Quand le pilote automatique de la Tesla fait défaut

En direct de YouTube

Chaque fois que la technologie fait un bond en avant, de potentiels dérapages sont inévitables. Mais lorsqu’il est question d’automobile, ces dérapages passent du sens figuré au sens propre.

La semaine dernière, Tesla a ajouté la fonction de pilotage automatique à ses berlines Model S par le biais d’une mise à jour. Et ce qui devait arriver arriva : certains propriétaires ont voulu filmer le pilote automatique en fonction, et des problèmes sont survenus.

Il est important de souligner que cette fonction ne transforme pas la voiture en une voiture autonome. Il s’agit d’une fonction d’assistance routière, à l’instar du régulateur de vitesse, qui nécessite tout de même à ce que le conducteur soit alerte.

Le premier fail nous vient de RockTreeStar, qui admet (dans la description de la vidéo) avoir ignoré l’avertisseur sonore qui lui demandait de garder ses mains sur le volant. Résultat : il est passé près de percuter une voiture venant en sens inverse, alors qu’il roulait à 38 mph (60 km/h).

La deuxième vidéo met en vedette un conducteur beaucoup plus responsable. Non seulement ce n’est pas lui qui filme l’expérience, mais son attention demeure sur la route et ses mains à proximité du volant. L’incident se produit à 2:54.

Voici une autre vidéo tournée par un conducteur imprudent, qui semble beaucoup plus intéressé à filmer le tableau de bord qu’à regarder la route. La voiture semble dévier de sa trajectoire à 2:44, mais puisque la caméra n’était pas pointée en direction de la route, il est difficile de juger à quel point la manœuvre du pilote automatique était dangereuse.

Enfin, la dernière vidéo ne présente aucun risque d’accident, mais plutôt une vitesse excessive causée par le pilote automatique, au point où le conducteur se serait fait arrêter par un policier pour avoir roulé à 75 mph (120 km/h) dans une zone de 60 mph (100 km/h). Nous employons le conditionnel ici, car l’incident comme tel n’a pas été filmé.

L’image employée en tête de l’article n’est utilisée que pour des fins d’illustration.

  • https://twitter.com/ulysse_martin Ulysse C.

    Le prix de ces voitures ne veut pas dire que les conducteurs sont plus brillants que les autres…

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Tout à fait.

  • Guillaume Gadbois Gervais

    C’est supposé être utilisé seulement sur l’autoroute. Ce qu’il ne font pas…

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Tut, tut, tut. Le quatrième conducteur était bel et bien sur l’autoroute lorsqu’il a reçu sa contravention. Il serait intéressant de savoir comment la voiture a déterminé sa vitesse cela dit. À ma connaissance (du moins au Québec), il n’y a pas de routes où il est permis de circuler à plus de 60 mph (ou 100 km/h). Il faut dire aussi que la tolérance des policiers est variable selon les endroits : ce n’est pas parce qu’on tolère 110-120 km/h ici que c’est le cas au sud de la frontière.

      • Guillaume Gadbois Gervais

        après avoir traversé les états jusqu’au sud complètement cet été la limite de vitesse change sans cesse… mais elle aurait du la détecté c’est sur ce n’est pas une raison. Je parlais plutôt du coté sécurité, le véhicule qui ne suis pas ça trajectoire. Ça doit être difficile de donné ces options à un véhicule qui n’a pas la même quantitées de capteurs que le google car.

      • Guy Bournival

        C’est le conducteur qui détermine la vitesse du véhicule, le pilote automatique maintien le véhicule dans sa voie et garde une distance prédéterminé avec le véhicule de devant. La caméra du véhicule reconnaît les panneaux de limite de vitesse et l’affiche au tableau de bord à titre indicatif. Blâmer le véhicule pour des billets d’infractions……pas fort.