 millions de moins que pour la même période en 2015. La folie liée à l’arrivée du iPad n’aura été que de courte durée. De son côté, l’Apple Watch est loin d’avoir suscité un engouement comparable à ce que l’on a déjà pu observer pour l’iPhone ou l’iPod.

«Notre équipe a extrêmement bien performé devant les forts vents contraires de la macroéconomie», a déclaré le PDG d’Apple, Tim Cook. «Nous sommes très satisfaits de la forte croissance continue des revenus de nos services, grâce à l’incroyable force de l’écosystème Apple et à notre bassin d’utilisateurs croissants de plus d’un milliard d’appareils actifs.»

Apple a en effet su bien tirer son épingle du jeu en ce qui concerne les services, avec notamment Apple Music qui jouit de 13 millions d’abonnés payants. Reste à voir maintenant si les ventes de l’iPhone SE pourront mettre un baume à la situation financièrement de l’entreprise, qui a tout de même des réserves de 233 milliards dans ses coffres.

Pour apaiser les inquiétudes de Wall Street, Apple a annoncé en parallèle une rallonge de 50 milliards de dollars à son programme de reversements aux actionnaires par le biais de dividendes et de rachats d’actions. Une stratégie qui ne semble pas avoir eu l’effet escompté, l’action d’Apple ayant perdu environ 8% de sa valeur dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York.

Enfin, Apple prévoit un chiffre d’affaires de 41 à 43 milliards de dollars pour le trimestre prochain, en deçà des 47,3 milliards que prédisent les analystes, et représentant un recul par rapport aux 49,6 milliards du printemps de 2015.

Qui sait, peut-être que plongée dans l’incertitude, Apple dévoilera enfin ses présumés projets de réalité virtuelle ou de sa voiture électrique?