All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Avant-première: notre essai de The Legend of Zelda: Link’s Awakening

Par Daniel Carosella – le dans Actualités, Jeux vidéo

Afin de lancer le bal des sorties automnales, Nintendo compte sur l’une de ses meilleures franchises qui nous reviendra sous la forme d’une refonte complète de l’un de ses premiers opus. En effet, le très vieux The Legend of Zelda: Link’s Awakening débarquera sur la Nintendo Switch le 20 septembre prochain, fruit des efforts du studio Grezzo qui a complètement revu cette aventure de Link afin de l’offrir au goût du jour.

Nous avons pu l’essayer en avant-première et croyez-moi lorsque je vous dis que c’est très prometteur !

Link’s Awakening: un jeu de toute beauté !

Ce qui frappe dès qu’on commence à jouer à The Legend of Zelda: Link’s Awakening est la beauté de cette refonte. Grezzo a complètement revu la vieille aventure offerte en noir et blanc à l’époque afin de lui donner un look plus bouffi et éclatant. Résultat: cette « nouvelle » aventure de Link est tout bonnement splendide !

Ce qui m’a notamment frappé au niveau visuel est la qualité des effets d’ombres et de lumières. Grezzo a investi beaucoup de temps et d’énergie afin de garnir chaque environnement de magnifiques jeux de lumières qui égaieront vos pupilles. Par exemple, dans une maison, vous verrez les reflets du soleil à travers les trous présents dans le toit tandis que dans la forêt, vous apprécierez les effets procurés par les ombres des arbres.

Or, c’est le look un peu plus « cartoon » des personnages qui m’a particulièrement plu. Chaque personnage, qu’il soit allié ou ennemi, a été arrondi afin de lui donner une apparence tape-à-l’oeil qui capte l’attention dès le moment où on pose les yeux sur le jeu. Couplé à une orgie de couleurs éclatantes ainsi qu’à des animations fluides, The Legend of Zelda: Link’s Awakening est un régal pour les yeux qui fera mentir ceux qui ont décrié l’ambiance visuelle du jeu en se basant sur le nouveau modèle de Link avec ses yeux noirs verticaux !

Seule petite ombre au tableau: dès le premier environnement à explorer, j’ai remarqué de petits ralentissements. Rien qui soit majeur ou qui casse le rythme du jeu, mais tout de même, en mode portable, Link’s Awakening semble avoir quelques difficultés à conserver une fluidité à toute épreuve.

Le plaisir d’un petit enfant de neuf ans

Dès que j’aie mis la main sur le démo que Nintendo m’a proposé d’essayer, je n’ai pu m’empêcher de conserver ce sourire bête laissant transparaître le plaisir que j’ai à jouer. Nintendo est passée maître dans l’art d’étirer les commissures de mes lèvres lorsque je me plonge dans l’une de ses aventures et si je me fie aux quelques dizaines de minutes que j’aie passé avec Link’s Awakening, ce dernier ne fera pas exception à la règle !

Dès les premiers instants, j’ai été catapulté en 1993 et j’ai retrouvé le petit garçon de neuf ans que j’étais. En quelques minutes, je me suis rappelé cette aventure plutôt unique de Link dans laquelle il fait des rencontres assez étranges avec divers personnages de l’île où s’il échoué. Les souvenirs ont rejailli dans mon esprit alors que j’ai retrouvé le vieux système du téléphone et l’ambiance unique de ce jeu qui a fait chauffer ma Game Boy à l’époque.

Or, parce que Grezzo a voulu être fidèle au style d’origine, Link’s Awakening est un jeu fort particulier auquel il faudra vous adapter. En outre, Link bouge beaucoup plus lentement qu’au sein de ses périples 2D qui furent lancés après le jeu original de 1993. Cela m’a déstabilisé au tout début puisque j’étais habitué à une cadence plus rapide, notamment avec des jeux comme The Legend of Zelda: A Link Between Worlds ou The Legend of Zelda: Tri Force Heroes.

Les contrôles sont précis et intuitifs, mais le rythme est quelque peu contraire à ce qu’on a vu au cours des dernières décennies, du moins jusqu’à ce que Link ait un certain objet lui permettant de bouger plus rapidement.

Link’s Awakening n’est pas non plus le jeu le plus aisé qui soit en ce sens qu’il ne vous prendra pas par la main. Par exemple, en tout début d’aventure, il faut retrouver l’épée de notre héros. On nous donne de vagues indices d’où elle pourrait être et, lorsqu’on cible cette place, il faut se débrouiller pour y parvenir.

Ce n’est pas évident de savoir comment réussir certains casse-tête ou bien comment réussir à surmonter divers obstacles puisque le jeu nous laisse bien souvent découvrir par nous-mêmes. Ce n’est pas un défaut en soi, mais il faut simplement se réhabituer à ce style qui ne nous guidera pas en permanence.

Encore plus impatient de mettre la main dessus !

Je ne vous mentirai pas: The Legend of Zelda: Link’s Awakening est l’un des jeux que j’attends le plus cette année. J’ai complété l’aventure d’origine un nombre incalculable de fois, mais le travail effectué par Greezo m’a donné l’impression de jouer à un nouveau jeu étant tout de même demeuré fidèle au matériel d’origine.

Le jeu sera rempli de défis procurés tant par les casse-tête que son style un peu plus particulier comparativement aux autres The Legend of Zelda, mais depuis ce bref essai en avant-première, j’ai encore plus hâte de les affronter !

Rendez-vous le 20 septembre !

Les dernières nouvelles

Test du jeu Ghost Recon: Breakpoint : le bon vieux modèle d’Ubisoft !

Test du jeu Ghost Recon: Breakpoint : le bon vieux modèle d’Ubisoft !

Daniel Carosella -
Google Stadia : date de lancement et nouveaux détails 

Google Stadia : date de lancement et nouveaux détails 

Branchez-vous -
10 des plus grands flops du jeu vidéo

10 des plus grands flops du jeu vidéo

Daniel Carosella -

Plus d'actualités

Instagram se met au « Dark Mode »

Instagram se met au « Dark Mode »

Branchez-vous -
Instagram Threads : nouvelle application pour communiquer avec vos proches

Instagram Threads : nouvelle application pour communiquer avec vos proches

Branchez-vous -
Surface Duo : Microsoft fait son retour sur le marché des téléphones intelligents

Surface Duo : Microsoft fait son retour sur le marché des téléphones intelligents

Branchez-vous -

Populaires

Facebook se met au «dark mode» sur Android

Facebook se met au «dark mode» sur Android

Branchez-vous -
Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

Branchez-vous -
My Activity : Voici tout ce que Google sait sur vous

My Activity : Voici tout ce que Google sait sur vous

Laurent LaSalle -

Daniel Carosella

Passionné de jeux vidéo depuis une trentaine d'années, Daniel est chroniqueur en jeux vidéo depuis plus de 21 ans. Il a commencé sur Quebec64 puis sur JeuXpress.ca avant de devenir rédacteur en chef de HardGamers.com jusqu'à la fermeture du portail. Depuis 2010, il collabore au magazine AffairesDeGars en tant que chroniqueur, en plus de participer au podcast Réalité Augmentée.Diplômé en criminologie, Daniel est aussi intervenant psychosocial dans la vie de tous les jours. S'il est conscient qu'il ne peut sauver le monde, il essaie tout de même d'aider le maximum de personnes entre deux parties de jeux vidéo !