OnePlus souhaite vendre un million de téléphones avant la fin de 2014

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Alors que le très convoité OnePlus One est toujours aussi difficile à se procurer, son fabricant demeure optimiste quant à ses futures ventes.

Dans le cadre d’une entrevue avec le magazine Forbes, Carl Pei a parlé des objectifs pour l’entreprise dont il est le cofondateur, alors qu’elle tente de survivre dans un marché de plus en plus concurrentiel.

Le pouvoir du bouche-à-oreille ne se dément pas. «Nous avons constaté que nous avons maintenant atteint une masse critique d’utilisateurs, et ces derniers nous aident à passer le message de façon organique.»

Parmi ses déclarations, il a affirmé que OnePlus souhaite vendre un total d’un million de OnePlue One avant la fin de l’année. Évidemment, Pei est conscient que de doubler le nombre de ventes en moins de 2 mois est une tâche très difficile. Toutefois, le fait que l’entreprise soit parvenue à vendre autant d’appareils avec un budget de 300$ la publicité est en soi un exploit.

Manifestement, le pouvoir du bouche-à-oreille ne se dément pas. «Tout [notre budget marketing] a été dépensé en expérimentant avec différents types de publicité Facebook», a-t-il confié. «Nous avons constaté que nous avons maintenant atteint une masse critique d’utilisateurs, et ces derniers nous aident à passer le message de façon organique.»

«Normalement, lorsque vous lancez un [téléphone intelligent], le produit est rapidement en vogue lors de son premier mois, et dans le deuxième ou troisième mois, les ventes commencent à diminuer drastiquement. Dans le cas de OnePlus, lorsque l’on observe les statistiques à l’interne, les ventes ne cessent de croître.»

Il est vrai que cette stratégie peut garantir un certain succès à long terme lorsque le produit en question se retrouve sans réelle concurrence. Néanmoins, lorsqu’il s’agit d’un produit techno, inutile de mentionner que le matériel évolue si rapidement que l’appareil peut vite devenir désuet.

Une entreprise rentable

En ce qui concerne la rentabilité de OnePlus, Pei demeure optimiste, même si le profit que l’entreprise réalise par appareil est en deçà de 10$. «Ce n’est pas de cette façon que nous allons générer des revenus à long terme, mais c’est suffisant pour maintenir nos opérations.»

OnePlus compte ainsi sur la vente d’accessoires pour augmenter ses revenus. Pei croit que les utilisateurs voudront rester dans l’écosystème de leur appareil afin de se procurer des étuis et des périphériques (comme des écouteurs plus haut de gamme par exemple).

Espérons que la prochaine journée de précommande du OnePlus One se déroulera mieux que la semaine dernière. En effet, des problèmes de serveurs ont suscité la frustration d’un bon nombre d’internautes qui souhaitaient se procurer le convoité téléphone.

Les dernières nouvelles

Pourquoi le numérique a-t-il été complètement absent de la campagne électorale?

Pourquoi le numérique a-t-il été complètement absent de la campagne électorale?

On en sait déjà beaucoup sur les nouveaux Pixel 7 de Google

On en sait déjà beaucoup sur les nouveaux Pixel 7 de Google

Les batteries gonflables reviennent hanter les appareils Samsung

Les batteries gonflables reviennent hanter les appareils Samsung

Plus d'actualités

Windows 11 n’est pas le système le moins énergivore…

Windows 11 n’est pas le système le moins énergivore…

Des experts s’inquiètent des «effets pervers» du SOS par satellite de l’iPhone 14

Des experts s’inquiètent des «effets pervers» du SOS par satellite de l’iPhone 14

Gagnez un iPhone 14 grâce à PlanHub

Gagnez un iPhone 14 grâce à PlanHub

Populaires

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .