Popcorn Time débarque sur Android

Piratage

Le pire cauchemar d’Hollywood est maintenant mobile.

Chose promise, chose due. Le Netflix des pirates est bel et bien vivant, et des concepteurs viennent tout juste de mettre en ligne l’application Popcorn Time conçue pour les appareils Android.

Time4Popcorn va même jusqu’à promouvoir son initiative de façon irrévérencieuse : «Ce service Popcorn Time ne sera jamais mis hors ligne».

L’application en question fonctionne exactement comme ses homologues Windows et OS X : naviguez à travers l’offre du service, choisissez le contenu à visionner, sélectionnez la qualité désirée, et consommez.

Sans surprise, Google a rapidement retiré l’application du Play Store en évoquant une infraction au droit d’auteur. Il demeure possible de télécharger celle-ci à même le site de ses concepteurs.

Tout comme les versions et déclinaisons précédentes de Popcorn Time, le code source de cette application est disponible sur GitHub.

La version Android de cette application a été produite par l’intermédiaire de l’équipe de développeurs Time4Popcorn, qui a également mis à jour les logiciels conçus pour Windows et OS X, qui intègre maintenant une section destinée aux séries télévisées. Selon TechCrunch, une version compilée pour Windows XP est présentement sur la planche à dessin.

Rappelons que malgré sa mort prématurée, il était question de ressusciter le service pirate en mars dernier. Time4Popcorn va même jusqu’à promouvoir son initiative de façon irrévérencieuse : «Ce service Popcorn Time ne sera jamais mis hors ligne».

Encore une fois, il semble que le piratage soit une fois de plus le moteur derrière l’innovation technologique. Du côté de l’offre légale, il est intéressant de noter que Netflix est toujours à la recherche d’ingénieurs spécialisés en P2P, le type de technologie exploité par Popcorn Time.

  • DakuTenshi

    Les gars, Time4Popcorn est un fork de Popcorn Time qui récolte vos informations personnelles pour les garder sur leurs serveurs, vous devriez pas leur faire de la pub.

    • Bounce

      N’importe quoi… La réserve à émettre sur ce soft et que vous répétez avec plus ou moins d’exactitude (sans bien la comprendre visiblement – à moins qu’il ne s’agisse de mauvaise foi due à « la guerre des popcorn time »), c’est que l’architecture du service repose partiellement sur un serveur centralisé. Serveur qui, notamment en cas de fin du monde ou si jamais le ciel nous tombe sur la tête, pourrait un jour être dévié de sa vocation première (notamment en collectant des données).

      En résumé, c’est comme 99% des logiciels se connectant à Internet que nous utilisons déjà, c’est la même « dangerosité ». Pas de quoi en faire des caisses (sauf quand on fait la guéguerre logicielle).
      La vraie question : à chacun de voir s’il fait confiance au système, et notamment si cela lui semble OK pour un service plus ou moins légal…

  • Tentacle-Sama

    Ça reste une interface pour des torrents, certains n’utilisent pas de torrents en raisons des risque de se faire prendre mais utilisent ces applications…

    • http://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      J’ignore si la connexion qu’utilise l’application est cryptée comme la plupart des (bonnes) applications de Torrent.

      • Tentacle-Sama

        L’encryption empêche le fournisseur de voir ce qui passe, mais n’empêche pas un peer dans le réseau de voir votre IP. La détection du piratage ne se fait pas en interceptant les paquets. Ça évite le throttling par le fournisseur, pas la détection par les firmes qui récoltes les IP des pirates, qui se connectent comme peer et enregistrent les IP des autres utilisateurs.

        • http://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

          Mais ils doivent faire la preuve que le contenu a bel et bien été téléchargé? S’ils ne peuvent pas identifier le contenu crypté, ne se trouvent-ils pas dans une sorte d’impasse?

          • Tentacle-Sama

            Souvent, les firmes qui attrapent les pirates se connectent au réseau comme leechers, leur client doit pouvoir décrypté l’information pour la recevoir. S’ils se connectent comme seeders, ils doivent crypter l’information pour l’envoyée.
            L’encryption ne fait que sécuriser le lien entre les deux clients torrent, elle n’empêche pas celui à l’un des bout d’enregistré les adresse IP de ceux qui s’y connectent. Mais ça donne une fausse impression de sécurité en se disant que c’est crypté et qu’ils ne peuvent pas se faire prendre, alors que ça ne change strictement rien étant donnée la façon dont les ayant-droits surveilles le peer-to-peer.