Apple s’allie avec IBM pour conquérir le marché des affaires

Affaires

Liste de tags

Dès l’automne, le duo lancera une nouvelle classe d’applications iOS destinées à une clientèle d’entreprises.

C’est un secret de polichinelle : les produits Apple sont rarement associés au marché des affaires. Ce préjugé pourrait toutefois bientôt changer grâce à IBM, un nouvel allié qui jouit d’une excellente réputation à ce niveau.

Apple et IBM ciblent plus spécifiquement les secteurs de la vente au détail, la santé, les services financiers, le voyage, le transport, les télécommunications et l’assurance.

Concrètement, Apple et IBM vont créer plus de 100 applications spécialisées destinées aux entreprises et exclusives à l’iPhone et l’iPad. On cible plus spécifiquement les secteurs de la vente au détail, la santé, les services financiers, le voyage, le transport, les télécommunications et l’assurance.

À noter que les services cloud d’IBM seront optimisés pour iOS dans le cadre de cette initiative. Les administrateurs pourront gérer leur flotte d’appareils et bénéficier d’outils de sécurité et de statistiques. Les utilisateurs quant à eux auront accès à un catalogue privé d’applications.

IBM sera responsable de la vente et de l’activation des appareils, de l’approvisionnement et du soutien technique. Le programme AppleCare sera également adapté à ce nouveau marché.

Wall Street plus ou moins enthousiasme

Alors que les actions des deux entreprises ont légèrement grimpé depuis l’annonce, certains analystes n’ont pas tardé à manifester leur peu d’enthousiasme à l’égard de ce nouveau partenariat.

Aux yeux de Gene Munster de la firme Piper Jaffray, Apple aurait avantage à concentrer ses efforts sur ses produits grand public. «Nous croyons qu’au final, IBM viendra ajouter des fonctionnalités supplémentaires intéressantes pour les clients d’entreprises, mais il est peu probable que ceux-ci aient un impact significatif sur l’utilisation d’iOS par les grandes entreprises», déclare Munster.

«Nous estimons que si la moitié des entreprises du Fortune 500 achètent chacun 2 000 iPhone et 1 000 iPad, en plus de ce qu’ils avaient l’intention d’acheter en lien avec le partenariat d’IBM, cela représente environ la moitié de 1% en terme de revenus pour 2015», conclut-il.

Cependant, Frank Gillet de la firme Forrester voit les choses d’un autre œil. «Le partenariat entre IBM et Apple est un accord historique1», affirme Gillet. «Compte tenu de la force et de la couverture de marché d’IBM, ce partenariat donne à Apple des capacités et une crédibilité sur le marché des entreprises d’un seul coup.»

«Nous croyons que l’ampleur du potentiel de hausse [de l'action d'Apple] sera alimentée par la capacité d’IBM à pénétrer le marché, ce qui restera un facteur inconnu jusqu’à ce que les solutions arrivent sur le marché», souligne Maynard Um, analyste chez Wells Fargo. «Il n’est pas clair également si Apple va bénéficier de certains revenus résiduels d’IBM en dehors de la vente de matériel.»

  1. Les nostalgiques se souviendront d’une première alliance entre Apple et IBM lors du développement de la plateforme PowerPC en 1991 (avec un troisième partenaire, Motorola). Si cette première collaboration s’est terminée plutôt en queue de poisson lorsque Apple fit la transition vers l’architecture x86, la nature totalement différente de celle-ci semaine laisse présager un avenir plus prometteur.
  • r2d3

    Intéressant et très calculé comme coup. Serait-ce une décision de Watson?

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Cue moi, qui tente de faire un lien avec Sherlock, l’ancien moteur de recherche d’Apple, et qui se trouve très drôle.

      • r2d3

        :) je n’ai pas connu sherlock… mais c’est clair que Siri et Watson vont avoir des relations!

  • Serge

    Il est interessant de voir ces 2 là. Au début des années 80, l’ennemi numéro 1 d’Apple était IBM…. Ils disaient d’IBM que c’était une grosse machine, lente et qui ne tourne pas vite.

    Au début des années 2000, Apple s’allie à IBM pour la fabrication des nouveaux processeurs Power PC.

    Ensuite, ils s’allient à Intel car la grosse machine IBM est trop lente à bouger et sortir de nouvelles versions de processeurs… (pas beaucoup de changement en 25 ans)

    2014, Apple s’essaie encore avec IBM…. Et quelque chose me dit que ca va encore se finir de la même facon dans quelques années, lorsqu’encore une fois, Apple se rendra compte de l’immense bureaucratie derrière IBM et de la lenteur de développement. Ils finiront pas créer eux-même leurs applications lorsqu’ils auront pénétré quelques gros client clé.

    • Steve Rodrigue

      Ça n’est pas une association matérielle, mais logicielle. Bref, IBM devient tout simplement un partenaire privilégié de Apple pour le développements d’applications et services destinés aux entreprises.

      Dans le pire des cas ça ne marchera pas… au moins ça pourrait faire basculer certaines entreprises de considérer les plate-formes de Apple dans des appels d’offres.

      Ici, Apple ne risque pas grand chose, ils vont continuer de vendre des tonnes de produits aux particuliers, peu importe l’issue de cette association.

  • felixo

    *ste