Sony veut breveter une caméra intégrée à des verres de contact

Demande de brevet

Alors que l’on retrouve ses capteurs photographiques dans une multitude de téléphones mobiles, Sony explore de nouveaux horizons.

Une lentille de contact intégrant une caméra pourrait bien voir le jour dans les laboratoires de Sony, dans ce qui semble être tiré tout droit de l’excellente télésérie britannique Black Mirror (le troisième épisode de la première saison intitulé The Entire History of You pour être précis).1

C’est en effet ce que laisse croire une demande de brevet effectuée par le géant de l’électronique en 2014 récemment été déterrée par le portail spécialisé Free Patents Online. On y décrit une technologie composée à la fois d’un verre de contact et d’un support de stockage pouvant contrôler «une unité de capture d’image» intégrée à la lentille.

L'une des images fournies par Sony dans sa demande de brevet.

L’une des images fournies par Sony dans sa demande de brevet.

Pour activer la caméra, le porteur n’aurait qu’à effectuer un clignement «conscient» (ou volontaire) de l’œil pour que la capture (photo ou vidéo) soit transmise vers le support de stockage local ou vers un support externe.

Cette lentille cornéenne intégrerait également un écran.

Comme si ce n’était pas suffisant pour conférer à ce gadget sa notion ultra futuriste, il est également question d’intégrer un écran à même cette lentille cornéenne. Un «capteur d’inclinaison» y serait exploité afin d’activer l’affichage d’une interface comprenant diverses options de capture. L’objectif de la caméra serait pourvu d’un autofocus, d’un contrôle de l’obturateur, et de la stabilisation d’image pour diminuer «le flou provoqué par les mouvements du globe oculaire».

Sony n’est pas la seule entreprise à se pencher sur l’intégration d’un capteur photographique au sein de verres de contact. Il y a quelques semaines, nous vous parlions d’une demande de brevet similaire déposée par Samsung en 2014 intégrant caméra, écran, antenne, et capteurs dans une lentille composée d’une mince couche de polymère transparent.

Comme c’est toujours le cas avec les demandes de brevet, il est important de ne pas sauter aux conclusions. Ce n’est pas parce qu’un brevet décrivant une quelconque technologie a été accordé à une entreprise que celle-ci va systématiquement aboutir à un produit commercialisé.

Cependant, on observe une multiplication de projets de verres de contact dotés de capacités technologiques ces dernières années. Rappelons qu’en 2014, Google a dévoilé publiquement son prototype de lentille cornéenne permettant de faire la lecture du taux de glycémie d’une personne diabétique. L’an dernier, ce sont des ingénieurs en optique de la Suisse qui ont présenté des verres de contact permettant de passer à une vue rapprochée de 2,8× littéralement en un clin d’œil.

  1. Merci à Patrick Dion qui en a fait référence en partageant la nouvelle sur Facebook.