Télé-Québec a failli devenir une chaîne exclusivement offerte sur le Web

Télévision

Québec

Le gouvernement provincial a sérieusement envisagé de faire migrer la société d’État sur le Web. Un grand bouleversement qui n’aura finalement pas lieu.

Si l’idée de voir Télé-Québec aux prises avec les conséquences de l’importante révision des programmes gouvernementaux est loin d’être bien surprenante en cette ère d’austérité, difficile d’imaginer voir disparaître la chaîne des ondes. Un risque qui était pourtant bel et bien présent.

Aux yeux de Michèle Fortin, la migration totale vers le Web «équivaut à fermer Télé-Québec».

En effet, selon le quotidien La Presse, le projet de faire migrer rapidement Télé-Québec sur le Web, abandonnant du même souffle sa télédiffusion traditionnelle, a obtenu l’appui d’importants partisans au sein du gouvernement Couillard. Si bien que la PDG de la société d’État, Michèle Fortin, a produit un document destiné à la Commission de révision permanente des programmes afin de dissuader le gouvernement d’aller de l’avant avec l’initiative.

De son côté, la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, a d’abord confirmé que le virage web était effectivement à l’étude. Elle a toutefois tenu a préciser ses propos quelques heures plus tard. «La télé est là pour rester», a-t-elle affirmé. «Le Web, on va le développer. Mais ça ne sera pas seulement le Web.»

Devant la déclaration de la ministre, Michèle Fortin s’est montrée satisfaite. «Je pense que c’est une bonne décision», a-t-elle déclaré. L’idée de faire migrer complètement Télé-Québec sur le Web «aurait été une décision grandement prématurée, et ça n’aurait pas été une décision économique. Ça aurait été coûteux.»

Télé-Québec risque néanmoins de devoir composer avec d’importants changements prochainement. La ministre souhaite s’assurer que les fonds qui y sont octroyés sont bien investis et que la société d’État remplit bien son mandat. À noter que le budget de Télé-Québec est passé de 59,7 à 63 millions de dollars cette année.

La défense de Télé-Québec

Le document produit par Télé-Québec destiné à la commission Robillard fait valoir que sa fermeture est «une tentation périodique et récurrente des gens à la recherche d’argent» qui «témoigne d’une méconnaissance de l’étendue des activités de Télé-Québec sur le terrain» et «des obligations contractuelles de Télé-Québec avec ses employés, ses producteurs et ses fournisseurs de services».

Aux yeux de sa PDG, la migration totale vers le Web «équivaut à fermer Télé-Québec». Elle souligne qu’une telle opération aurait pour conséquences de rendre la chaîne inaccessible à une partie de la population, notamment aux gens à faible revenu.

Rappelons que Télé-Québec a lancé en mars dernier La Fabrique Culturelle, un portail web qui se décrit comme «le nouvel outil de rayonnement de la culture québécoise».

  • Félix Lapointe

    <3 Télé-Québec.

  • Steve C

    Il faut comprendre aussi …
    Qu’une très grande partie des auditeurs de Télé-Québec s’ajuste sur ce poste via les ondes ( oreilles de lapin numérique et le syntonisateur intégré au TV ) Et que pour ce faire une licence comme diffuseur officiel est nécessaire ..

    Secondo
    Que la TV sur le WEB c’est bien beau mais seulement une très petite partie des régions du QUébec est couvert par l’internet haute vitesse …

    Tertio …
    ET même à cela , en région ou l’internet haute vitesse est disponible , le coût de la bande passante lui n’est pas sans frais et l’offre illimité est plutôt rare .

  • sylvain tremblay

    je regarde plus Télé-Québec que TVA

  • Pier-Luc Brault

    Bien d’accord que le diffuseur ne doit pas devenir seulement une plateforme web, puisque cela priverait une partie de la population de son contenu. Cela dit, de plus en plus de personnes sont dans la situation inverse, c’est-à-dire qu’elles ont internet, mais pas la télévision, et il est donc désormais essentiel que les stations publiques offrent aussi leur contenu sur le web, ce que Télé-Québec fait fort heureusement. Cette clientèle est cependant encore négligée par plusieurs autres médias.

  • stepson

    Le gouvernemaman aurait du simplement fermé cette station. Enlevez les subventions et aucune émission ne ferait de profit car c’est de la mauvaise télé.

  • Alain B Fortier

    Après Radio-Québec et Télé-Québec voici Web-Québec!!!