Chrome bloquera Flash à compter de la fin de l’année

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
On annonce sa mort depuis longtemps. Il semblerait que le véritable début de la fin pour Flash aura lieu avant la fin de l'année.

Selon la stratégie de Google de privilégier le HTML5 par défaut dans Chrome, la gourmande en ressources et très souvent vulnérable extension Flash sera bloquée par défaut dans une prochaine version du navigateur le plus utilisé sur la Toile.

Flash sera toujours intégré à Chrome, mais sa présence ne sera plus signalée par le navigateur.

C’est du moins ce que laisse entendre la proposition HTML5 by Defaut publiée par les développeurs de Chromium, le navigateur libre sur lequel Chrome est fondé, tel que rapporté par le blogue Venture Beat. Étant donné que les modifications apportées à Chromium se répercutent tôt ou tard sur la version publique de Chrome, tout porte à croire que ce changement entrera en vigueur dans le dernier trimestre de 2016.

Depuis septembre dernier, Chrome met en pause par défaut les contenus Flash supplémentaires qui ne sont pas perçus comme des éléments centraux d’une page – principalement, les publicités. La nouvelle proposition se présente ici comme la prochaine étape logique : bloquer l’intégralité des éléments nécessitant Flash.

Un aperçu de l'alerte qui sera affichée aux utilisateurs.
Un aperçu de l’alerte qui sera affichée aux utilisateurs.

Concrètement, Flash sera toujours intégré à Chrome (comme c’est le cas depuis des années), mais sa présence ne sera plus signalée par le navigateur. Cette modification forcera alors les sites a basculer en mode HTML5, à moins que l’utilisateur ne décide de signaler et d’activer Flash pour le domaine en question. Cette exemption pourra alors être exceptionnelle (que pour la durée de la session) ou permanente (ajoutant le domaine à une liste blanche) selon les préférences de l’utilisateur.

La liste blanche des sites pouvant exploiter Flash sans demander de permission à l’utilisateur sera d’abord peuplée des 10 plus populaires portails web qui emploient encore aujourd’hui l’extension : YouTube.com, Facebook.com, Yahoo.com, VK.com, Live.com, Yandex.ru, OK.ru, Twitch.tv, Amazon.com et Mail.ru.

Google promet que cette liste sera mise à jour périodiquement afin de retirer les domaines qui ne nécessitent plus d’exemption. Cette liste arrivera à échéance un an après son implantation, laissant donc le temps aux développeurs de ces services de se débarrasser de Flash une bonne fois pour toutes.

Les dernières nouvelles

Pourquoi le numérique a-t-il été complètement absent de la campagne électorale?

Pourquoi le numérique a-t-il été complètement absent de la campagne électorale?

On en sait déjà beaucoup sur les nouveaux Pixel 7 de Google

On en sait déjà beaucoup sur les nouveaux Pixel 7 de Google

Les batteries gonflables reviennent hanter les appareils Samsung

Les batteries gonflables reviennent hanter les appareils Samsung

Plus d'actualités

Windows 11 n’est pas le système le moins énergivore…

Windows 11 n’est pas le système le moins énergivore…

Des experts s’inquiètent des «effets pervers» du SOS par satellite de l’iPhone 14

Des experts s’inquiètent des «effets pervers» du SOS par satellite de l’iPhone 14

Gagnez un iPhone 14 grâce à PlanHub

Gagnez un iPhone 14 grâce à PlanHub

Populaires

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Jeux en ligne : 8 façons de passer le temps sur internet

Jeux en ligne : 8 façons de passer le temps sur internet

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .