Google dévoile Daydream, sa plateforme de réalité virtuelle

Google I/O

Google invite les fabricants mobiles et les producteurs de contenu à suivre de nouvelles normes visant à offrir une expérience de réalité virtuelle plus convaincante.

Après des mois de rumeurs, nous connaissons désormais les plans de Google en ce qui à trait à la réalité virtuelle. Le successeur de Google Cardboard n’est pas un véritable casque de réalité virtuelle fabriqué par Google, mais plutôt une plateforme jetant les bases de la façon dont les expériences VR devraient être gérées par les prochains téléphones intelligents.

L'accueil d'Android N sous Daydream.

L’accueil d’Android N sous Daydream.

À la fois une norme matérielle et logicielle qui viendra uniformiser le développement des prochains téléphones Android et des applications souhaitant proposer des expériences de réalité virtuelle. Cela signifie que seront bientôt commercialisés des casques Daydream qui devront fonctionner avec des téléphones répondant aux normes de Google.

Il s’agit de la même formule que celle proposée par Samsung avec le Gear VR.

Fondamentalement, il s’agit de la même formule que celle proposée par Samsung avec le Gear VR : on glisse le téléphone dans le casque, et c’est l’écran de celui-ci qui vient alimenter les yeux en images. On ignore exactement si le casque intégrera des composantes, tels des capteurs plus précis pouvant travailler de concert avec ceux intégrés au téléphone, mais Google promet que le résultat sera hautement plus fidèle que ce que propose Google Cardboard actuellement.

Les normes de Daydream comprennent également des règles à suivre pour la production d’une manette afin de permettre à l’utilisateur d’interagir avec son environnement virtuel. On est malheureusement bien loin de ce que proposent HTC et Oculus : contrairement aux manettes de ces derniers, la proposition de Google n’exploite pas de capteurs externes qui permettrait un certaine précision dans la captation de mouvements.

Le Play Store sous Daydream.

Le Play Store sous Daydream.

Bien sûr, Google compte sur la participation des fabricants afin d’accoucher de son projet. L’entreprise a conclu des partenariats avec ARM, Qualcomm, MediaTek, et Imagination Technologies pour fournir les composantes nécessaires, puis avec HTC, ZTE, Huawei, Asus, Xiaomi, Alcatel, LG, et Samsung afin d’assurer la commercialisation de téléphones Android compatibles avec cette technologie.

Enfin, Google travaille également de pair avec une série de producteurs de contenu, dont notamment HBO, Ubisoft, la NBA, le New York Times et le Wall Street Journal, mais aussi des entreprises comme Netflix, Hulu et IMAX.

L’initiative de Google est ambitieuse. L’entreprise semble par contre avoir pensé à tout. Les premiers téléphones compatibles avec Daydream devraient voir le jour à l’automne. On ignore cependant à quel moment arriveront les casques pouvant en tirer profit, et à quels prix ils seront vendus.