Mode et technologie, où en sommes-nous?

Les designers s'amusent

Exclusif
Liste de tags

Dès les toutes premières prémices de miniaturisation de la technologie, les idées les plus folles se sont emparées des concepteurs de gadgets électroniques, mais aussi des créateurs de mode. Tout compte fait, Apple n’a rien inventé avec sa Watch…

Tout a commencé avec la montre à gousset et on voit désormais où tout cela nous a menés. Voici une liste de quelques produits, dont certains vous sembleront peut-être loufoques, qui devraient voir le jour dans les mois et années à venir.

L’impression 3D pour remplacer «les petites mains»

Certaines créations d’Anouk Wipprecht sont même open source, phénomène rare dans l’industrie de la mode.

Avec l’avènement des imprimantes 3D bon marché, les concepts les plus fous ont vu le jour, qu’ils soient ou non portables, comme quelques robes de grands couturiers d’ailleurs.

Les designs de certains vêtements pourraient véritablement transformer très rapidement l’industrie de la confection, en remplaçant le facteur humain de certaines étapes de l’assemblage.

Cette robe araignée (illustrée en tête de l’article), imprimée en 3D et animée, a fait grand bruit au début de l’année dans le cadre du CES. Sa créatrice, la néerlandaise Anouk Wipprecht, a d’ailleurs inscrit sur la page d’accueil de son site : «Que manque-t-il à la mode? Des microcontrôleurs». Et elle ne s’arrête pas là. Ses créations, en plus d’être tout ce qu’il y a de plus originales, offrent aussi des fonctions de biométriques et même de la lumière. Certaines sont même open source, phénomène plutôt rare dans l’industrie de la mode. Je vous mets au défi de trouver sur le Web le patron de la dernière création de Chanel…

Plus techno = plus sécuritaire?

Évidemment, grâce à la technologie, en plus d’ajouter de belles petites lumières et des épaulettes qui bougent, on peut aussi rendre nos vêtements encore plus utiles. Après nos téléphones et nos montres, c’est au tour d’autres accessoires d’être intelligents à notre place.

Volvo travaille actuellement à la mise au point d’un casque de vélo connecté à un téléphone qui transmettra la position géographique des véhicules circulant à proximité du cycliste pour ainsi éviter une collision. La technologie sera intégrée par défaut à tous les véhicules de la marque dans un futur proche. Avis aux septiques : c’est à Volvo que l’on doit la ceinture de sécurité en 3 points que l’on retrouve dans toutes nos voitures aujourd’hui.

Il en va de même pour les tissus qui sont désormais capables d’offrir d’autres fonctions que de simplement nous tenir au chaud ou de nous protéger des intempéries. L’entreprise Bebop, spécialisée dans les capteurs, vient de lancer une gamme de produits sensibles à la pression pouvant servir de manettes pour contrôler ses appareils mobiles ou de moniteurs afin de vérifier la santé du porteur. La miniaturisation et les matières à mémoire de forme ou modifiables par le passage du courant n’ont pas fini d’offrir de nouvelles options.

Un avant goût de nos petits enfants les « cyborgs »?

Mais la techno est à la mode depuis un bon moment maintenant et il n’est plus considéré comme geek de porter une montre intelligente. Pour preuve, le Kickstarter de la Pebble Time a atteint 3 millions de dollars d’appuis en moins de deux heures, alors que son objectif était de 500 000$ US! Rappelez-vous ce que devaient subir ceux qui osaient avoir une montre calculatrice au poignet il y a une vingtaine d’années. Ah, ces geeks, toujours en avance sur leur temps! Et bien, il en va toujours de même aujourd’hui.

tommy

Alors que l’on se moque de ces éberlués qui se font injecter des puces sous la peau, la prochaine génération risque de trimballer leur attirail techno bien plus rapidement qu’on le pense. Avec l’arrivée des smartwatches, il ne restera bientôt plus une seule source d’information qui ne sera pas un écran. Tommy Hilfiger> offre même depuis décembre dernier des vestes munies de panneaux solaires afin de recharger tout votre attirail.

Bien entendu, qui dit électronique, dit électricité, et par conséquent problème de compatibilité flagrant avec l’eau, et donc la lessive. Mais considérant que les machines à laver risquent de ne plus consommer d’eau dans les années à venir et que la technologie offrira des matières hydrophobes, le problème ne se posera même plus.

La seule chose qui risque de continuer à faire défaut est le bon goût, qui, même si la technologie progresse, peut malheureusement rester encore à l’âge de pierre. Mais disons qu’avec un peu d’humour, on peut faire réussir à faire passer n’importe quoi, comme ce clin d’oeil à Star Wars par l’équipage de la Station spatiale internationale.

Ah, les geeks et la mode…