Québec en mode séduction avec la Semaine numérique

Événement

Québec

Plus de 1 000 personnes sont attendues de l’autre côté de l’autoroute 20, d’ici samedi, dans le cadre de la Semaine numérique de Québec. Fusion des forces vives du Web, du développement économique numérique, de la science et des jeux vidéo, l’événement vise à mettre en valeur les nombreuses opportunités qui s’offrent dans la Vieille Capitale.

Cette Semaine numérique, c’est d’abord Intelligences numériques, une conférence internationale réunissant 60 orateurs venus s’exprimer sur cinq grands sujets : les villes intelligentes et les systèmes connectés; les humanités, le patrimoine et les cultures numériques; les technologies de l’information et de la communication en éducation et en «jeux sérieux»; les tendances numériques et les interactions personne-machine; ainsi que le web social et le marché de l’emploi.

Lancée lundi, cette conférence se poursuit jusqu’à mercredi, et accueille des chercheurs d’ici – y compris des chercheurs de l’Université Laval, de la TELUQ et du CEFRIO –, mais aussi des invités provenant de France et de Belgique.

De son côté, Opportunités digitales se concentre sur les occasions d’affaires pour les petites et moyennes entreprises désireuses ou curieuses de brasser des affaires à Québec. Environ 200 entrepreneurs européens seront de passage dans le cadre de cet événement de réseautage.

waq2016

En parallèle, dès mercredi et pour trois jours, l’événement Web à Québec tiendra sa sixième édition au Terminal du Port de Québec. Entrepreneuriat, gouvernance, développement, design, communication… les thèmes se télescopent et s’entrecroisent sur fond d’ateliers et de keynotes. Des médias aux réseaux sociaux, en passant par la publicité et la préservation des informations, les mordus de numérique devraient y trouver leur compte.

Autre avantage, le WAQ s’organise cette année en collaboration avec Pixel Média, une journée de conférences elle aussi mercredi, et qui portera sur les médias et leur passage au numérique, avec les opportunités et les défis qui accompagnent la chose. La production audiovisuelle et médiatique sera analysée, décortiquée et disséquée par des petits et des grands joueurs du milieu, dont des gens de chez Bell Média. Le cinéma à l’heure de Netflix et consorts? La diffusion multiplateforme? L’intégration de la publicité dans les nouveaux contenus? Les conférenciers auront des conseils, mais aussi des histoires d’horreur à partager à ces sujets.

Faire foisonner la scène locale

Cette multiplication des événements portant sur l’univers numérique vient cimenter la place de Québec parmi les grands centres de création et d’innovation de la planète.

En plus de ces conférences plus business, le volet Pixel Challenge est une compétition de création de jeux vidéo lors de laquelle les participants ont 48 heures pour épater les juges. Pour les studios de développement installés à Québec (et ils sont toujours plus nombreux), il est possible de mettre la main sur un prix de 50 000$. En 2014, la petite équipe de Chainsawesome Games l’avait emporté, et l’argent a mené au lancement de Knight Squad à la fin 2015.

Cette multiplication des événements portant sur l’univers numérique vient cimenter la place de Québec parmi les grands centres de création et d’innovation de la planète. Oui, Montréal a sa Cité du multimédia, avec ses Ubisoft, ses Warner Brothers, et sa série de studios indépendants, mais Québec a son Beenox et ses propres développeurs indies – et il ne s’agit là que de la scène du jeu vidéo.

Pour couronner le tout, c’est une Franco-Ontarienne haut placée, Québécoise par son père, qui marraine cette Semaine numérique. Axelle Lemaire est installée en France depuis l’adolescence, et occupe depuis 2014 le poste de secrétaire d’État chargée du numérique au sein du gouvernement du premier ministre Manuel Valls. La preuve (comme si elle était nécessaire) que les gens d’ici peuvent faire rayonner leur talent numérique sur la scène internationale.

Former les jeunes

Axelle Lemaire, la  secrétaire d’État chargée du numérique et marraine de la Semaine numérique (Photo : Mein / Patrick Vedrune).

Axelle Lemaire, marraine de la Semaine numérique (Photo : Mein / Patrick Vedrune).

Cette même Mme Lemaire est aussi une partisane de l’apprentissage du code informatique aux enfants dans un cadre scolaire. «C’est une des clés pour que les prochaines générations maîtrisent leur environnement numérique», a-t-elle déclaré il y a deux ans lors d’une séance de clavardage organisée par le quotidien 20 Minutes.

L’idée continue de faire des petits, y compris dans Minecraft, l’un des jeux particulièrement prisés chez les plus jeunes. En novembre dernier, le studio derrière Minecraft, Mojang, lançait ainsi Hour of Code, une séance d’initiation à la programmation aux aspects ludiques et scolaires.

Voilà donc l’ambiance qui régnera sur Québec pendant encore quelques jours : une atmosphère d’échanges, de partage, mais aussi d’imagination et de découverte. L’idée, en un sens, que le numérique s’accorde de mieux en mieux à toutes les sphères de la société, du commerce au jeu, en passant par la création de contenus de divertissement et les échanges en ligne. Et avec une partisane de la formation rapide de la prochaine génération à sa tête, cette Semaine numérique a de quoi attirer non seulement les vétérans du domaine, mais aussi les jeunes curieux qui ont grandi avec une manette ou un clavier entre les mains.