Samsung pourrait faire l’acquisition de SmartThings

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Le fabricant sud-coréen serait en pourparlers avec SmartThings, une entreprise spécialisée en domotique.

Devant l’intérêt que portent notamment Google et Apple face aux accessoires domestiques intelligents, Samsung semble vouloir également intégrer ce marché. Pour ce faire, le fabricant serait sur le point de faire l’acquisition d’une petite entreprise spécialisée dans le domaine, question de rattraper le retard qu’elle accuse à ce niveau.

Samsung souhaite miser sur l’Internet des objets, ce concept de plus en plus tendance qui laisse croire que – dans un avenir rapproché – la majorité des appareils de notre maison sera connectée au Web.

C’est du moins ce que rapporte TechCrunch ce matin. Selon les rumeurs, son regard serait fixé sur la startup SmartThings. Les détails de la transaction ne sont toujours pas finalisés, mais celle-ci pourrait s’élever à 200 millions de dollars US.

Fondée en 2012, SmartThings propose des périphériques permettant de gérer différents appareils domestiques (ampoules, serrures, prises électriques) à partir d’un téléphone intelligent. La jeune entreprise a recueilli plus de 15 millions de dollars US depuis sa fondation auprès d’une panoplie d’investisseurs dont Greylock, Highland Capital, First Round Capital, SV Angel, Lerer Ventures, Yuri Milner’s Start Fund, David Tisch, A-Grade Investments, CrunchFund et Box Group.

Cette rumeur laisse donc croire que Samsung souhaite miser sur l’Internet des objets, ce concept de plus en plus tendance qui laisse croire que – dans un avenir rapproché – la majorité des appareils de notre maison sera connectée au Web.

Certains des appareils fabriqués par Samsung, particulièrement des électroménagers, offrent déjà des caractéristiques dites «intelligentes», qui leur permettent d’être gérés sur le Web à partir d’un appareil mobile. Par conséquent, l’acquisition de SmartThings permettrait à Samsung d’intégrer le savoir-faire de l’entreprise américaine à son offre actuelle, tandis que SmartThings pourrait bénéficier de la confortable position de son nouveau propriétaire dans le secteur des produits domestiques.

Bien que les nouveautés proposées par la domotique peuvent avoir certains aspects pratiques, il ne faut pas perdre de vue les motifs de certains gros joueurs de l’industrie technologique à cet égard. Google (par le biais de Nest) cherche à connaître vos habitudes afin de vous offrir de la publicité mieux ciblée, tandis qu’Apple risque de miser sur un écosystème fermé afin de vous inciter à continuer d’acheter uniquement ses produits.

Les dernières nouvelles

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Plus d'actualités

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Google développerait sa propre version de l’Apple AirTag

Google développerait sa propre version de l’Apple AirTag

Populaires

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .