NESPi, la réplique geek de la NES Classic Edition

Faites-le vous-même?

Avec la sortie imminente de la NES Classic Edition par Nintendo, un geek en électronique a décidé de ne pas attendre avant d’avoir sa propre réplique miniature de la console de 1985.

Grâce à son imprimante 3D et son ordinateur monocarte Raspberry Pi 2, l’adepte de jeux rétro britannique connu sous le nom de Daft Mike a décidé de plonger dans la nostalgie en fabriquant sa propre version réduite de la NES.

Bien qu’il soit possible de trouver sur la Toile une multitude de fichiers d’objet modélisé de taille réduite imitant le look de la NES, ceux-ci ne satisfaisaient pas Mike par leurs déformations. Il souhaitait utiliser un modèle plus fiable aux proportions et aux lignes droites de la console.

La NESPi contient une carte Raspberry Pi 2 incluant un port HDMI, deux ports USB, et une fente pour une carte SD.

Il a donc conçu son propre modèle 3D de la NES à environ 40% de sa taille originale. Le boîtier contient la carte Raspberry Pi 2 incluant un port HDMI, deux ports USB, et une fente pour une carte SD. Le tout est appelé la NESPi.

On y retrouve également les boutons Reset, pour redémarrer le jeu, et Power, pour démarrer le jeu choisi ou le quitter et revenir au gestionnaire d’émulateurs de la Raspberry Pi, EmulatorStation.

Contrairement à la NES Classic Edition, les manettes de la console minuscule ont aussi été réduites. Peut-être que c’était trop poussé : le créateur du gadget admet lui-même que la petite manette est plutôt difficile à utiliser. Car bien que les boutons sont maintenant plus petits, les doigts, eux, n’ont pas changé de taille.

cartouches

Néanmoins, une caractéristique de la NESPi rend son expérience un peu plus authentique : on y retrouve un lecteur de «cartouches». Identiques aux cartouches NES conventionnelles, celles-ci comprennent une puce NFC servant à indiquer à la console le nom du jeu en question. Lorsque la cartouche est insérée, le système cherche alors le jeu correspondant dans la carte SD insérée en dessous de l’appareil et le lance une fois repéré. Le fait de pouvoir y incorporer le catalogue complet des jeux de NES rend évidemment l’initiative nettement plus flexible que la collection fixée à 30 titres de la NES Classic Edition.

Même si la NESPi rend ainsi hommage à la NES, les jeux de toutes les plateformes soutenues par EmulationStation sont compatibles. Dans sa vidéo, Mike en a fait d’ailleurs la démonstration avec une cartouche du jeu Pokémon Red qu’il a stylisé comme si le jeu originalement conçu pour la Game Boy avait connu une version NES.

Mike est fier des détails qu’il a mis dans le boîtier et ses cartouches. Sur son blogue, il explique comment il a recréé le mécanisme de l’insertion de la cartouche et de l’abaissement de son plateau avec un loquet.

Le résultat du projet : le sentiment de rejouer avec la NES des années 1980 en se croyant un géant devant la petite taille de la NESPi.

Réaction de Nintendo?

Pour le moment, Nintendo demeure muette à propos de ce projet. Par contre, le fabricant de consoles a la réputation d’envoyer des mises en demeure aux adeptes derrière tout projet qui pourrait interférer avec ses ventes ou des produits officiels.

En janvier 2010, Nintendo avait demandé aux réalisateurs du film indépendant The Legend of Zelda : The Hero of Time de cesser ses activités lorsque ceux-ci avaient tenté de vendre des billets pour sa projection. En avril 2011, les concepteurs de Super Mario Bros. X, un jeu qui permettait de faire ses propres niveaux comme Super Mario Maker aujourd’hui, ont également été contraints par les avocats de Nintendo de cesser leurs activités. Une autre tentative, cette fois de recréer Super Mario 64 en haute définition, a aussi été suspendue avec une mise en demeure l’année dernière.

Malgré que la NESPi ne soit que le projet d’un fan à but non lucratif, cela n’empêcherait pas Nintendo de demander à Daft Mike de cesser de faire la promotion de sa console miniature, si l’entreprise croit par exemple que ce projet nuit aux ventes de la NES Classic Edition.

D’autres plans à venir

Mike à l’intention de partager les plans de sa console miniature une fois qu’il aura rectifié quelques problèmes avec le prototype actuel.

À la demande populaire, Mike à l’intention de partager les plans de sa console miniature une fois qu’il aura rectifié quelques problèmes avec le prototype actuel. Ces fichiers permettraient à ceux possèdant une imprimante 3D de fabriquer leur propre NESPi en y intégrant un Raspberry Pi 2 (et possiblement aussi d’autres variantes).

Enfin, ceux qui ne possèdent pas les outils nécessaires pour sa fabrication pourront se procurer des trousses d’assemblage leur permettant d’assembler leur propre console grise minuscule. En attendant, tous les fichiers nécessaires pour le fonctionnement de la NESPi peuvent être téléchargés sur son site.

Mike compte aussi miniaturiser d’autres consoles. À la fin d’un de ses vidéos, il a même inclut l’aguiche d’une cartouche miniature de la SNES.

  • Johan Kolev

    Bonjour Rémi, mes semble que si il offre la console avec tout les jeux NES (Au lieu de 30) à un prix moindre que celle vendu par Nintendo étant donné qu’il est à but non lucratif, c’est sûr que ça va contrecarrer les ventes de Nintendo. C’est sûr que si ça prend de l’ampleur, Nintendo va envoyer une mise en demeure? Non? Merci de m’éclairer!

    • https://remino.net/ Rémi Rémino

      Difficile de dire. Le NESPi s’agît de quelque chose qu’il faut assembler soit même, côtés matériel et logiciel, même si on a toutes les pièces. À l’instant, quelques pièces du Raspberry Pi 2 doivent aussi être démontées afin d’accommoder le boîtier. Avant que l’appareil fonctionne, il est loin d’être aussi pratique que la NES Classic Edition.

    • Simon Guay

      il ne propose pas la console, ni aucun jeux. il rend disponible gratuitement un guide pour fabriquer la console soit-même et rendra disponible les fichiers à imprimer gratuitement, sous une licence non-commerciale.
      son site web : http://www.daftmike.com/

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Jamais il n’a été question d’offrir les ROM (qui se retrouvent de toute façon facilement ailleurs), mais bien les fichiers nécessaires pour faire fonctionner l’émulateur avec son système de «cartouches» NFC.