Partager trop de photos sur Facebook fait en sorte qu’on vous déteste

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Une étude britannique démontre que les gens qui surpartagent leurs photos sur Facebook nuisent à leurs relations à l'extérieur du réseau social.

Si vous êtes parmi ceux qui ont de la difficulté à supporter les membres de Facebook qui partagent à outrance leurs photos de voyages, de bouffe, de concerts, de promenades, de chats, de couchers de soleil, de levers de soleil ou simplement leurs autoportraits, la science est avec vous.

Le comportement d’un utilisateur publiant des photos des membres de sa famille est perçu positivement par son conjoint / amoureux, tandis qu’il est perçu négativement lors de la publication de photos d’événements ou d’amis.

Quatre chercheurs universitaires ont conclu qu’il y a une relation inverse entre la fréquence à laquelle une personne publie des photos sur Facebook et le niveau de soutien et d’intimité qu’il obtient de son cercle d’amis. Le verbe «détester» dans le titre est sans doute exagéré, mais ce type de comportement peut certainement nuire aux relations de celui qui l’adopte.

Le sujet des photos publiées doit également être pris en considération.

Selon l’étude, le comportement d’un utilisateur publiant des photos des membres de sa famille est perçu positivement par son conjoint / amoureux, tandis qu’il est perçu négativement lors de la publication de photos d’événements ou d’amis.

On constate également que le comportement d’un utilisateur publiant des photos d’autres amis peut être perçu négativement par un ami proche.

David Houghton, professeur de marketing à la Birmingham Business School et principal auteur du rapport, a déclaré : «Notre recherche démontre que ceux qui publient régulièrement des photos sur Facebook risquent de nuire à leurs relations dans le monde réel. À l’exception d’amis proches et de membres de la famille, les gens semblent moins intéressés par les utilisateurs qui ne cessent de publier des photos d’eux-mêmes.»

L’étude observe également que les entreprises qui invitent leurs fans à publier des photos en lien avec une campagne promotionnelle peuvent aussi nuire à la relation entre un participant et son cercle d’amis.

«Il est important de se rappeler que l’information partagée aux “amis” sur Facebook est en réalité consultée par diverses catégories d’individus : les conjoints, les amis, la famille, les collègues et les connaissances. Chacun de ses groupes semble avoir une opinion différente de l’information partagée», souligne Houghton.

Ben Marder, chercheur en marketing à l’Université d’Edinburgh Business School ayant travaillé sur cette étude, y va d’une mise en garde : «Soyez prudent lorsque vous partagez de l’information et réfléchissez à la façon dont elle peut être perçue par les autres. Bien que le partage est un excellent moyen d’améliorer ses relations, il peut aussi leur être nuisible.»

Les dernières nouvelles

Empruntez des livres numériques gratuitement directement sur un iPad

Empruntez des livres numériques gratuitement directement sur un iPad

Google Street View fête ses 15 ans

Google Street View fête ses 15 ans

Est-ce qu’Apple prépare son propre Kindle ou un iPhone à écran pliable?

Est-ce qu’Apple prépare son propre Kindle ou un iPhone à écran pliable?

Plus d'actualités

PlayStation Network: Des millions d’abonnés, des milliards en revenus

PlayStation Network: Des millions d’abonnés, des milliards en revenus

Une faille Bluetooth affecte des millions de serrures … y compris celles des Tesla

Une faille Bluetooth affecte des millions de serrures … y compris celles des Tesla

Un nouveau format musical entre le vinyle et le CD voit le jour

Un nouveau format musical entre le vinyle et le CD voit le jour

Populaires

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .