Facebook offre ses excuses au sujet de sa rétrospective annuelle

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Encore une fois, le populaire réseau a appris à ses dépens à quel point les algorithmes ne sont pas la solution à tout.

À moins d’avoir été complètement déconnecté d’Internet ces derniers temps, vous avez certainement croisé récemment les rétrospectives de certains de vos amis sur Facebook. Les membres du réseau social ont ainsi été invités à consulter (et au besoin modifier) une galerie de photos générée de façon automatisée ayant pour objectif de résumer l’année qui s’achève.

«Pour ceux d’entre nous qui ont vécu le décès d’un être cher, ou ont passé beaucoup de temps à l’hôpital, ou ont connu un divorce ou une perte d’emploi ou une quelconque crise, nous ne voulons pas forcément jeter un nouveau coup d’œil à l’année qui vient de s’écouler.»

Pour certains toutefois, le résultat a été plutôt désastreux.

Ce fut le cas d’Eric Meyer, un blogueur et consultant en web design, dont la fille est morte cette année le jour de 6e anniversaire des suites d’un cancer au cerveau. L’algorithme a donc logiquement choisi de mettre l’accent sur l’image tirée d’un billet qu’il avait écrit sur le sujet, et dont le partage sur Facebook avait sans surprise suscité beaucoup de réactions.

Voyant les répercussions de ce qu’il décrit comme de la «cruauté algorithmique», Meyer a refusé de visualiser la rétrospective suggérée par Facebook. Malheureusement pour lui, la fonction est conçue pour inciter les utilisateurs à la consulter. Par conséquent, l’invitation est réapparue au haut de son fil d’actualité, et ce à plusieurs reprises.

«Je sais, bien entendu, que ce n’est pas une agression délibérée», explique-t-il sur son blogue. «Cette cruauté algorithmique malencontreuse est le fruit d’un code informatique qui fonctionne dans la grande majorité des cas, rappelant aux gens à quel point leur année a été géniale, en leur montrant des selfies pris lors d’une fête, des photos du jet d’une baleine prises lors d’une croisière ou la vue de leur maison de vacances.»

«Mais pour ceux d’entre nous qui ont vécu le décès d’un être cher, ou ont passé beaucoup de temps à l’hôpital, ou ont connu un divorce ou une perte d’emploi ou une quelconque crise, nous ne voulons pas forcément jeter un nouveau coup d’œil à l’année qui vient de s’écouler.»

La réaction de Facebook

Suite à un article paru dans le Washington Post à ce sujet, le responsable de la rétrospective annuelle de Facebook, Jonathan Gheller, a communiqué personnellement avec Meyer afin de lui présenter ses excuses.

«[L’application] a été géniale pour un grand nombre de personnes, mais il est évident que dans ce cas précis, elle a apporté plus de peine que de joie», a-t-il déclaré.

Du même souffle, Gheller a déclaré que son équipe se pencherait sur la problématique afin d’éviter que la situation se répète l’an prochain. «C’est une rétroaction précieuse. Nous pouvons faire mieux – je suis très reconnaissant qu’il ait pris du temps dans son deuil pour écrire sur le sujet.»

Les dernières nouvelles

Voici comment on va recycler la batterie des autos électriques au Québec

Voici comment on va recycler la batterie des autos électriques au Québec

L’Apple Watch Ultra au Canada vendredi pour 1099$

L’Apple Watch Ultra au Canada vendredi pour 1099$

Amazon lance des nouvelles tablettes destinées aux enfants

Amazon lance des nouvelles tablettes destinées aux enfants

Plus d'actualités

Windows 11: il va y avoir pas mal plus d’applications Android sur votre PC cet automne

Windows 11: il va y avoir pas mal plus d’applications Android sur votre PC cet automne

Apple AirPods Pro: même format, plus de muscle

Apple AirPods Pro: même format, plus de muscle

Après deux ans de pandémie, le MEGAMIGS de Montréal revient dans une édition plus rassembleuse

Après deux ans de pandémie, le MEGAMIGS de Montréal revient dans une édition plus rassembleuse

Populaires

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

Facebook et son nouveau logo

Facebook et son nouveau logo

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .