Obama sanctionne la Russie pour avoir perturbé l’élection présidentielle américaine

Piratage monstre

Le président américain a annoncé aujourd’hui une série de mesure contre la Russie en raison du rôle que le pays a joué dans la série de piratages destinés à influencer le déroulement des élections présidentielles américaines.

Les sanctions imposées pénaliseront cinq organismes et six individus, selon un amendement apporté au décret présidentiel no 13694, nommé Blocking the Property of Certain Persons Engaging in Signifiant Malicious Cyber-Enabled Activities, mis en place par le président Barack Obama suite à l’importante cyberintrusion dont a été victime Sony Pictures en 2014.

Le ministère russe des Affaires étrangères estime que de telles sanctions peuvent nuire à la coopération entre les deux pays.

Sur la liste des personnes concernées par ces sanctions, quatre sont des fonctionnaires de la Direction générale des renseignements (GRU), l’organisme militaire russe qui aurait été intimement impliqué selon Washington dans le piratage de l’infrastructure informatique du Comité national démocratique. Selon le New York Times, 35 diplomates russes en activités aux États-Unis seront également expulsés dans les 72 heures dans le cadre de ces mesures.

De son côté, Moscou nie toujours toute implication de sa part dans ce piratage et de celui ayant ciblé le directeur de campagne de la candidate Hilary Clinton, John Podesta. Des analystes ont attribué en partie la défaite de Clinton à la publication des courriels dérobés dans le cadre de cet autre acte de piratage.

À la lumière des premiers rapports au sujet de cette annonce, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré un peu plus tôt aujourd’hui qu’il estimait que de telles sanctions seraient perçues comme une tentative de nuire à la coopération entre les deux pays.

«Nous ne sommes pas d’accord catégoriquement avec des affirmations et des accusations infondées à l’égard de la partie russe», a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

Il sera toutefois intéressant de voir si ces sanctions seront maintenues une fois que Donald Trump intégrera la Maison-Blanche le mois prochain.

  • Gaston

    Voir une photo de Barack Obama pointant du doigt ne donne pas la même impression qu’une photo de Ronald McDonald Trump (le clown orange) pointant du doigt.