Telegram Messenger ferme 78 chaînes liées à l’État islamique

Attentats de Paris

Plusieurs chaînes publiques étaient employées pour diffuser la propagande de la campagne de recrutement du groupe armé État islamique.

Le service de messagerie chiffrée Telegram Messenger a annoncé aujourd’hui avoir fermé sur son réseau 78 chaînes publiques utilisées pour faire la promotion du groupe armé État islamique. L’organisation terroriste a notamment revendiqué via Telegram Messenger les attentats perpétrés à Paris la semaine dernière, ainsi que l’explosion d’un avion de ligne russe en Égypte le mois dernier.

Malgré la fermeture de ces chaînes publiques, des membres de l’État islamique peuvent continuer d’employer le service étant donné ses fonctions de chiffrements intégrés.

Telegram dit avoir réagi grâce aux utilisateurs qui ont signalé en grand nombre les canaux de communications employés par l’organisation terroriste.

«Nous avons été troublés d’apprendre que des chaînes publiques de Telegram étaient utilisées par l’État islamique pour diffuser leur propagande», a déclaré un porte-parole de l’entreprise.

«Nous examinons soigneusement tous les rapports qui nous sont envoyés à l’adresse abuse@telegram.org et nous prenons les mesures appropriées pour bloquer ces canaux. Ainsi, cette semaine seulement, nous avons bloqué 78 chaînes liées à l’État islamique à travers 12 langues.»

«Nous introduirons également un moyen plus facile pour nos utilisateurs de signaler tout contenu public répréhensible dans la prochaine mise à jour de Telegram prévue cette semaine», conclut-il.

Qu’est-ce que Telegram Messenger?

Telegram Messenger est une application de messagerie lancée il y a deux ans par Nikolai et Pavel Durov, ce dernier ayant également fondé le populaire réseau social russe VKontakte. Elle s’apparente à WhatsApp, mais prétend proposer de meilleures fonctions de sécurité, notamment des conversations de groupes privées chiffrées de bout à bout et des messages qui se supprimes automatiquement après une période prédéterminée.

Les «chaînes publiques» de Telegram sont en réalité des comptes auxquels tout utilisateur peut s’abonner afin de recevoir des messages diffusés publiquement.

En octobre dernier, l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient a publié une mise en garde alléguant que l’État islamique employait Telegram afin de partager en toute sécurité des tutoriels sur «la fabrication d’armes et le déploiement de cyberattaques» en utilisant notamment des bots pour faciliter leurs activités.

Si la fermeture des chaînes publiques est susceptible de ralentir le mouvement de l’organisation terroriste, des membres de l’État islamique peuvent continuer d’employer Telegram Messenger afin de communiquer entre eux en toute confidentialité, étant donné les fonctions de chiffrements intégrés au service.

Le gouvernement français blâmé par son fondateurs

Parallèlement à cette annonce, l’entrepreneur Pavel Durov n’a pas hésité à se prononcer sur la tragédie de la semaine dernière en jetant une partie du blâme sur l’État français.

durov

«Je crois que le gouvernement français est autant responsable que l’État islamique, puisque ce sont ses politiques et sa négligence qui a conduit à la tragédie», écrit-il sur la publication Facebook d’une photo de lui devant la tour Eiffel. «Il prend l’argent durement gagné des travailleurs français par le biais d’un système d’impôts outrageusement élevé afin de financer des guerres inutiles contre le Moyen-Orient et la création d’un paradis social parasite pour les immigrants d’Afrique du Nord.»

Bien entendu, le sentiment partagé par Durov est loin de faire l’unanimité.

«Vous ne comprenez rien à la France, vous n’aimez pas la France, et vos commentaires sont une insulte aux Français (sans compter qu’ils surviennent au pire moment), et ce peu importe leurs allégeances politiques», lit-on parmi les commentaires.

«Je suis Français et laissez-moi vous dire, vous êtes le meilleur, et votre message est le plus juste et véridique que j’ai pu lire d’une personnalité publique “mainstream” depuis les attentats», répond un autre utilisateur.

Soulignons que Durov n’en est pas à sa première controverse.