Heartbleed : adoptez la validation en deux étapes

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
De plus en plus de services web offrent une méthode plus sécuritaire de vous authentifier. Pourquoi courir le risque de ne pas l'activer?

Depuis la semaine dernière, Heartbleed se retrouve sur toutes les lèvres. La faille qui se retrouve au cœur d’OpenSSL, le protocole de sécurité en source libre utilisée par une panoplie de services web, a heureusement été rapidement colmatée par la communauté.

Cela signifie qu’une personne malintentionnée désirant accéder à votre compte devra avoir non seulement votre nom d’utilisateur et votre mot de passe, mais également accès à votre téléphone mobile.

Cette nouvelle est devenue le prétexte pour parler de sécurité informatique, ce qui en soi est une bonne chose. Peut-être avez-vous déjà changé la plupart de vos mots de passe sur les principaux sites affectés par Heartbleed. Bien que l’utilisation de mots de passe plus complexes soit toujours une bonne idée, cette stratégie s’avère inefficace dans le cas qui nous préoccupe ces derniers jours (lire la vulgarisation de Benoît Gagnon à ce sujet), contrairement à l’authentification avec validation en deux étapes.

Afin de réduire les risques qu’un pirate puisse détourner l’un de vos comptes, nous vous invitons à employer cette méthode plus sécuritaire. Une connexion avec validation en deux étapes est une mesure de sécurité qui ajoute une couche supplémentaire d’authentification lorsqu’un internaute tente de se connecter à un site web. Par exemple, après avoir inscrit votre nom d’utilisateur et votre mot de passe, un service utilisant ce type de connexion vous transmet un code spécial par messagerie texte afin de valider votre identité. La seconde étape consiste à fournir le code en question afin d’accéder à votre compte.

Comme vous l’aurez compris, cela signifie qu’une personne malintentionnée désirant accéder à votre compte devra avoir non seulement votre nom d’utilisateur et votre mot de passe, mais également accès à votre téléphone mobile.

Vendredi dernier, le Wall Street Journal a publié un article incitant ses lecteurs à adopter la validation en deux étapes offerte par de populaires services web : Google, Facebook (approbation de connexion), Twitter (vérification de connexion), Yahoo, Apple, Microsoft, LinkedIn et Paypal (clé de sécurité).

Soulignons que dans le contexte de Heartbleed, les internautes qui utilisaient déjà ce type de connexion ont pu bénéficier d’une protection efficace contre le risque de voir leur compte être détourné par autrui. Cependant, rappelons qu’aucun internaute n’a été à l’abri de la divulgation de renseignements personnels par le biais de la faille en question (à moins d’avoir été totalement hors ligne depuis des lunes).

Les dernières nouvelles

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Plus d'actualités

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Google développerait sa propre version de l’Apple AirTag

Google développerait sa propre version de l’Apple AirTag

Est-ce que ChatGPT pourrait mettre fin à la bureaucratie?

Est-ce que ChatGPT pourrait mettre fin à la bureaucratie?

Populaires

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .