La liseuse Kindle Oasis d’Amazon

Banc d'essai

Exclusif

Est-ce que la Kindle Oasis, une liseuse deux fois plus chère, peut procurer deux fois plus de plaisir?

Pour ceux qui aiment vraiment lire, une liseuse est beaucoup plus agréable qu’une tablette et même, que les livres papiers. Après tout, ça permet d’avoir sur soi des centaines, sinon des milliers de livres, sans que ça pèse plus!

kindlevskindle

Quand on peut acheter une liseuse de base de Kindle ou de Kobo pour 80$, où un modèle plus intéressant (plus performant, de meilleure résolution et surtout avec un écran éclairé) pour environ 120$, on peut se demander si Amazon n’est pas tombé sur la tête en lançant la Kindle Oasis à 400$ (500$ pour la version 3G). Pourtant, après un essai, on en apprécie le raffinement… à défaut d’en apprécier plus le prix.

Design

J’utilise des liseuses depuis plusieurs années; j’avoue avoir été ému (je suis sensible) en déballant l’Oasis. Imaginez que vous ne connaissiez que l’iPad, et qu’on vous tende un iPhone. Et que malgré la différence de taille et de poids, l’écran soit aussi grand. Dans son étui, l’effet est moins impressionnant, mais lorsqu’on ne tient que la liseuse (elle est maintenue par des aimants), on est transporté dans un autre univers par rapport aux autres liseuses.

En surface, il ne reste pratique que l’écran, entouré d’une bordure étroite. J’ai d’ailleurs eu besoin de comparer avec une autre liseuse pour m’assurer que celui-ci faisait bien 6 pouces de diagonale.

kindleoasis01

Et quelle minceur! Elle ne fait que 3,4 mm d’épaisseur du côté de l’écran, et 8,5 mm du côté des boutons; le côté plus épais est pensé pour reposer confortablement dans le creux de sa main, un peu comme comme la tranche d’un livre. La répartition du poids fait qu’on peut lire longtemps sans inconfort, ni avoir l’impression de tenir un rectangle de plastique dans la main. Elle semble beaucoup plus légère, même si elle pèse seulement 20% de moins (131 grammes) que les autres liseuses. Son boîtier est fabriqué d’un «polymère ultraléger plaqué d’un métal par électrodéposition» dont le fini est agréable au toucher et inspire la qualité.

Caractéristiques techniques

  • Écran de 6 pouces, 300 points par pouces
  • Connexion Wi-Fi (avec option cellulaire 3G)
  • Intégration du magasin de livres Kindle

Prise en main

On peut simplement toucher l’écran pour changer de page, ou utiliser deux boutons pour de le faire. Ça permet de choisir la méthode qu’on préfère selon la façon dont on tient la liseuse, que ce soit avec la ou les mains. L’orientation de la liseuse change automatiquement : le texte reste dans le bon sens qu’on tienne la liseuse de la main droite ou gauche. Un détail que les gauchers vont apprécier!

Écran

L’écran de papier électronique conserve la même résolution que la Kindle Paperwhite ou Voyage (300 ppp), mais il n’est pas enfoncé dans le cadre; il est entièrement lisse. Si on le regarde vite, on pourrait le confondre avec une maquette de carton imprimé!

kindlezoom

kindleoasis_

Un jeu de 10 lumières DEL est utilisé (plutôt que 4 pour la Paperwhite ou 6 pour la Voyage), mais à l’usage, la différence est peu perceptible : l’éclairage semble juste un peu plus uniforme. On notera que contrairement aux téléphones ou tablettes, l’éclairage des liseuse est dessus plutôt que derrière l’écran; la lumière est douce pour les yeux, spécialement pour lire le soir. Le jour, l’éclairage n’est pas essentiel, mais il donne l’impression que l’écran est plus blanc et augmente le contraste. Même si on le touche constamment, les traces de doigts restent invisibles.

Performances

La Oasis utilise le même processeur que les autres Kindle, y compris le modèle de base à 80$ (l’édition 2016). Le transfert des livres achetés de la boutique d’Amazon se fait en quelques secondes; il faut toutefois être connecté à internet par Wi-Fi. Amazon propose aussi un modèle avec connexion cellulaire 3G intégrée. L’option coûte 100$ de plus à l’achat, mais il n’y a pas d’abonnement ni de frais supplémentaires par la suite, et elle fonctionne dans plus de 80 pays. Sa capacité de stockage fixée à 4 Go permet de stocker des milliers de livres.

Autonomie

L’étui contient aussi une pile. Dès qu’on y range la liseuse, elle se recharge. Recharger la liseuse (avec une prise micro USB) charge aussi l’étui.

Selon Amazon, l’autonomie de la liseuse peut atteindre «plusieurs mois». Je n’ai pas mesuré avec exactitude (de toute façon, ça varie en fonction de l’utilisation), mais en effet, le temps entre les recharges se compte en semaines, pas en jours.

Comment l’autonomie est-elle aussi élevée même si la liseuse est moins volumineuse? Il y a un truc astucieux : l’étui (inclus) contient aussi une pile. Dès qu’on y range la liseuse, elle se recharge. Recharger la liseuse (avec une prise micro USB) charge aussi l’étui.

Conclusion

Alors qu’on s’émerveille quand le iPhone perd un millimètre d’épaisseur, il est étrange que le bon en avant de la Kindle Oasis par rapport à la concurrence ne suscite pas plus d’enthousiasme. Mais il est vrai que son prix en fait un objet très niche : l’équivalent d’une voiture de luxe. Une liseuse moins coûteuse va faire la même chose, pour beaucoup moins cher. Mais si on veut plus qu’une liseuse utilitaire, la Kindle Oasis est le modèle de luxe qui fait rêver!

Évaluation

Verdict

À un coût plus raisonnable (200$), la Kindle Oasis serait une liseuse pratiquement parfaite.

Note finale : 4.0
Critères
Design
5
Performance
4.5
Autonomie
4.5
Prix
2

Points forts

  • La sensation en main
  • Construction impeccable
  • Deux boutons pour changer de page
  • Poids plume
  • Étui inclus astucieux qui contient une pile d’appoint
  • Orientation de l’écran automatique

Points faibles

  • Le prix
  • Pas directement compatible avec le format de livre ouvert ePub
  • Si on veut être très difficile, pas de résistance à l’eau
  • Gaston

    « une liseuse est beaucoup plus agréable qu’une tablette et même, que les livres papiers »

    Désolé, mais il n’y a rien qui soit plus agréable qu’un vrai livre en papier, la texture, l’odeur du papier et de l’encre, le feeling et j’en passe, mais je persiste, il n’y a rien de plus agréable qu’un vrai livre (surtout un livre de BD). ;-)

    • gronono

      C’est une question de gout; en ce qui me concerne, je préfère ma liseuse surtout pour le dictionnaire intégré et la possibilité de « switcher » d’un livre à l’autre à l’improviste.

      • Max

        J’allais dire la même chose!
        En voyage… pouvoir trainer plusieurs livres, pas plus de poid ou place. Et que dire des environnementaliste… ca gaspille bien moins de papier.

        Par contre je suis décu on ne parle pas de comparatif de résolution, de qualité de lecture par rapport à un autre modèle.

        • Lucky Luke

          Le bois est une ressource renouvelable et le papier est facilement recyclable au Québec contrairement aux matériaux d’une liseuse. Un écologiste anti-livre de papier ne peut être qu’un ignorant d’autant plus qu’une liseuse sera changée aux 5-10 ans alors qu’un livre est souvent gardé pour la vie ou transmis/prêté/donné/revendu pendant des dizaines d’années.

          (j’ai rien contre les liseuses, je suis juste contre les arguments niaiseux)

          • Max

            Ben voyon, pas obligé de faire le troll. On parle de combien de copie de livres pour un livre donné. Ça fait combien de papier tout ca. Ce n’était pas un argument, mais seulement un commentaire. Je suis bien conscient que si on fait une étude approfondie, dépendamment des manufacturiers, de l’empreinte écologique de ces derniers dans la fabrication, etc etc. Mais votre argument de « passé de génération et gardé pour la vie » est tout aussi douteux, car ce n’est pas forcément le cas. C’est un peut être et seulement une possibilité. Enfin bon. Je choisis mes batailles et je ne veux pas partir un débat avec un troll.

            Mais merci, j’ai appris que j’étais niaiseux. :)

          • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

            Pas de chicane! ;)

            J’abonde dans le sens de Lucky Luke pour ce qui est de transmettre les livres aux futures générations : il va de soit qu’un fichier associé à un compte Amazon est beaucoup plus susceptible de disparaître dans les limbes d’Internet qu’un livre physique.

    • Pierre

      C’est tout simplement que vous n’avez connu que cela depuis votre apprentissage de la lecture dans votre jeunesse. Les prochaines générations seront eux aussi, à leurs manières, nostalgique des liseuses lorsque viendront les prochaines technologies… cessons donc tous de porter ces foutus ornières!

      • Gaston

        Vous avez bien raison, je suis rendu vieux, un vieux crouton. ;-) Mais, je persiste en disant qu’entrer dans une bibliothèque ou une librairie me titille plus les sens qu’aller dans un magasin d’électronique dans la section des liseuses. Chacun son époque comme on dit.

        • Pierre

          En espérant ne pas vous avoir offensé, ce n’étais pas mon but premier. Mais force est de constater que les nouvelles technologies cause un choc semblable à celui des cultures mais au niveau générationnelle… C’est donc un travail que chaque personne individuellement doivent faire pour se tenir à jour et suivre le courant.

          • Gaston

            Je ne suis offusqué, même pas pour une seconde, mais c’est vrai que je me sens de plus en plus vieux en regardant les nouvelles technologies.

  • Pierre Laliberté

    Des livres papier, ça se brûle tellement plus facilement… Certains comprendront la référence.