Le recours de parents québécois contre Fortnite aura des répercussions mondiales

Par Alain McKenna – le dans Actualités, Jeux vidéo

Un juge montréalais de la Cour supérieure a autorisé la semaine dernière un recours collectif contre l’éditeur du jeu en ligne Fortnite qui est intenté par les parents de trois enfants, âgé de 9, 13 et 15 ans. Selon eux, Fortnite est tellement addictif qu’il a provoqué chez leurs enfants des problèmes de santé assez sérieux comme des migraines, des douleurs au dos et des troubles du sommeil récurrents. Ils notent aussi une baisse remarquable de leur niveau d’hygiène et de leur comportement en société.

Évidemment, vu la place qu’occupe le jeu vidéo au Québec en général et à Montréal en particulier, cette histoire a fait jaser chez nous au cours de la dernière semaine. Mais elle a retenu l’attention des médias internationaux ces derniers jours si bien que l’éventuel règlement de ce recours collectif pourrait avoir des répercussions ailleurs dans le monde. On en parle ces jours-ci en France, en Angleterre et aux États-Unis.

Aux États-Unis, en fait, on rappelle un jugement rendu contre Fortnite en 2019 qui portait sur les pratiques transactionnelles à bord du jeu et qui s’est soldé par un versement de 25 millions $US aux plaignants.

La cause dans ce cas-ci est plus générale puisqu’elle porte sur la santé des joueurs.

C’est que Fortnite est un environnement numérique extrêmement immersif qui est conçu de telle manière qu’on veut y retourner le plus souvent possible. Pour des joueurs en bas âge, c’est donc facile de tomber dans une spirale et non seulement d’y passer de plus en plus de temps, mais aussi, d’y dépenser de plus en plus d’argent pour améliorer son personnage et le rendre toujours un peu plus puissant.

Évidemment, Epic Games, l’éditeur derrière Fortnite, conteste le recours. Selon lui, il n’existe pas de preuve scientifique suffisante pour établir un lien entre le jeu vidéo et la dépendance dont souffre les trois enfants cités dans le recours. Il faut dire que l’éditeur a raison, puisque les associations médicales nord-américaines n’établissent pas de lien entre les troubles liés à une pratique extrême du jeu vidéo et une pathologie concrète.

Les plaignants espèrent tracer un parallèle entre l’impact sur la santé qu’a le jeu vidéo et celui qu’a la cigarette. Il a fallu plusieurs années pour qu’on finisse par reconnaître l’effet nocif du tabac sur la santé des fumeurs. Abuser des jeux vidéo peut certainement avoir un effet nocif sur la santé également.

Si on le reconnaît, ça pourrait changer de façon profonde la façon dont les jeux vidéo se jouent pas seulement chez nous, mais partout dans le monde.

Les dernières nouvelles

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Plus d'actualités

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Google développerait sa propre version de l’Apple AirTag

Google développerait sa propre version de l’Apple AirTag

Populaires

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming