All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

WristBoom : Après la montre connectée, voici le haut-parleur au poignet

Par Tristan Geoffroy – le dans Actualités
Le financement participatif est vraiment capable du meilleur comme du pire. Je vous présente ici l'exemple d'un cas qui tombe plutôt dans la seconde catégorie.

Alors qu’il y a quelques jours, je vous présentais des écouteurs capables de moduler les sons autour de vous, voici que cette semaine je vous offre l’invention la plus douteuse à porter à son poignet après les fameuses montres connectées. Voici le WristBoom, le haut-parleur qui ressemble à une montre, mais qui en réalité sert à diffuser votre musique, et par extension, à déranger tout le monde.

J’écoute, donc tu endures

De nos jours, chacun aime être dans sa bulle alors que les populations des villes augmentent et se densifient parfois à outrance. Malheureusement, la tendance est loin de s’inverser, et d’ici 2050, 65% de la population terrestre résidera aux cœurs de nos cités.

Les casques audio se font de plus en plus silencieux (pour les autres) et isolent de plus en plus du monde qui nous entoure ceux qui les portent. Enfin, la plupart. Une jeune compagnie en a décidé autrement et a jugé que tout le monde qui vous croise devrait être capable d’apprécier vos choix de mélomane. Le WristBoom est un haut-parleur assez gros et laid connecté via Bluetooth (3.0 certes) à votre baladeur numérique favori ou votre téléphone, et permet donc d’écouter ce que vous voulez, mais aussi prendre vos appels au besoin.

Intimité, quand tu nous tiens

En effet, non content d’offrir l’écoute de vos pistes musicales préférées, le WristBoom est aussi équipé d’un micro qui vous permettra de répondre au téléphone en tout temps. Que vous soyez en train de faire les courses, de faire de la course à pied, ou de la course automobile, une simple pression vous permettra de prendre l’appel que tout le monde pourra bien évidemment entendre.

Une hispter qui tente de flasher avec son WristBoom (Image : BiGR Audio).
Une hispter qui tente de flasher avec son WristBoom (Image : BiGR Audio).

Alors que les gens parlent déjà naturellement plus fort lorsqu’ils parlent au téléphone en public, je n’imagine même pas la cacophonie si plusieurs personnes sont équipées de cette merveilleuse invention dans un endroit plus restreint. De plus, si par hasard, vous ne voulez pas que les autres entendent votre conversation, c’est raté. Bref, j’ai encore un peu de mal à visualiser les avantages de la chose.

Cinq couleurs seront offertes avec des noms toujours aussi créatifs et sans aucun sens : Natural Green, Rockin’ Red, Electro Black, Bass Blue et Classic Grey.

Un haut-parleur très puissant

Le haut-parleur offre une impédance de sortie de 4 ohms pour 2 watts permettant de pousser des sons entre des fréquences de 20 Hz à 20 kHz, ce qui est plutôt surprenant considérant la taille de la bête. Évidemment, on pourra recharger le WristBoom par le biais d’un câble USB et obtenir ainsi 6 heures d’autonomie pour 2 heures de charge, ce qui, entre nous, n’est pas loin d’être fameux de nos jours.

Là où le bât blesse, c’est lorsqu’on apprend que le prix d’expédition internationale est de 35$ US, soit quasiment deux fois le prix du produit. Une vraie blague…

Il faut ajouter qu’une splendide DEL cercle l’appareil pour lui ajouter le petit côté électro kitch qui lui manquait lorsqu’il est en charge ou qu’il joue de la musique. Heureusement, ce haut-parleur ne sera pas très cher, si on le compare aux super montres connectées que tous les manufacturiers essaient de nous faire adopter. La page Indiegogo offre une première option à 20$ US, puis une seconde à 40$ US pour deux accessoires. Jusque-là, pas de problème.

Là où le bât blesse, c’est lorsqu’on apprend que le prix d’expédition internationale est de 35$ US, soit quasiment deux fois le prix du produit. Une vraie blague…

Si ce produit voit le jour, cela en dit long

Pour l’instant, à seulement un peu plus de 6% de l’objectif «flexible» fixé à 35 000$ US, je doute fort que l’appareil trouve beaucoup de preneurs. Si en revanche, c’est le cas, attendez-vous à voir d’autres inepties technologiques du genre germer ici et là. Rien de tel que de surfer sur une vague. En ce moment, tout ce qui se porte au poignet, qui est techno et m’as-tu-vu a la côte.

Le seul usage que je vois pour cet appareil est d’aider les personnes qui ont du mal à se déplacer à décrocher le téléphone qu’ils ont oublié dans l’autre pièce. Bref, c’est assez restreint. Et vous, vous en voulez un?

Les dernières nouvelles

Macbook Pro 13″ 2019 : l’un des pires scores de réparabilité octroyés par iFixit 

Macbook Pro 13″ 2019 : l’un des pires scores de réparabilité octroyés par iFixit 

Branchez-vous -
FaceApp possède désormais plus de 150 millions de noms et visages

FaceApp possède désormais plus de 150 millions de noms et visages

Matthieu Carlier -
SpaceX : nouvel échec, la fusée StarHopper part en fumée

SpaceX : nouvel échec, la fusée StarHopper part en fumée

Branchez-vous -

Plus d'actualités

Avec son hologramme traducteur, Microsoft entre de plain-pied dans le futur

Avec son hologramme traducteur, Microsoft entre de plain-pied dans le futur

Branchez-vous -
HongMeng OS : en fait, l’OS de Huawei ne serait pas destiné aux smartphones

HongMeng OS : en fait, l’OS de Huawei ne serait pas destiné aux smartphones

Matthieu Carlier -
Bug lors de Prime Day d’Amazon : du matériel photo coûtant 13 000$ vendu 94$

Bug lors de Prime Day d’Amazon : du matériel photo coûtant 13 000$ vendu 94$

Matthieu Carlier -

Populaires

Instagram inondé de photos d’une ado égorgée, la communauté se mobilise

Instagram inondé de photos d’une ado égorgée, la communauté se mobilise

Branchez-vous -
« Agent Smith », ce malware qui a contaminé 25 millions de smartphones Android

« Agent Smith », ce malware qui a contaminé 25 millions de smartphones Android

Branchez-vous -
Le télescope Hubble détecte un trou noir qui n’est pas censé exister

Le télescope Hubble détecte un trou noir qui n’est pas censé exister

Matthieu Carlier -

Tristan Geoffroy

Né à Marseille dans le sud de la France, Tristan est venu s'installer à Montréal en 1992 afin d'y continuer ses études en Tourisme, avant de se consacrer à sa plus vieille passion : les ordinateurs et les jeux vidéo. Il est notamment connu au Québec pour avoir été coanimateur, chroniqueur et recherchiste à l’émission M. Net.