Lily, le drone caméraman qui vous suit dans le ciel

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Les cinéastes amateurs peuvent compter sur ce nouveau gadget pour obtenir des séquences aériennes sans avoir à louer d'hélicoptère ou à demander à opérer un drone manuellement.

Vous pouvez précommander Lily au coût de 499$ US d’ici le 15 juin. Sa livraison est prévue en février 2016.

Lily se présente à la fois comme un gadget simple à utiliser et dont le résultat semble excessivement efficace. Vous n’avez qu’à lancer le drone quadrirotor dans les airs, et ce dernier se stabilise avant de vous suivre dans vos déplacements, prenant soin de filmer vos moindres faits et gestes en 1080p à 60 i/s. En fait, il se tiendra dans une zone de 1,75 à 15 mètres en altitude et à une distance de 1,75 à 30 mètres de peu importe qui portera le bracelet avec lequel il a été préalablement jumelé, grâce à la magie du GPS.

Chaque séance peut durer jusqu’à 20 minutes, ce qui est suffisant pour qu’un planchiste dévale une pente en effectuant plusieurs pirouettes. Bien entendu, le système n’est pas flexible au point de pouvoir faire des plans rapprochés du sujet, mais la capture peut être configurée en 720p à 120 i/s pour produire des ralentis en postproduction.

Lily a une autonomie de 2 heures, et respecte la norme IP67 (étanche dans 1 m de profondeur pendant 30 minutes). Son capteur de 12 mégapixels est équipé d’une focale d’un angle de 94° et d’un stabilisateur d’image automatique. Enfin, le drone vient avec une carte Micro SD de 4 Go, mais son lecteur de carte permet d’augmenter sa capacité de stockage au besoin.

Sans surprise, Lily est compatible avec les appareils Android et iOS.

Maintenant, pour ce qui est du prix. Jusqu’au 15 juin prochain, le drone et son bracelet sont offerts à 499$ US (comprenant une réduction de 50%). Après cette date, les internautes pourront se procurer l’ensemble pour 999$ US. La livraison du produit est prévue en février 2016.

Parfait pour Osheaga? Oubliez ça…

lakitu

Tel que le souligne la CBC, la loi encadrant «les aéronefs sans pilote» au Canada interdit officiellement leur utilisation à proximité de grandes foules, comme sur la plage, dans les rues de grandes villes ou dans un festival de musique.

L’idéal est donc d’utiliser Lily dans un endroit éloigné de toute civilisation. Si vous décidez de courir le risque, et que pour une raison ou pour une autre votre drone blesse quelqu’un, vous vous exposez à une amende pouvant aller jusqu’à 3 000$ (sans compter les frais d’une potentielle poursuite au civil de la part de la victime).

À la vitesse avec laquelle évolue le marché des drones, espérons que la législation canadienne s’adaptera au fur et à mesure que ces gadgets seront introduits au pays.

Les dernières nouvelles

Huawei sur le point d’être banni aux États-Unis

Huawei sur le point d’être banni aux États-Unis

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

OnePlus 11 et Buds Pro 2: au tour d’Android adopter l’audio spatial

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Un «dictionnaire de l’IA» en français voit le jour

Plus d'actualités

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Retour de Serguei Brin et Larry Page, pourquoi Google est terrifié par ChatGPT 3 ?

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Prise en mains : le M2 Max remet le «Pro» dans le MacBook Pro

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Windows 10 passe en mode maintenance uniquement, un pas de plus vers la fin de son support

Populaires

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

Yarbo : cette souffleuse autonome se transforme en tondeuse l’été

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .