Yahoo vaudrait-elle moins que rien?

Soyons alarmistes

Liste de tags

Le journaliste économique Matthew C. Klein s’est penché sur la valeur réelle de Yahoo depuis l’arrivée de Marissa Mayer à la tête de l’entreprise américaine.

La valeur d’une société est attribuable à celle de ses investissements. C’est la leçon que l’on peut retenir d’un récent article publié sur le blogue Bloomberg View au sujet de la valeur de Yahoo (la société elle-même, son noyau) et deux entreprises dont elle détient des actions : le groupe Alibaba et Yahoo Japan.

Bien que la situation est loin de contribuer au bien fondé de la stratégie mise en place par Mayer l’an dernier, il ne faut pas perdre de vue que ce calcul ne tient pas compte du fait que ces sociétés asiatiques pourraient être surévaluées.

Aujourd’hui, Yahoo vaut environ 39 milliards de dollars US. Elle détient près de 24% d’Alibaba, une entreprise chinoise privée, spécialisée dans le commerce électronique, évaluée à 153 milliards selon des analystes sondés par Bloomberg News. Lorsque l’on soustrait la valeur de cet investissement (qui représente des activités extérieures au noyau), Yahoo vaudrait un peu plus de 2 milliards.

L’entreprise californienne détient également 35% de Yahoo Japan, une société publique indépendante malgré qu’elle partage son nom. Celle-ci est évaluée à 32,3 milliards. Inutile de vous dire ce qui arrive si l’on soustrait la portion détenue par Yahoo, qui représente 11,3 milliards.

Bien que la situation est loin de contribuer au bien fondé de la stratégie mise en place par Mayer l’an dernier, il ne faut pas perdre de vue que ce calcul (plutôt simpliste) ne tient pas compte du fait que ces sociétés asiatiques pourraient être surévaluées.

Sans compter que l’inverse pourrait aussi être vrai : le cours de Yahoo pourrait être trop bas et ne pas refléter la valeur réelle de l’entreprise.

Devrait-on craindre la mort de Yahoo? Ne soyons pas alarmistes…

  • PinkyPie

    Je me demande si on a eu une situation similaire il y a quelques années lorsque Bell détenait une large part de Nortel et que l’action de Nortel atteignait des sommets.