All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Fortnite : des employés d’Epic Games décrivent des conditions de travail désastreuses

Par Matthieu Carlier – le dans Actualités, Jeux vidéo

Nul ne pourra nier que Fortnite a d’ores et déjà marqué l’histoire du jeu vidéo, tant par sa mécanique de jeu que par son aspect renouvelable à l’infini. D’ailleurs les joueurs ne s’y sont pas trompés, puisque le titre phare d’Epic Games est devenu en quelques mois le battle royale le plus téléchargé au monde, loin devant PUBG. Mais le succès a un prix, et selon une séries d’articles parus dans Polygon, repris par Courrier International, les employés d’Epic Games auraient été forcés de travailler dans des conditions abominables, cumulant heures supplémentaires, harcèlement et vexations.

Dans le milieu du jeu vidéo, la pratique s’appelle crunch : pour respecter des délais ridiculement serrés, certains studios de jeux forcent leurs employés à travailler à un rythme effréné et sans la moindre pause. Ceux-ci peuvent ainsi être amenés à travailler jusqu’à soixante-dix, quatre-vingts, cent heures pendant plusieurs semaines.

Les employés d’Epic Games pâtissent du succès de Fortnite

Un rythme stakhanoviste auquel auraient été soumis, et seraient toujours soumis, les employés d’Epic Games pour livrer à temps les multiples mises à jour de Fortnite. Interrogés par Polygon pendant plusieurs semaines, ils font état d’une culture de la terreur et de multiples heures supplémentaires non rémunérées, menant bon nombre d’entre eux au «burn out».

«Je travaille en moyenne soixante-dix heures par semaine», explique l’un d’entre eux (qui a tenu à rester anonyme, à l’instar des autres intervenants, en vertu de la clause de confidentialité imposée par Epic Games). Il poursuit : «Nous sommes au moins une cinquantaine, voire une centaine, à faire ce genre d’horaires chez Epic Games. Je connais des gens qui travaillent jusqu’à cent heures par semaine. L’entreprise nous autorise à prendre autant de congés qu’on veut, mais il est presque impossible de prendre des vacances. Si j’arrête de travailler, cela crée une surcharge de travail qui retombe sur les collègues, et personne ne veut faire ça. »

En cause, les multiples patchs dont bénéficie le jeu, visant à raviver le plus longtemps possible son intérêt auprès des joueurs. Il faut dire que Fortnite est une mine d’or pour Epic Games, lui permettant de générer des millions de dollars par jour.

Le cas Fornite n’est cependant que le sommet de l’iceberg. Face au phénomène récurrent du crunch dans le monde du jeu vidéo, le syndicat Game Workers Unite appelle les employés du secteur à se rassembler. Car quoi qu’il en soit, avec le système de patchs réguliers appliqué sur la plupart des jeux en ligne, on ne voit pas la situation s’améliorer de sitôt au sein des studios.

Les dernières nouvelles

4 jeux à surveiller au cours du mois de mai !

4 jeux à surveiller au cours du mois de mai !

Disney+ est désormais disponible en France!

Disney+ est désormais disponible en France!

Test de Animal Crossing: New Horizons, un jeu dont on a besoin !

Test de Animal Crossing: New Horizons, un jeu dont on a besoin !

Plus d'actualités

Les microtransactions aléatoires dans les jeux

Les microtransactions aléatoires dans les jeux

Les dernières nouvelles au sujet de la PS5 de Sony

Les dernières nouvelles au sujet de la PS5 de Sony

Présentation de Samsung SSD T5, un excellent disque haut de gamme

Présentation de Samsung SSD T5, un excellent disque haut de gamme

Populaires

My Activity : Voici tout ce que Google sait sur vous

My Activity : Voici tout ce que Google sait sur vous

Facebook déploie les conversations secrètes à Messenger

Facebook déploie les conversations secrètes à Messenger

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

Matthieu Carlier

Fasciné par l'exploration des possibles et l'innovation technologique, Matthieu a prêté sa plume à plusieurs médias sur le vieux et le nouveau continent. Diplômé en Littérature, il est aussi l'auteur du roman "Le Cortège des Épileptiques".
Phrase préférée : "Meuh non elle est pas brûlée, ma quiche au saumon".