Facebook dévoile Marketplace, sa section de petites annonces

À surveiller

Non sans rappeler Kijiji ou Craigslist, Facebook permettra bientôt à ses utilisateurs de vendre et acheter des biens de seconde main.

Facebook pourrait bientôt devenir un important joueur du commerce en ligne avec Marketplace, un nouveau service (mis à l’essai ces derniers mois) d’achats et de ventes de biens avec d’autres utilisateurs de votre communauté. Ce sera du moins le cas dans un premier temps pour les membres de son réseau social situés en Australie, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni.

Pourquoi l’entreprise s’implique-t-elle dans ce nouveau secteur? En fait, aux dires de Facebook, elle ne fait que répondre à un comportement déjà présent chez ses utilisateurs.

«Ces dernières années, plus de gens utilisent Facebook pour se connecter d’une autre manière : pour acheter et vendre avec d’autres», explique la directrice de gestion de produits Facebook, Mary Ku. «Cette activité, qui s’est d’abord manifestée dans les groupes Facebook, a considérablement augmenté. Plus de 450 millions de personnes visitent des groupes d’achats et de ventes chaque mois – des familles de quartiers aux collectionneurs du monde entier.»

«Pour aider les gens à faire plus de ce genre de connexions, nous mettons en place aujourd’hui Marketplace, une destination pratique pour découvrir, acheter et vendre des articles avec des membres de votre communauté. Marketplace facilite le repérage de choses que vous aimez, et la recherche de nouveaux foyers pour les objets dont vous êtes prêts à vous départir. Nous allons continuer à développer de nouvelles options et fonctionnalités afin de rendre cette expérience la meilleure qui soit pour tous.

Il est important de souligner que l’expérience de Marketplace est d’abord et avant tout mobile. Une version web de cette section est en chantier, mais elle ne sera pas déployée à court terme.

feed_us

L’icône de Marketplace viendra ainsi remplacer celle de Messenger, située au centre de la barre inférieure de l’application mobile principale. En cliquant sur celle-ci, l’utilisateur sera basculé sur un écran affichant des biens à vendre d’acheteurs situés à proximité. À partir de cette section, on peut consulter les catégories, publier la photo d’un objet à vendre, consulter la liste de nos annonces, ou effectuer une recherche.

Pour chaque annonce, il est possible de négocier le prix en proposant une offre au vendeur, ou simplement en lui écrivant un message privé.

À noter que Facebook ne joue pas ici le rôle d’intermédiaire dans les transactions. Celles-ci devront être effectuées en personne, ou par le biais de services tels que PayPal, d’où sa similarité avec Kijiji et Craigslist. Il n’y a également aucuns frais de service. La principale motivation de Facebook demeure toujours la même : faire accroître son bassin d’utilisateurs.

Le service sera déployé cette semaine sur Android et iOS en Australie, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni. Facebook promet qu’elle étendra Marketplace vers d’autres marchés bientôt.