Voici comment ILM est parvenu à intégrer Tarkin dans Rogue One

Effets très spéciaux

S’il y a un sujet controversé dont il a été beaucoup question depuis l’arrivée de Rogue One sur grand écran, c’est bien celui de reprendre l’apparence d’un acteur à une certaine époque dans le cadre d’un nouveau film.

À moins d’avoir dormi sous une roche ces dernières semaines, vous savez qu’un important personnage du tout premier Star Wars, le Grand Moff Tarkin interprété par Peter Cushing dans A New Hope, a été «ressuscité» par Industrial Light & Magic le temps de quelques scènes dans Rogue One : A Star Wars Story.

Vous craignez les divulgâcheurs? Si c’est le cas, on se demande sérieusement ce que vous faites ici.

Vous n’avez toujours pas vu le film? Vous craignez les divulgâcheurs? Si c’est le cas, on se demande sérieusement ce que vous faites ici.

L’émission Nightline diffusée hier soir sur les ondes d’ABC a rencontré John Knoll, le directeur de la création d’ILM, pour en apprendre un peu plus sur la façon dont l’équipe a modélisé la tête du défunt acteur, et comment le jeu de Guy Henry – l’interprète du personnage sur le plateau de tournage – a été capté puis jumelé au visage de Cushing.

Il est bien entendu aussi question de la restitution de la jeune Carrie Fisher en princesse Leïa, mais ce segment porte surtout sur le retour de Tarkin, étant donné qu’il occupe beaucoup plus de temps à l’écran.

Paul Giacoppo, superviseur des personnages modélisés, raconte à quel point son équipe était à la fois enthousiaste et terrorisée à l’idée de reproduire un visage par le biais d’effets spéciaux, l’une des tâches les plus difficiles à réaliser avec succès. Certes, on peut critiquer le résultat final. Mais bien que celui-ci ne soit pas parfait, il est drôlement proche de l’être.